Depuis la démocratisation des smartphones les gens ont plus d'accident dus à leur téléphone #SansDec

08 décembre 2019 à 09h59
0
moto

Entre les coups et les trébuchements, le smartphone devient la source de nombreux accidents outre-Atlantique.

Parue dans une revue spécialisée en chirurgie de la tête et du cou, l'étude souligne une évolution des comportements induite par l'arrivée du smartphone.

76 000 cas d'accidents estimés en 20 ans

C'est la conclusion d'une étude très sérieuse : depuis 2007 et leur arrivée sur le marché, le nombre d'accidents impliquant des smartphones a sensiblement augmenté.

Chirurgien de la tête et du cou à la New Jersey Medical School, Boris Paskhover a recensé les cas d'accidents impliquant un smartphone dans 100 hôpitaux américains entre 1998 et 2017. Résultat des comptes : 2 501 accidents. Partant de cette base, ces équipes ont pu estimer le nombre total d'accidents, sur 20 ans et dans l'ensemble du pays, à 76 043.

Spoiler : le nombre d'accidents augmente de manière quasi-constante à partir de 2010. Sur cette même période, le pourcentage d'Américains possédant un smartphone est passé de 20 à 62 %. Coïncidence ?

Number of Reported Cell Phone–Related Injury Events, 1998 Through 2017


Par ailleurs, Boris Paskhover estime que le nombre d'accidents est largement sous-estimé : « Si quelqu'un marche dans la rue et qu'il tombe, il ne dira jamais qu'il a fait l'idiot en regardant son téléphone. Il dira juste qu'il a trébuché et qu'il est tombé ». On y pensera.

Accidents au volant et Pokemon GO : l'hyperconnexion en question

Pour affiner son analyse, les responsables de l'étude ont classé les accidents en deux catégories : d'une part les accidents directs et mécaniques, comme un coup asséné avec un smartphone (non, on ne plaisante pas). D'autre part les accidents indirects, à l'image de deux personnes se percutant parce qu'elles étaient distraites par leur smartphone.

Les accidents directs concernent surtout de jeunes patients (82 % ont moins de treize ans), alors que les personnes de plus de 50 ans, elles, seraient davantage concernées par la seconde catégorie d'accidents.

Pour Boris Paskhover, le plus préoccupant reste l'augmentation constante d'accidents indirects. Du téléphone au volant, à Pokemon Go, en passant par le chaland scotché à son écran, les différents cas de figure d'accidents témoignent du pouvoir de distraction du smartphone, et de l'hyperconnexion qui gagne petits et grands.

« Combien de fois voyez-vous des gens se cogner en marchant ? » s'interroge le chirurgien. « Il est évident que les gens ne lisent plus un magazine dans la rue, mais qu'ils lisent un article sur leur téléphone ».

Si l'étude fait sourire, elle met aussi en évidence une nouvelle forme de danger, dont les conséquences sont parfois désastreuses. Pour rappel : en France, près d'un accident mortel sur dix serait lié à l'utilisation du smartphone.

Sources : The Verge, Statista
Modifié le 08/12/2019 à 10h59
30
19
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
L'administration Trump tire un trait sur les normes environnementales au motif du Covid-19
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
scroll top