L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires

Benoît Théry Contributeur
19 octobre 2019 à 12h05
0
disquette US Army
© Getty Images/Robert Gauthier

C'était une pratique de l'armée américaine qui pouvait prêter à sourire, si elle n'avait pas concerné le commandement de l'arsenal nucléaire américain. Désormais, l'U.S Army n'utilisera plus de disquettes de 8 pouces pour recevoir les ordres de lancement nucléaire du président américain.

Ces disquettes venues tout droit des années 70, si elles étaient reconnus comme particulièrement sures, posaient des problèmes de plus en plus conséquents.

Plus vieux, plus sûr

C'est dans une émission de la chaîne américaine CBS diffusée en 2014 que l'on a appris que l'armée américaine utilisait des disquettes de 8 pouces comme support pour recevoir les ordres de lancement de missiles nucléaires. Celle-ci était insérée dans un ancien ordinateur IBM Series 1, lui-même sorti des années 70 et faisant partie d'un système baptisé « Système de commandement et de contrôle automatisé stratégique » (Strategic Automated Command and Control System, ou SACCS). La raison est résumée par le lieutenant-colonel Jason Rossi : « C'est l'âge qui fournit cette sécurité. Parfois, une vieille technologie est plus sûre ». Il explique : « Vous ne pouvez pas pirater quelque chose qui n'a pas d'adresse. C'est un système tout à fait unique. Il est vieux, et c'est très bien. »

Tous ne l'ont cependant pas entendu de cette oreille. En 2016, un rapport a déjà pointé du doigt l'obsolescence de certains systèmes militaires américains, l'utilisation d'une disquette de 8 pouces vieille de plus de 40 ans symbolisant le mieux ce retard technologique. Le rapport mentionnait que, dans certains cas, les vendeurs de ces systèmes n'en assuraient plus le support.

Jason Rossi a aussi admis les inconvénients du système, qui nécessitent une expertise se faisant de plus en plus rare : « J'ai des gars ici [...] qui peuvent vous dire ce qui ne va pas à partir d'un code d'erreur ou quelque chose du genre. Lorsque c'est nécessaire, ce niveau d'expertise est très difficile à remplacer ».

Un remplacement délicat

Les anciens systèmes du SACCS ont donc été remplacés. Ce remplacement devait être réalisé en 2017, mais cette échéance initiale a été repoussée. L'installation d'un système au centre de tels enjeux n'est pas aussi simple, ses responsables n'ayant pas le droit à l'erreur. En 2016, l'ingénieur et président du conseil scientifique de l'U.S Air Force, le docteur Werner Dahm, a souligné : « Vous devez être en mesure de certifier que votre adversaire ne pourra pas prendre le contrôle de cette arme, et qu'elle sera capable de faire ce qu'elle est censée faire quand vous l'utiliserez ».

Comme on peut s'y attendre, les informations concernant le nouveau système sont lapidaires. Les disquettes auraient déjà été remplacées par ce que Jason Rossi nomme « une solution de stockage hautement sécurisée » au mois de juin. Voilà qui est rassurant. Du moins, on l'espère.

Source : Engadget.
45 réponses
20 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Porn : Macron veut
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top