Spotify et Tinder soutiennent Epic pour dénoncer les pratiques anticoncurrentielles d'Apple et Google

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
14 août 2020 à 10h13
14
Spotify

Le week-end s’annonce turbulent, à la lueur du coup de communication entamé hier par Epic Games. En refusant de se conformer aux conditions d’utilisation d’Apple et de Google en court-circuitant les méthodes de paiement habituelles, l’éditeur s’est vu bannir de l’App Store et du Google Play Store dans la nuit. Une posture de défi soutenue par le géant du streaming musical, Spotify , et par Match Group.

Spotify n’en est pas à son premier coup de gueule à l’encontre de la firme à la Pomme. On s’attend également à voir Netflix prendre position très rapidement sur un sujet qui l’a déjà fait revoir en profondeur son parcours d’abonnement.

Choisir son camp

Les prochains jours seront assurément rythmés par le défilé des déclarations d’entreprises se rangeant dans un camp ou dans l’autre. Au lendemain de la décision de bannir Fortnite des magasins d’applications, le Suédois Spotify a choisi le sien : Epic.

« Nous applaudissons la décision d’Epic Games de tenir tête à Apple et de mettre en lumière ses abus de position dominante, déclare Spotify (cité par Peter Kafka, journaliste pour Vox.com). Les pratiques déloyales d’Apple ont désavantagé la concurrence et privé les consommateurs depuis trop longtemps. Les enjeux pour les consommateurs et pour les développeurs, gros ou petits, ne pourraient être plus importants. S’assurer qu’iOS fonctionne de façon juste est une tâche urgente aux implications profondes ».

Un rang dans lequel se range également Match Group, éditeur des applications de rencontre Tinder ou OkCupid. « Nous supportons pleinement les efforts d’Epic Games pour montrer comment Apple use de sa position dominante et de politiques injustes pour blesser les consommateurs, les développeurs et les entrepreneurs », proclame un porte-parole, toujours cité par Peter Kafka.

La « taxe Apple » dans le viseur

Spotify a un passif avec Apple. L’an dernier, le géant du streaming avait même porté plainte contre Apple pour abus de position dominante évoquant des motifs similaires à ceux d’Epic.

Dans le détail, Spotify reprochait à la Pomme non pas la fameuse taxe de 30 % prélevée sur tous les achats in-app, mais bien l’inégalité dans le traitement des applications qui y sont soumises. Uber ou Deliveroo, par exemple, échappent à cette commission. 

Problème : la « taxe Apple » représente une part non négligeable du chiffre d’affaires de l’entreprise. D’après le cabinet d’analyses SensorTower, 1,2 milliard de dollars ont été dépensés sur Fortnite iOS depuis mars 2018. Ce qui représente le joli pactole de 360 millions de dollars pour Apple, et 840 millions pour Epic. Les deux entreprises ont donc beaucoup à perdre si elles n’arrivent pas à trouver un terrain d’entente. Mais si le défi lancé par Epic venait à faire des émules, la Pomme n’aurait d’autre choix que de revoir drastiquement son modèle économique pour ne pas perdre, en plus, le soutien de ses clients.

Via : Twitter

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
14
12
Batc
Il est temps que ça change pour le mobile. Epic l’a fait pour le jeu vidéo sur PC en appliquant un taux de commission sur l’Epic Games Store bien moins important que chez le leader du marché Steam.<br /> Un partenariat Huawei - Epic via app Gallery… ? (apparemment c’est en cours). Et cela risque d’arriver sur d’autres stores constructeurs. C’est plutôt une bonne nouvelle !
malak
Qu’ils suivent Epic, cela les mettra dans une position de force.<br /> Les attaques sporadiques, Apple peut les contrer grâce à sa position. Si de grands comptes se regroupent, Apple n’aura d’autre choix que de bouger.
Comcom1
Apple et Google faut pas oublier que pour le playstore c’est pareil
chaton51
oui mais sur android a la limite y a d’autres stores possible.
Pronimo
C’est sure que les pratiques de ces applications freemiums elles sont toutes honnêtes et raisonnables.
Peter_Vilmen
Brisez les stores ! Ca permettra de réduire la qualité de service des stores, davantage de virus dans le apps, un téléchargement à 100 ko/sec, toussa… ça m’énerve perso la sécurité et les grandes vitesses de DL y’a même plus moyen de regarder les pourcents monter doucement y’a plus aucun plaisir à télécharger. Qu’est ce que c’était le pied dans les années 2000 avec Kazaa, ton premier peer, quelques ko/s, ton premier mp3 téléchargé…
zeebix
La sécurité ? Avec des milliers d’applications signalés et retiré régulièrement car trop curieuse ou vérolées sur le Play store ? Pour la rapidité les stores alternatifs ne le sont pas moins.
malak
Ce n’est pas la fin des stores qui est souhaitée, mais la fin de leur abus de position dominante.<br /> Forcer l’utilisateur à utiliser leur solution de paiement en se cachant derrière le prétexte de sécurité, c’est du gros foutage de gueule.
Eths25
Ouai bravo Epic et son système d’exclu qui t’oblige à passer par leur launcher buggé à mort…
Batc
Je suis pas au courant d’un seul beug depuis que je l’utilise. Pour qu"il puisse se faire une place, il fallait des exclus, sinon c’était plié d’avance tellement le monopole de steam est insurmontable.
nirgal76
Quand je vois l’abruti de CEO de Spotify qui, pour justifier la misère qu’il reverse aux artistes, dit que c’est parceque les artistes ne produisent pas assez, faisant de la musique un vulgaire produit de consommation et non plus de l’art (ce que c’est pas mal devenu déjà), je me dis qu’il n’a pas de leçon à donner pour ce qui est d’exploiter le travail des autres.
Eths25
-&gt;google-&gt;Epic games launcher+bugs, y’a multitudes de topics.<br /> Et non, regarde GOG, leur launcher est très bien et ils ne font pas des exclus.
Batc
Je veux bien te croire concernant les beugs, c’est une expérience personnelle et toute expérience est unique avec son lot de beugs ou non… On ne peut pas faire de généralités. Et pour Gog que j’utilise aussi il ne doit pas représenter beaucoup, + ou - 10% de parts de marché de la distribution PC et encore c’est, je pense, beaucoup.<br /> En 2018, les éditeurs de jeu vidéo étaient déjà prêts à dégainer : https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/steam-le-geant-de-la-vente-en-ligne-de-jeux-video-pc-attaque-de-toutes-parts-256812#:~:text=«%20Lorsqu’un%20jeu%20génère%20plus,plus%20que%2020%20%%20des%20revenus.<br /> Ce qui semble se dessiner dans la distribution numérique (jeux vidéo, applications…) c’est une distribution décentralisée des grandes plateformes habituelles pour voir émerger de plus petites plateformes ou encore des nouvelles méthodes de distribution «&nbsp;fast delivery&nbsp;». Les éditeurs, quels qu’ils soient en ont peut-être marre de se faire entuber… On verra !
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Windows 10 permettra de choisir quel GPU utiliser pour chaque application
Civilization VI et ses extensions sont disponibles sur Android
Après Polestar, PSA opte à son tour pour Android Automotive
Dropbox Plus déploie de nouvelles fonctionnalités de sécurité
Aux États-Unis, des millions de dollars en crypto finançant des groupes terroristes ont été saisis
Pourquoi craquer pour Surfshark, le VPN le moins cher du marché
Lucid déclare avoir un SUV électrique en préparation, dont le prototype est fonctionnel
Google rejoint Apple et bannit Fortnite du Play Store Android
La refonte de Gmail déjà disponible pour les utilisateurs de G Suite
Fortnite : Apple retire le jeu de l'App Store, Epic porte plainte
Haut de page