Windows RT : le premier Windows pour tablettes ARM

Stéphane Ruscher
Spécialiste informatique
14 décembre 2012 à 17h11
0
La note de la rédac
000000C805487705-photo-logo-w8.jpg
Après des décennies de fidélité à l'architecture X86, Microsoft lance Windows RT, une version de Windows conçue pour tourner sur des tablettes à processeur ARM. Un Windows pas comme les autres, aux spécificités bien marquées. Comment Windows RT se mesure-t-il par rapport à iOS et Android ?

Il y a encore 2 ans, la perspective de voir Microsoft proposer un « vrai » Windows à destination de tablettes tactiles équipées de processeurs ARM aurait été pour le moins fantaisiste : à l'heure où la firme de Redmond se relançait dans la course des smartphones avec Windows Phone 7, on aurait plutôt parié sur une version pour tablette de ce dernier.

Pourtant, c'est bien la direction qu' pris Microsoft en livrant son nouveau système, conçu à la fois pour les tablettes et les PC traditionnels en 2 versions. Windows 8, que nous avons déjà eu l'occasion de tester en détail, continue sur la lancée de ses prédécesseurs, tout en ajoutant la couche Modern UI et ses applications issues du Windows Store.

Windows RT, en revanche, s'il se base sur la même interface, et intègre même le bureau Windows tout comme son grand frère, est une version spécialement conçue pour les processeurs ARM, avec en première ligne la tablette Surface de Microsoft. Ici, pas de place pour le passé : les applications devront adopter le nouveau modèle de développement de Microsoft !

Quelles sont les différences fondamentales entre Windows 8 et Windows RT ? Comment se mesure l'expérience de RT sur tablette par rapport à l'iPad et aux tablettes Android ? Faisons le tour de Windows RT !

Windows sur ARM : spécificités et limitations

Microsoft a évoqué pour la première fois le portage de Windows sur architecture ARM au CES de Las Vegas en janvier 2011. 18 mois plus tard, Windows On Arm, devenu Windows RT, voit le jour en version finale : sur le papier, c'est ce qu'on appelle tenir une roadmap.

En revanche, passer d'Intel à ARM pour Windows n'est pas une mince affaire. La plateforme ARM présente des spécificités, et notamment en ce qui concerne la déclaration des périphériques connectés à l'ordinateur, et de la gestion des pilotes : pas question de se rendre sur le site d'un constructeur pour télécharger et installer ceux ci.

0000015E05592395-photo-windows-arm-prototype.jpg
Un prototype de Windows sur processeur ARM


Les pilotes graphiques doivent donc être développés par les constructeurs des SoC, tandis que la compatibilité matérielle des périphériques (imprimantes, souris, claviers...) passe par des pilotes intégrés à Windows RT. Autrement dit : n'espérez pas bénéficier sur Windows RT de votre souris gamer préférée. Vous pourrez la brancher et l'utiliser, mais pas utiliser ses fonctionnalités avancées.

En conséquence, Microsoft exerce également sur les fabricants des ordinateurs exécutant Windows RT un contrôle similaire à celui de Windows Phone : des restrictions sur les composants à utiliser et sur les caractéristiques techniques des produits sont imposées, bien que celles ci soient nettement plus souples pour Windows RT, selon Microsoft.

Développement des applications : WinRT comme seul modèle

La principale différence entre Windows 8 et Windows RT se situe néanmoins au niveau des applications : si le bureau, comme on le verra plus bas, est toujours présent, il est totalement impossible d'exécuter une application Windows existante pour Windows RT via une couche de virtualisation, comme le permettait par exemple, fut un temps, Mac OS X avec les applications PowerPC.

01F4000004943536-photo-d-veloppement-windows-8-winrt.jpg
WinRT est le seul moyen de développer des applications pour Windows RT


La limitation va encore plus loin, puisqu'à part Microsoft qui a pu porter sa suite Office 2013, Internet Explorer 10, ainsi que les applications intégrées à Windows (Paint, Wordpad...), il est également interdit de développer des applications desktop pour Windows RT : tout développement d'application doit passer par le Windows Runtime, ou WinRT, et donc d'utiliser le nouvel environnement Modern UI, ainsi que le Windows Store pour la distribution des applications.

Les API WinRT sont regroupées en 3 sous ensembles (graphismes & media, communication & données, et périphériques & impressions), qui intègrent des API comme DirectX ou Media Foundation, et peuvent être programmées en utilisant une variété de langages : C#, C, C++, VisualBasic ou encore le tandem HTML5/CSS3/Javascript. Concrètement, cette variété permet de développer des applications allant du simple flux d'actualité à des jeux 3D utilisant les fonctionnalités natives des 2 plateformes, X86 ou ARM. Néanmoins, en pratique, on constate que le Windows Store sous Windows RT n'inclut pas forcément toutes les applications Modern UI. Certaines finissent tout de même par voir le jour : à l'heure où nous écrivons ces lignes, Microsoft a fini par proposer des versions ARM du Solitaire et du Mahjong !

012C000005614588-photo-windows-rt-mahjong.jpg
012C000005614590-photo-windows-rt-solitaire.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla aurait six ans d’avance technologique sur ses principaux concurrents
Le cascadeur Mike Hughes meurt après le crash de sa fusée artisanale
Apple refuse que les méchants des films utilisent un iPhone
Combien de GameBoy originaux sont encore dans les stocks de Nintendo ?
Huawei présente le Mate Xs : son smartphone pliant sera disponible en mars pour 2499€
Selon Gary Kasparov, l'intelligence artificielle fera disparaître 96% des emplois
La Commission européenne veut que les batteries de smartphone soient plus faciles à remplacer
Coronavirus : la Chine surveille WeChat et Twitter pour faire taire les critiques
Microsoft détaille les caractéristiques de sa Xbox Series X
Apple supprime l'application iOS de Shadow pour violation des règles de l'App Store

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Discussions sur le même sujet

scroll top