Surveillance des photos dans Gmail : Google s'explique

05 août 2014 à 18h18
0
Google a apporté des précisions concernant la méthode qui lui a permis de détecter des activités illégales sur le compte Gmail du délinquant sexuel récemment arrêté à Houston. L'entreprise donne des détails sur sa démarche et sur l'obligation légale associée.

00FA000006813166-photo-google-logo-gb-sq.jpg
L'arrestation, le week-end dernier, d'un délinquant sexuel au Texas, réalisée avec le concours de Google, a partagé l'opinion. D'un côté, certains ont salué la démarche de l'entreprise, qui a permis d'arrêter un pédophile qui faisait du trafic de photos d'enfants via sa boîte Gmail. De l'autre, la situation a relancé le débat concernant la surveillance des données personnelles réalisée par Google auprès de ses utilisateurs.

L'entreprise a donné des précisions à l'AFP concernant ses pratiques : « Malheureusement, toutes les entreprises du Web doivent faire face à l'abus sexuel envers les enfants. C'est pourquoi Google supprime activement les images illégales de ses services, et les signale au National Center for Missing and Exploited Children (NCMEC) » explique le service. « Chaque image d'abus sexuel sur mineur est signée d'une empreinte numérique unique qui permet à nos systèmes d'identifier les photos, même au sein de Gmail. » Même si l'entreprise ne donne pas de détail concernant la technologie utilisée, elle en précise les limites : « Il est important de rappeler que nous n'utilisons ce procédé que pour identifier les photos liées aux abus sur les mineurs, et pas pour identifier du contenu électronique qui pourrait être associé à d'autres activités criminelles (par exemple, l'usage d'emails pour planifier un cambriolage). »

Expliqué ainsi, ce n'est pas forcément rassurant, mais l'idée est là : Google utilise des algorithmes qui lui permettent d'identifier un type de photos bien précis, uniquement dans le cadre de sa collaboration avec le NCMEC. L'organisme souligne de son côté que la loi fédérale exige que les fournisseurs de services Web signalent les contenus liés à des activités pédophiles dans le cadre du programme CyberTipline. La surveillance des contenus partagés sur les services de Google résulte donc, dans ce cadre, d'une obligation légale, et se limite à un unique type de contenu identifiable pour lequel l'entreprise confirme « une tolérance zéro ». De quoi éclaircir les intentions et surtout les obligations de l'entreprise face à ce type de contenu indéniablement condamnable.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Infos US de la nuit : Le nouvel iPhone pour le 9 septembre, Groupon en difficulté
Une astuce originale contre le piratage d’applications iPhone
Annonces de rentrée : Galaxy Note 4 le 3 septembre, iPhone 6 le 9 septembre
Sosh, SFR RED : la 4G s'installe pour de bon dans les forfaits à 20 euros
Un avis en ligne sur deux est manipulé et il est dur de lutter
Bomb Gaza : Google et Facebook suppriment des jeux polémiques
Le lanceur d'applications Google Now disponible pour tous les terminaux Android
Enfin restructuré, BlackBerry n'a
SynoLocker : Synology publie des recommandations pour les utilisateurs de ses NAS (màj)
Lenny et Bloom : nouveaux smartphones premier prix chez Wiko
Haut de page