🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% ! 🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% sur le high-tech

La Chine fait sa propagande anti-contestations à Hong Kong sur Pornhub

15 novembre 2019 à 16h34
0
pornhub-logo.jpg

La Chine multiplie les interventions sur Internet pour faire taire les manifestations de Hong Kong. Après des suppressions de comptes sur Twitter, Facebook et Youtube, et après avoir bloqué des reportages de CNN et Reuters, le pays poste ses réponses sur un site inattendu : Pornhub.

Le premier site pornographique du monde apparaissait jusque-là comme une alternative pour poster des vidéos pro-manifestants.

Besoin d'une solution après Youtube

Des manifestations ont lieu à Hong Kong depuis le mois de juin, les mouvements contestataires réclamant davantage de démocratie et une enquête sur les violences policières en cours.

Depuis le début des contestations, les manifestants ont cherché à diffuser des informations et des vidéos sur les réseaux sociaux. Un mouvement que la Chine a rapidement réprimé, supprimant des dizaines de milliers de comptes. Sur YouTube, 210 chaînes ayant posté des vidéos pro-manifestants auraient été clôturées.

Le mouvement s'est alors tourné vers PornHub. Shu Chang, un internaute suivi par 3 millions de personnes sur le réseau social Weibo, a écrit le 12 novembre : « YouTube ne nous permet plus de mettre en ligne ces vidéos. Nous n'avons donc pas d'autre choix que de les poster sur PornHub ». Quartz rapporte ainsi qu'une recherche effectuée le 13 novembre sur la requête « Hong Kong rioters » (« émeutes de Hong Kong ») renvoyait au moins à une dizaine de vidéos mises en ligne récemment.


De la propagande sur PornHub

En Chine, PornHub ainsi que d'autres sites diffusant du contenu pornographique sont bloqués, car accusés de contribuer à ce que le pays nomme la « pollution spirituelle ». Pour accéder au site, les utilisateurs doivent utiliser un VPN.

Partisans comme opposants aux manifestants de Hong Kong semblent désormais y avoir posté leurs vidéos. Une chaîne nommée CCYL_central y a été créée il y a maintenant trois mois. Son nom vient du CCYL, la Ligue de la Jeunesse Communiste Chinoise (Chinese Communist Youth League). Elle déclare sur son profil PornHub que son livre favori est celui écrit par l'actuel président chinois, Xi Jinping. Depuis sa création, cette chaîne a accueilli 11 vidéos encourageant la police présente à Hong Kong ou condamnant des violences attribuées aux manifestants.

D'autres chaînes font la promotion du pouvoir chinois ou critiquent l'action des manifestants de Hong Kong. Un Américain vivant en Chine, Nathan Rich (alias John97 sur le site), a posté une vidéo montrant des manifestants mettre le feu à une personne, en écho à des événements survenus cette semaine. « Les Chinois prennent le risque d'être brûlés vifs s'ils osent être en désaccord avec les fascistes de l'extrême-droite de Hong Kong », a-t-il déclaré.


La plupart des vidéos ont été retirées de PornHub. Ce 14 novembre, Blake White, le vice-président de la plate-forme, a estimé qu'elles étaient « contraires aux conditions d'utilisation du site ». Le suivi des manifestations de Hong Kong devra se poursuivre ailleurs sur le Net.

Source : Quartz
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Derniers actualités

Toujours en croissance, Facebook passe un cap historique !
La startup franco-allemande TEC lève 40 millions d'euros pour développer ses capsules spatiales !
ChatGPT : le nombre d'utilisateurs du chatbot atteint des sommets
La liseuse électronique Kindle version 2022 bénéficie d'une réduction de 20 € chez Amazon
Pourquoi Intel va réduire le salaire de ses employés ?
Vous avez une info sur les pratiques douteuses des GAFAM ? L'UE créée un numéro vert spécialement pour cela
Précommandez The Legend of Zelda: Tears of the Kingdom à son meilleur prix
Partage de compte Netflix : cachez ces nouvelles règles qu'on ne devait, apparemment, pas voir !
ChatGPT est aussi très bon pour créer désinformation et théorie du complot
Votre compte est suspendu sur Twitter ? Voilà comment se le faire restaurer
Haut de page