Airparif annonce la mesure permanente des particules ultra-fines en région Île-de-France

Alexandre Boero Contributeur
20 septembre 2019 à 05h33
0
trafic et pollution
© Crédits photo : Shutterstock.com

Soutenu par la région Île-de-France, l'organisme Airparif va mettre en place une mesure permanente des particules ultra-fines, grâce à un appareil de haute technologie.

Avec la participation financière de la région Île-de-France, l'association Airparif a pu s'équiper d'un appareil qui permet de mesurer des particules « aussi petites qu'une molécule d'ADN ». Destinée à la mesure permanente des particules ultra-fine dans la région, la machine vient compléter le réseau d'Airparif ; elle sera installée dans une station de mesure située dans l'agglomération parisienne. Cette dernière deviendra une station de référence permettant de mieux cerner la pollution particulaire sur le territoire et d'anticiper les enjeux sanitaires liés aux polluants.

Les particules ultra-fines, de réels « effets sur la santé »

À côté des particules fines PM2,5, récemment prises en compte dans les calculs de l'indice ATMO, qui ont des effets sur les systèmes cardio-vasculaires et neurologiques, et des PM10, impactant la respiration, il existe des particules ultra-fines, encore plus petites donc, qui ne sont pas de l'ordre de la cellule ni de la bactérie, mais du virus (PM0,1, soit inférieures à 0,1 micromètre).


L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a confirmé, en juillet dernier avec des niveaux de preuve élevés, « les effets sur la santé » qu'ont ces particules ultra-fines. L'Agence évoque des atteintes respiratoires et cardiovasculaires, mais aussi des décès anticipés « liés à certaines composantes des particules de l'air ambiant dont les particules ultra-fines, le carbone suie et le carbone organique ».

particules-airparf.png
© Airparif

Arrêter de négliger les particules ultra-fines d'un point de vue réglementaire

Concernant ces trois polluants, l'Anses recommande de les réglementer et de les placer sous surveillance de manière pérenne, de façon à ce qu'ils soient pris en compte dans les indicateurs d'évaluation au même titre que les particules PM2,5 et PM10. Notons que le carbone suie, s'il ne subit pas de réglementation, est tout de même sous surveillance permanente depuis 2015.

La mise en place de cette station de référence est ô combien importante pour l'Anses en raison de l'absence de réglementation et de normes. Airparf souhaite lancer une étude en 2020 et initier des mesures simultanées sur trois sites différents.

Source : Airparif
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...
SpaceX : plutôt 42 000 satellites pour Starlink ?
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top