Spotify et Tinder soutiennent Epic pour dénoncer les pratiques anticoncurrentielles d'Apple et Google

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
14 août 2020 à 09h18
14

Le week-end s’annonce turbulent, à la lueur du coup de communication entamé hier par Epic Games. En refusant de se conformer aux conditions d’utilisation d’Apple et de Google en court-circuitant les méthodes de paiement habituelles, l’éditeur s’est vu bannir de l’App Store et du Google Play Store dans la nuit. Une posture de défi soutenue par le géant du streaming musical, Spotify, et par Match Group.

Spotify n’en est pas à son premier coup de gueule à l’encontre de la firme à la Pomme. On s’attend également à voir Netflix prendre position très rapidement sur un sujet qui l’a déjà fait revoir en profondeur son parcours d’abonnement.

Choisir son camp

Les prochains jours seront assurément rythmés par le défilé des déclarations d’entreprises se rangeant dans un camp ou dans l’autre. Au lendemain de la décision de bannir Fortnite des magasins d’applications, le Suédois Spotify a choisi le sien : Epic.

« Nous applaudissons la décision d’Epic Games de tenir tête à Apple et de mettre en lumière ses abus de position dominante, déclare Spotify (cité par Peter Kafka, journaliste pour Vox.com). Les pratiques déloyales d’Apple ont désavantagé la concurrence et privé les consommateurs depuis trop longtemps. Les enjeux pour les consommateurs et pour les développeurs, gros ou petits, ne pourraient être plus importants. S’assurer qu’iOS fonctionne de façon juste est une tâche urgente aux implications profondes ».

Un rang dans lequel se range également Match Group, éditeur des applications de rencontre Tinder ou OkCupid. « Nous supportons pleinement les efforts d’Epic Games pour montrer comment Apple use de sa position dominante et de politiques injustes pour blesser les consommateurs, les développeurs et les entrepreneurs », proclame un porte-parole, toujours cité par Peter Kafka.

La « taxe Apple » dans le viseur

Spotify a un passif avec Apple. L’an dernier, le géant du streaming avait même porté plainte contre Apple pour abus de position dominante évoquant des motifs similaires à ceux d’Epic.

Dans le détail, Spotify reprochait à la Pomme non pas la fameuse taxe de 30 % prélevée sur tous les achats in-app, mais bien l’inégalité dans le traitement des applications qui y sont soumises. Uber ou Deliveroo, par exemple, échappent à cette commission. 

Problème : la « taxe Apple » représente une part non négligeable du chiffre d’affaires de l’entreprise. D’après le cabinet d’analyses SensorTower, 1,2 milliard de dollars ont été dépensés sur Fortnite iOS depuis mars 2018. Ce qui représente le joli pactole de 360 millions de dollars pour Apple, et 840 millions pour Epic. Les deux entreprises ont donc beaucoup à perdre si elles n’arrivent pas à trouver un terrain d’entente. Mais si le défi lancé par Epic venait à faire des émules, la Pomme n’aurait d’autre choix que de revoir drastiquement son modèle économique pour ne pas perdre, en plus, le soutien de ses clients.

Via : Twitter

Modifié le 14/08/2020 à 10h13
14
12
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

L'adoption de Firefox en chute de 85%
La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Quand Jean Castex avoue spontanément ne pas avoir téléchargé StopCovid
Annoncée lors du Battery Day, la Tesla Model S Plaid aura jusqu'à 840 km d'autonomie
RTX 3090 : NVIDIA calme les ardeurs des joueurs avant la sortie cet après-midi
Environnement : Renault vous invite à couper votre moteur devant les écoles
Beyond Good & Evil 2 : une enquête lève le voile sur un développement chaotique
scroll top