ATMO : l'indice mesurant la qualité de l'air va prendre en compte de nouvelles particules fines

Benoît Théry Contributeur
19 septembre 2019 à 15h35
0
trafic et pollution
© Shutterstock.com

En 15 ans d'existence, l'indice ATMO, qui mesure la qualité de l'air, n'a pratiquement pas évolué. C'est pourtant ce qui est en passe d'arriver, l'indice étant amené à prendre en compte de nouvelles particules fines.

La prise en compte des particules fines inférieures à 2,5 micromètres, qui seraient responsables de 48 000 décès prématurés chaque année, a déjà été votée à l'unanimité par le conseil national de l'air (CNA).

Un indice critiqué

L'indice ATMO est destiné à exprimer la qualité de l'air en zone urbaine. Il est utilisé dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants, et donne ainsi chaque jour une note allant de 1 (très bonne qualité de l'air) à 10 (très mauvaise qualité), en se basant sur la mesure de quatre composants : l'ozone, le dioxyde de soufre, le dioxyde d'azote et les particules fines PM10. C'est le plus élevé de ces quatre sous-indices qui fournit la note du jour. Lorsque la qualité se dégrade suffisamment pour mettre en danger la santé de la population, l'indice ATMO sert aussi au lancement d'alertes.

L'indice prend donc déjà en compte les particules fines, mais uniquement les PM10, c'est-à-dire les particules comprises entre 10 et 2,5 micromètres. La révision de l'ATMO répond aujourd'hui à des critiques, relayées notamment par la ministre de la Transition Écologique Elisabeth Borne lors de la Journée nationale de la qualité de l'air : « J'ai entendu des critiques depuis longtemps sur le caractère inadapté de l'indicateur actuel et je dois dire que je les partage ». Ce sont également des limites évoquées sur le site d'ATMO-France : « Son calcul se base sur les stations de fond, laissant de côté les stations de mesure le long du trafic. En outre, l'indice ne prend pas en compte les synergies entre les quatre polluants. Pour qu'il puisse être mieux adapté aux dispositifs actuels d'information et d'alerte, voire aux lignes directrices de l'OMS avec des sous-indices, il est en cours de révision ».

Tenir compte des particules fines PM2,5

En conséquence, les particules fines PM2,5, c'est-à-dire inférieures à 2,5 micromètres seront désormais incluses dans les indices ATMO. Le CNA, qui réunit notamment des élus et des scientifiques, prévoit la mise en place du nouvel indice pour début 2020. Elisabeth Borne dit s'attendre à ce que celui-ci soit à la fois « plus efficace » et « plus lisible ».

Mais pour le député (LREM) et président du CNA Jean-Luc Fugit, la modification de l'indice ATMO est aussi un vecteur d'information : il entend la possibilité « d'avoir un indicateur qui soit plus souvent indicateur de la mauvaise qualité de l'air » et ajoute que « ça pourra être un moteur pour l'action, peut-être que ça donnera une motivation supplémentaire pour agir ».

Source : La Voix du Nord
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...
SpaceX : plutôt 42 000 satellites pour Starlink ?
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top