🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

HSBC est sommé de préciser son calendrier de sortie des énergies fossiles

18 janvier 2021 à 08h00
2
HSBC © HSBC

En octobre dernier, la 6e banque du monde et première banque d'Europe s'était engagée, d'ici 2050, à réduire à zéro les émissions nettes de CO2 de son portefeuille de clients. Les actionnaires veulent toutefois que HSBC aille plus loin.

Un groupe de plus d'une centaine d'actionnaires de l'entreprise viennent ainsi de soumettre une motion réclamant des précisions. À leurs yeux, l'objectif de 2050 est trop vague et ils réclament un plan annuel, comme le rapportent Bloomberg et Le Monde.

Préciser le calendrier

Il y a des poids lourds parmi les actionnaires ayant déposé la motion. Le principal est Amundi, le premier gestionnaire d'actifs coté en Europe. On y trouve également Man Group PLC, la plus grande société de fonds spéculatifs cotée en bourse au monde.

Avec d'autres géants ainsi que 117 actionnaires individuels, ils ont réclamé auprès de HSBC la publication d'une stratégie de réduction des financements destinés aux énergies fossiles. Ils souhaitent également que soient fixés annuellement des objectifs conformes avec les Accords de Paris. Leur nombre est désormais suffisant, souligne Le Monde, pour que cet appel soit débattu au cours de la prochaine assemblée générale de l'entreprise, le 24 avril.

Les organismes bancaires peuvent effectivement être considérés comme de grands responsables de la pollution, dans le sens où ils financent les principaux acteurs des énergies fossiles. Un rôle moins souvent montré du doigt, mais qui doit évoluer selon Jeanne Martin. La directrice de campagne de ShareAction, l'organisation à but non lucratif britannique qui a coordonné la motion, explique ainsi : « Pendant longtemps, les banques sont restées à l'écart des projecteurs et tout s'est concentré sur les émetteurs de carbone réels, mais il devient de plus en plus évident que les banques font également partie du problème ».

Or, pour ShareAction, l'objectif de 2050 ne suffit pas. Jeanne Martin explique : « C’est du très long terme, pour dans trente ans. Il faut qu’on voit ce que HSBC s’engage à faire dans deux, trois ou cinq ans. »

Priorité donnée à la protection des investissements

Ce genre d'initiatives tend à se multiplier. Mais pour les actionnaires, il n'est pas seulement question de préserver l'environnement, mais aussi (et surtout ?) des investissements désormais menacés par le changement climatique. Pour l'une des sociétés de gestion ayant participé à l'initiative, celle-ci serait bonne pour les intérêts financiers de HSBC, précisant que « plus tôt le conseil d’administration expliquera sa stratégie, moins la transition sera brutale. »

De son côté, un porte-parole de HSBC a rappelé que la banque était « fermement résolue à lutter contre le changement climatique ». L'organisme prévoirait de fournir, d'ici 2030, jusqu'à un billion de dollars de financements pour aider ses clients à décarboner.

Cette initiative en rappelle d'ailleurs une autre. Dans l'histoire récente, le premier gestionnaire d'actifs mondial, BlackRock, a voté contre le Climate Action 100+, un regroupement d'investisseurs engagés contre le changement climatique. Puis, il y a maintenant un an, le groupe a fait volte-face en rejoignant l'initiative.

Mais si BlackRock a changé d'avis, c'est avant tout pour protéger ses intérêts. Le groupe a bien précisé qu'il concentrerait ses efforts « sur les secteurs et les entreprises où le changement climatique représente le plus grand risque matériel pour les investissements de ses clients. »

Ainsi, il semble que divers organismes financiers se rendent progressivement compte de l'impact du changement climatique sur leurs activités. Si les états peinent à réduire l'empreinte carbone mondiale, une solution pourrait-elle venir du monde de la finance ?

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
g-m1n1
«&nbsp;jusqu’à un billion de dollars de financements pour aider ses clients à décarboner.&nbsp;»<br /> On parle bien du ‹&nbsp;billion&nbsp;› français (1.000 milliards)? Sinon c’est pas énorme à l’échelle mondiale.
kyrios
Ce qu’il faut surtout voir c’est la proportion d’investissements directs et indirects dans les énergies fossiles par rapport aux investissements dans les énergies propres. La balance penche certainement très fort en faveur des énergies fossiles.<br /> Il faut aussi voir ce qui est considéré dans les énergies vertes. On y inclu souvent le gaz sous prétexte que c’est une bonne énergie de transition car elle émet 2x moins de CO2 que le charbon. Il n’empêche que ca reste une énergie fossile et qu’elle émet 10x plus de CO2 que le nucléaire ou le photovoltaïque sur la durée de vie complète (en incluant le démantelement et la gestion des déchets).
cirdan
«&nbsp;L’organisme prévoirait de fournir, d’ici 2030, jusqu’à un billion de dollars&nbsp;»<br /> J’ai une suggestion toute simple, arrêter d’utiliser le mot «&nbsp;billion&nbsp;» dans les articles en français traduits de ceux en anglais.<br /> La raison c’est l’impossibilité de savoir de quels billions il s’agit, surtout dans un article qui traite d’actualité anglophone. Et en plus c’est un mot relativement peu employé en français, on pourrait facilement le remplacer par sa somme en milliards.<br /> Comme le montre le premier commentaire, la confusion est courante et on ne sait pas de quelle somme il s’agit puisqu’on ne sait pas s’il s’agit du billion français ou du billion anglais. Et encore, faudrait-il savoir combien vaut un billion.<br /> Un billion est l’entier naturel qui vaut 10"12" (1 000 000 000 000) ou 1 000 000², soit mille milliards dans l’échelle longue (notamment utilisée dans les pays francophones).<br /> Il ne doit pas être confondu avec 10"9" soit mille millions, qui dans l’échelle courte utilisée dans les pays anglophones est appelé billion, mais est appelé milliard en français. La confusion étant courante, il faut donc toujours se méfier.<br /> Mille billions est égal à un billiard en échelle longue.<br /> Pas si simple, on pourrait s’en passer !
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Pour mieux lutter face aux plateformes streaming, Canal+ veut séparer sa section films et séries du sport
Black Friday : malgré une chute des recherches, les Français toujours aussi friands de bonnes affaires
La répression des fraudes souhaite que Wish devienne invisible
Stéphane Richard échappe à la prison, le P.-D.G. d'Orange écope d'un sursis et d'une petite amende
Le football serait le sport le plus piraté en streaming selon cette étude, voici ce qu'on sait
Free ne veut pas de la fusion TF1-M6 et met en doute la compétence des autorités françaises pour décider de sa légalité
Amazon refuse les cartes Visa britanniques à cause de frais bancaires trop élevés : demain en France ?
Rémunération des droits voisins : Google et l'AFP ont trouvé un accord
Apple lance la bêta de Business Essentials, un service destiné aux PME
Les Frenchies de Mon Petit Placement lèvent 6 millions d'euros
Haut de page