Surveillance des photos dans Gmail : Google s'explique

05 août 2014 à 18h18
0
Google a apporté des précisions concernant la méthode qui lui a permis de détecter des activités illégales sur le compte Gmail du délinquant sexuel récemment arrêté à Houston. L'entreprise donne des détails sur sa démarche et sur l'obligation légale associée.

00FA000006813166-photo-google-logo-gb-sq.jpg
L'arrestation, le week-end dernier, d'un délinquant sexuel au Texas, réalisée avec le concours de Google, a partagé l'opinion. D'un côté, certains ont salué la démarche de l'entreprise, qui a permis d'arrêter un pédophile qui faisait du trafic de photos d'enfants via sa boîte Gmail. De l'autre, la situation a relancé le débat concernant la surveillance des données personnelles réalisée par Google auprès de ses utilisateurs.

L'entreprise a donné des précisions à l'AFP concernant ses pratiques : « Malheureusement, toutes les entreprises du Web doivent faire face à l'abus sexuel envers les enfants. C'est pourquoi Google supprime activement les images illégales de ses services, et les signale au National Center for Missing and Exploited Children (NCMEC) » explique le service. « Chaque image d'abus sexuel sur mineur est signée d'une empreinte numérique unique qui permet à nos systèmes d'identifier les photos, même au sein de Gmail. » Même si l'entreprise ne donne pas de détail concernant la technologie utilisée, elle en précise les limites : « Il est important de rappeler que nous n'utilisons ce procédé que pour identifier les photos liées aux abus sur les mineurs, et pas pour identifier du contenu électronique qui pourrait être associé à d'autres activités criminelles (par exemple, l'usage d'emails pour planifier un cambriolage). »

Expliqué ainsi, ce n'est pas forcément rassurant, mais l'idée est là : Google utilise des algorithmes qui lui permettent d'identifier un type de photos bien précis, uniquement dans le cadre de sa collaboration avec le NCMEC. L'organisme souligne de son côté que la loi fédérale exige que les fournisseurs de services Web signalent les contenus liés à des activités pédophiles dans le cadre du programme CyberTipline. La surveillance des contenus partagés sur les services de Google résulte donc, dans ce cadre, d'une obligation légale, et se limite à un unique type de contenu identifiable pour lequel l'entreprise confirme « une tolérance zéro ». De quoi éclaircir les intentions et surtout les obligations de l'entreprise face à ce type de contenu indéniablement condamnable.

Audrey Oeillet

Journaliste mais geekette avant tout, je m'intéresse aussi bien à la dernière tablette innovante qu'aux réseaux sociaux, aux offres mobiles, aux périphériques gamers ou encore aux livres électroniques...

Lire d'autres articles

Journaliste mais geekette avant tout, je m'intéresse aussi bien à la dernière tablette innovante qu'aux réseaux sociaux, aux offres mobiles, aux périphériques gamers ou encore aux livres électroniques, sans oublier les gadgets et autres actualités insolites liées à l'univers du hi-tech. Et comme il n'y a pas que les z'Internets dans la vie, j'aime aussi les jeux vidéo, les comics, la littérature SF, les séries télé et les chats. Et les poneys, évidemment.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page