L’avenir de Windows RT passe par le serveur

01 août 2013 à 12h38
0
0064000005682052-photo-anicet-mbida.jpg
Chaque semaine, Anicet Mbida nous livre son avis sur l'actualité numérique.
Accident industriel. Produit mort-né. Plus gros flop depuis Bob... Que n'a-t-on pas entendu sur Surface RT, la version ARM de la tablette Microsoft. L'absence de compatibilité avec l'immense catalogue Windows l'aura condamné. Même en cassant les prix, il y a peu se chances que la tendance s'inverse. Microsoft finira donc par l'enterrer. Mais ce serait une grave erreur de tirer un trait sur Windows RT, le système qui motorise ces tablettes. Car Windows sur puce ARM est promis à un bel avenir... mais côté serveur.

Vous en doutez ? Regardez l'évolution actuelle des datacenters. Fini les méga serveurs de type grand systèmes. La tendance est aux micro-serveurs jetables peu gourmands en énergie. On n'empile plus les cartes processeurs dans un châssis propriétaire (scale-in). On préfère voir travailler en parallèle une myriade de petits serveurs standards, savamment agencés dans des racks (scale-out). Aujourd'hui, le serveur n'est plus une grosse machine placée dans un coin. C'est la salle informatique toute entière.

Or avec cette nouvelle architecture, l'optimisation est telle que les processeurs sont utilisés à leur maximum. Et ils chauffent tellement que l'électricité et le refroidissement sont devenus les deux postes de coût principaux. C'est pourquoi la planète serveur s'emballe actuellement pour ces machines à base de puces peu gourmandes et qui chauffent moins : HP avec son projet Mooshoot, Dell avec ses serveurs Zinc, sans oublier les pionniers Marvell et MiTAC. Même AMD et Samsung se sont empressés d'acquérir une licence ARM pour développer des puces pour micro-serveurs.

Windows Server et Client partagent le même noyau

Evidemment, Intel est aussi sur le coup avec la déclinaison serveur de ses Atom (Centerton l'année dernière, Avoton à la fin de l'année). Mais l'architecture ARM garde l'avantage. Non seulement elle est aujourd'hui la plus sobre, mais surtout, elle peut être personnalisée et optimisée pour des usages spécifiques : entrées/sorties, sécurité, etc. L'architecture a ainsi trusté le marché des serveurs de stockage. Elle bascule actuellement en 64 bits pour sortir de cette niche et taquiner les serveurs x86 sur des applications traditionnelles. Mieux, elle bénéficie du fort soutien de la communauté open source. Debian, Ubuntu et l'hyperviseur KVM viennent par exemple d'être portés en 64 bits.

Au final, il ne lui manque que la bénédiction de Microsoft pour réellement doper son écosystème applicatif. Rappelons que Windows NT, l'ancêtre de Windows Server, a été conçu dès le départ pour être multiplate-forme. Les éditions pour processeurs Alpha, PowerPC et Itanium ont certes fait long feu. Mais une version ARM pourrait être compilée en un clin d'oeil. Je suis d'ailleurs persuadé que Microsoft teste déja un Windows Server « RT » en interne. Après tout, Windows Server et Client partagent le même noyau.

Quant au manque d'applications dont souffre Windows RT aujourd'hui, il sera beaucoup moins critique côté serveur. D'une part, Microsoft pourra facilement porter ses briques SQL Server et Exchange. De l'autre, les grands opérateurs de datacenter ont l'habitude de développer leurs propres applications. Enfin, pour Microsoft, ce serait l'occasion rêvée de prendre sa revanche sur Linux. Aujourd'hui, l'open source règne sans partage sur les applications frontales. Un Windows Server RT pourrait changer la donne... Et sauver la face d'un système dont on se demande toujours pourquoi il a été lancé côté client.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Il y a maintenant 300 satellites Starlink au-dessus de nos têtes
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung
L'Arctique révèle deux millions de points chauds de méthane, selon un rapport de la NASA

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top