Gaz de schiste : interdit de l’exploiter, mais de plus en plus importé

06 novembre 2019 à 09h09
0
gaz de schiste

Si l'extraction de gaz de schiste par fracturation hydraulique est impossible depuis 2011, la France ne se prive pas pour autant de le consommer en l'important des États-Unis. Une manière de ne pas assumer les problèmes environnementaux liés à cette technique ?

Pour rappel, la fracturation hydraulique est utilisée afin d'exploiter des hydrocarbures dits non-conventionnels, comme le gaz de schiste, qui sont emprisonnés à grande profondeur dans des roches trop peu perméables. Cette méthode consiste à injecter un fluide composé à la fois d'eau, de sable et d'additifs chimiques dans la « roche-mère » afin de la disloquer, et d'en extraire ainsi des ressources qui ne seraient pas exploitables, économiquement parlant, avec les techniques habituelles.

L'exploitation par fracturation hydraulique interdite

Inventée dans les années 1940, la fracturation hydraulique a connu un boom impressionnant ces dernières décennies, en particulier en Amérique du Nord. Et ce, en dépit des multiples controverses concernant son impact environnemental : intense consommation d'eau, émissions de gaz à effet de serre, rejet de polluants, micro-séismes, dégradation du paysage, nappes phréatiques contaminées, etc.

Pour toutes ces raisons, la France a décidé d'interdire cette technique dès 2011, devenant ainsi le premier pays au monde à le faire, et faisant au passage une croix sur ses propre réserves, qui sont conséquentes dans le sud-est. Une décision confirmée fin 2017, quand la France a interdit sur son sol l'extraction de l'ensemble des hydrocarbures, conventionnels comme non conventionnels, à l'horizon 2040. Là encore, une première au niveau mondial !

Quid de l'importation et de la consommation en France ?

Cependant, si l'exploitation du gaz de schiste par fracturation hydraulique a été interdite, ce n'est pas le cas de sa consommation, via l'importation par bateau, qui demeure, elle, tout à fait légale ! Une « faille » dans le dispositif, dont se sont d'ailleurs saisis plusieurs groupes énergétiques français : Total, EDF, Engie. Plus tôt cette année, l'Observatoire des multinationales a d'ailleurs révélé que les premiers contrats avaient été signés en 2015, en plein cœur de la Conférence de Paris (COP21) sur le climat...

Après deux années de tractations et de préparatifs, les importations ont finalement démarré en 2017, d'abord indirectement, en passant par d'autres pays d'Europe, puis directement des États-Unis vers la France depuis l'année dernière. D'abord modestes, leur rythme s'est accéléré en 2019 : « les importations de gaz américains ont presque quadruplé depuis le début de l'année » apprend-on notamment sur BFM Business.

Une tendance qui ne risque pas de s'inverser, puisque la France et la plupart des pays européens cherchent à réduire leur dépendance vis-à-vis de la Russie pour leur approvisionnement en gaz...

Sources : BFM Business, Observatoire des multinationales
Modifié le 06/11/2019 à 09h09
23 réponses
12 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
Les camions électriques Volvo sont désormais en vente (et bientôt sur nos routes)
Selon Bloomberg, un MacBook 16
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau
Le MacBook Pro 16

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top