Groupon reste suspecté d’avoir embelli ses comptes pour son entrée en bourse

Ludwig Gallet
23 septembre 2013 à 15h05
0
Un juge de Chicago a estimé que les accusations proférées contre Groupon quant à un truchement de ses comptes au moment de l'introduction en bourse étaient plausibles. Il a donc rejeté la demande en annulation des poursuites en justice intentées contre la société.

0104000005961910-photo-groupon-logo.jpg
Dans le viseur de la Security of Exchange Commission (SEC), le gendarme de la bourse, au mois d'avril 2012, Groupon reste suspecté d'avoir triché sur la réalité de ses comptes, pour gonfler les recettes et réduire les pertes d'exploitation subies à l'époque, fait savoir Reuters. Cinq mois après l'introduction au Nasdaq, la société avait révisé à la baisse ses résultats, expliquée à l'époque par une hausse des demandes de remboursement sur certaines de ses offres promotionnelles.

Groupon avait tenté de mettre un terme aux poursuites lancées contre lui par un investisseur individuel, Michael Carter Cohn. Étaient également visés les établissements financiers ayant participé à l'introduction en bourse, à savoir Crédit Suisse, Goldman Sachs et Morgan Stanley.

Mais dans son jugement du 18 septembre, le juge fédéral de Chicago a rejeté l'ensemble des prétentions, estimant que les allégations invoquées par le plaignant s'avéraient plausibles. Le juge doit encore toutefois se prononcer sur la recevabilité de l'action intentée par le plaignant, puisque ce dernier n'a pas acheté ses parts dans Groupon au moment de l'introduction en bourse.

Lors de la publication de ses résultats corrigés, Groupon avait réduit de 22,6 millions de dollars son résultat net et de 14,6 millions de dollars son chiffre d'affaires. La société n'en serait pas à sa première, puisque le Wall Street Journal affirmait à l'époque que la SEC lui avait déjà par deux fois demandé de réviser ses comptes.

L'action Groupon avait été lancée en novembre 2011 à un prix de 20 dollars, pour une valorisation de 10 milliards de dollars. La firme a connu une première année de cotation catastrophique, le cours atteignant en novembre 2012 un plus bas historique de 2,60 dollars. Depuis, la tendance est à la hausse, l'action dépassant aujourd'hui les 12 dollars. Pour y parvenir, elle s'efforce notamment de délaisser progressivement le couponing au profit d'une activité de e-commerce plus traditionnelle. Un défi de taille, dans un marché encombré et dominé par des mastodontes comme Amazon ou eBay.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
Clubic évolue (en douceur)
Allongé et endormi
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
Déjà en rupture de stock, les NVIDIA RTX 3080 se vendent à prix d'or sur eBay
PS5 : des jeux jusqu'à 79,99 €, soit 10 € de plus que sur l'ancienne génération ?!
Microsoft Flight Simulator dévoile son plan de vol pour les futurs développements
Cyberpunk 2077 : CD Projekt RED dévoile les configurations PC requises
La fin du pétrole ? Pour BP, la demande ne fera que baisser à partir de 2020
scroll top