La surveillance des images au sein de Gmail mène à l'arrestation d'un pédophile

04 août 2014 à 17h26
0
La surveillance accrue de Google concernant les images pédophiles circulant sur la Toile a récemment contribué à l'arrestation d'un Américain accusé de possession de contenu pédopornographique. Les photos incriminées étaient stockées sur son compte Gmail.

00FA000004467884-photo-ic-ne-gmail-pour-android-logo.jpg
On savait depuis plusieurs années que Google scannait automatiquement les clichés présents sur Internet pour lutter contre les activités pédophiles, en collaboration avec plusieurs associations allant également en ce sens. Néanmoins, la firme de Mountain View n'avait pas laissé entendre que cette démarche concernait également le contenu circulant dans son service de messagerie Gmail. L'arrestation, fin juillet, d'un délinquant sexuel récidiviste à Houston au Texas, ne laisse plus de doute concernant cette démarche.

Le National Center for Missing and Exploited Children lutte contre la menace pédophile sur Internet et, dans le cas présent, a reçu des éléments de la part de Google pour étayer son dossier contre un pédophile déjà condamné par le passé. L'homme de 41 ans s'est fait pincer en envoyant des clichés d'une fillette à l'un de ses contacts. « Il essayait de ne pas se faire prendre en gardant les photos stockées sur son compte de messagerie » a expliqué David Nettles, un membre de la police de Houston, à un média local. « Je ne peux pas accéder à cette information, je ne peux pas voir la photo, mais Google le peut » ajoute-t-il. L'arrestation de l'individu a entraîné une perquisition de son domicile, qui a découlé sur la découverte de photos pédopornographiques stockées localement.

Le délinquant sexuel ne diffusait aucun contenu de manière visible sur Internet : il ne disposait pas de site Web et se contentait d'envoyer ses photos par courriel. Sans la collaboration de Google, les autorités estiment que l'arrestation n'aurait pas été possible : de quoi diviser l'opinion, car si la démarche permet d'appréhender des personnes hors-la-loi, elle place tous les utilisateurs dans le siège du suspect potentiel. « Les utilisateurs de Gmail seront certainement intéressés par le fait que Google mène des actions proactives pour surveiller et analyser les messages Gmail à la recherche de contenu illicites » estime Emma Carr, directrice du groupe Big Brother Watch, qui défend la vie privée des internautes. « Google doit se montrer très clair concernant ce genre de procédures et les garanties mises en place pour que les gens ne soient pas accusés à tort. »

Pour rappel, Google a mis à jour en avril dernier les conditions d'utilisation de ses services, détaillant le fait que les courriels stockés sur les comptes Gmail sont bien scannés par le service. Les objectifs mis en avant concernent cependant le ciblage publicitaire et la protection contre les logiciels malveillants, et n'évoque pas de surveillance à d'autres fins, ce qui provoque la confusion dans la situation actuelle. Google ayant été, à plusieurs reprises, la cible d'actions collectives en lien avec ses activités de numérisation des contenus de ses utilisateurs, cette nouvelle affaire risque de relancer la polémique malgré son issue positive.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Black Lightning : un trailer pour annoncer son retour (et ses adieux) en février sur The CW
Comparatif : quel hub USB-C choisir pour optimiser la connectique de votre PC ?
Harry Potter : HBO Max aurait commencé à travailler sur une potentielle adaptation en série
Les astronautes de l'ISS gardent un endroit de la station sale pour une expérience du CNES
Soldes : les meilleurs bons plans high-tech avant la 2ème démarque !
Test Yale Linus Smart Lock : cette serrure connectée simplifie t-elle vraiment la vie ?
Soldes Boulanger : cet écran gamer MSI est à prix cassé
L'opérateur RED by SFR relance son forfait 200 Go à 15€
L'édition collector Complete Set de Resident Evil 8 Village est affichée... à plus de 1 500 euros !
Haut de page