Ivre au volant, il tente l’excuse du pilotage automatique

23 janvier 2018 à 10h01
0
L'Homme ne manque jamais d'imagination quand il s'agit de tenter d'éviter une amende, un retrait de points ou un retrait de permis. Ça paraît logique : ce n'est jamais agréable de devoir payer quelques dizaines ou centaines d'euros à l'administration et ce, même si l'on est totalement en tort. Les excuses qu'on peut inventer sont donc nombreuses et une nouvelle vient de s'ajouter à la liste.

Ça ne fait en effet que quelques années qu'il est possible de tenter l'excuse du pilotage automatique pour justifier une infraction au code de la route. Sauf que dans le cas présent, c'était perdu d'avance.

Mais, Monsieur l'agent, j'étais en pilotage automatique !

Dans un post publié sur Twitter le 19 janvier 2018, la police autoroutière (California highway patrol) de San Francisco dévoile une affaire un peu saugrenue. Une patrouille a identifié une voiture dont le conducteur était semble-t-il inconscient au volant. La voiture, une Tesla, roulait toutefois en plein milieu de l'autoroute, elle n'était bloquée que par la circulation très importante à ce moment-là, qui avait formé un bouchon.

La patrouille est tout de suite intervenue car le conducteur représentait un danger pour lui et pour les autres et, surtout, il aurait très bien pu faire un malaise. La réalité était toute autre : le conducteur semblait s'être assoupi au volant en raison de son taux d'alcool. Lorsqu'il a été réveillé par les policiers, il a toutefois clamé que tout allait bien car la voiture était « en pilotage automatique ». Une excuse qui n'a pas suffi : l'homme a été emmené au poste pour conduite en état d'ivresse (plus de deux fois la limite autorisée) et sa voiture, emmenée à la fourrière.




Pilotage automatique ? Non, conduite assistée

Si la police autoroutière de San Francisco a publié ce post, c'est pour rappeler qu'il est interdit de boire et de conduire même si la voiture est une Tesla ou un tout autre modèle concurrent qui dispose du « pilotage automatique ». Ce dernier n'existe pas encore : les Tesla et autres modèles ne disposent aujourd'hui que d'une assistance à la conduite. Si cette dernière est très performante, elle ne suffit pas pour autant et le conducteur doit toujours être vigilant. Sans compter qu'il reste responsable de ses actes.

Ce qu'il est possible de croire, toutefois, réside dans le fait que cette assistance à la conduite ait permis de sauver la vie du conducteur voire celle des autres automobilistes : la Tesla a freiné au milieu du trafic sans besoin d'intervention de son propriétaire, évitant probablement un accident.

En France, la même réglementation est en vigueur : il est interdit d'être au volant d'une Tesla en ayant bu et ce, même si l'assistance à la conduite est enclenchée. Le risque d'amende et de sanctions pour le conducteur est exactement le même qu'en cas de voiture normale.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top