Amazon s'engage à ne plus détruire ses invendus… mais pas en France

07 septembre 2019 à 15h33
0
Amazon entrepôt
© Getty Images

Pointée du doigt en janvier dernier par le magazine Capital, la firme de Jeff Bezos était accusée de détruire ses invendus plutôt que d'en faire don à des associations caritatives. En France, ce serait plus de trois millions d'objets qui partiraient à la benne chaque année. Amazon vient donc d'annoncer la mise en place de son programme « Fulfillment by Amazon », et s'engage à faire don des produits invendus... Mais uniquement aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Une initiative louable donc, mais qui ne sera pas déployée en France pour le moment. La raison ? Une TVA plus facilement récupérable pour les entreprises françaises en cas de destruction du produit, qu'en cas de don.

Fulfillment by Amazon : un début prometteur d'Amazon contre le gaspillage


Face au scandale provoqué par la révélation de la destruction de plusieurs millions de produits neufs chaque année, Amazon a semble-t-il décidé d'agir. Si, d'après cette dernière, les invendus directs d'Amazon sont toujours proposés à des associations, ce n'était pas le cas pour les invendus des vendeurs tiers stockant leurs produits dans les entrepôts de la firme.

En cause ? Une politique de restitution des stocks désavantageuse pour les vendeurs : chaque produit détruit était en effet facturé 15 centimes, contre 50 centimes pour un produit restitué. Cette politique semble révolue, puisque certains vendeurs contactés par CNBC auraient confirmé que le programme Fulfillement by Amazon serait financièrement plus intéressant que la destruction de leurs stocks, sans pour autant préciser le coût de ce nouveau service.

Depuis le 1er septembre 2019, le programme FBA est donc appliqué automatiquement pour les vendeurs tiers situés aux États-Unis ou au Royaume-Uni. Sauf refus explicite de leur part, les produits invendus seront désormais donnés à des associations plutôt que détruits.

Aux États-Unis, c'est l'organisme Good360 qui a été désigné pour collecter les produits invendus des vendeurs Amazon et les redistribuer aux associations partenaires du programme. Au Royaume-Uni ce sont les trois associations caritatives Newlife, Salvation Army et Bernado's qui bénéficieront directement du programme FBA.

Une absurdité fiscale bloque l'arrivée de FBA en France


Si le programme a été plutôt bien accueilli aux États-Unis et au Royaume-Uni, il n'est pour l'instant pas question de le déployer en France, et pour une fois, ce n'est pas que la faute d'Amazon.

Pour justifier cette situation, Amazon met en avant une absurdité de la fiscalité française : en effet, chaque vendeur souhaitant faire don de ses invendus est dans l'obligation de s'acquitter de la TVA sur ses produits sans pour autant pouvoir la récupérer. Or, cette réglementation ne serait pas économiquement viable pour les petites entreprises présentes sur le marketplace.

En effet, pour pouvoir récupérer la TVA et la déduire de son imposition, le don doit être effectué auprès d'une association reconnue d'utilité publique, or Emmaüs et d'autres associations de ré-emploi n'en font pas partie, par exemple.

À l'heure où le gouvernement part en guerre contre le gaspillage des produits consommables, il serait également bon d'assouplir les règles des dons en nature pour favoriser la réutilisation des invendus plutôt que leur destruction.

Enfin, si la mise en place de ce programme se doit d'être saluée, il va sans dire qu'elle ne constitue pas une réponse suffisante à l'impact environnemental catastrophique d'Amazon : c'est bien l'ensemble de son business model, ainsi que la surproduction constante qu'il faudrait remettre en question.

Source : Novethic
10 réponses
10 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le paiement sur Internet s'arme d'un nouveau système antifraude fonctionnel dès demain
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Renault : son crossover électrique K-ZE lancé en Chine, à partir de 8 500 €
iPhone 11 : tout savoir sur le processeur A13 Bionic qui l'anime
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Un son pour avertir les piétons va être ajouté à la Tesla Model 3
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Nintendo s'attaque à nouveau à un site de partage de ROM

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top