7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces

20 juillet 2019 à 14h58
0
Glacier

Trois scientifiques de l'institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique ont élaboré un projet de géo-ingénierie dantesque pour stopper la fonte des glaces en Antarctique Occidentale. Leur étude dévoile qu'il faudrait y déverser 7 400 gigatonnes de neige « artificielle » pour annuler ce processus qui provoque une élévation inquiétante du niveau de la mer.

Un projet colossal qui rappelle que les simulations de la montée du niveau des océans font froid dans le dos...

Arrêter l'élévation du niveau de la mer

Johannes Feldmann, Anders Levermann et Matthias Mengel sont les trois auteurs d'une nouvelle étude parue le 17 juillet 2019 dans la revue Science Advances. Ils y dévoilent les résultats de leurs simulations numériques pour enrayer la fonte des glaciers en Antarctique Occidentale. En effet, avec le réchauffement climatique, l'eau plus chaude de l'océan déstabilise les glaciers et accélère leur fonte.

Le déclin des glaciers Pine Island et Thwaites représente une part importante de l'élévation du niveau de la mer. L'effet global de la fonte des glaciers a été calculé : ils pourraient faire monter le niveau de la mer d'environ trois mètres, mettant en danger des métropoles comme Calcutta, Shanghai, New-York ou encore Tokyo. Mais les chercheurs sont parvenus à trouver une solution pour arrêter cette perte de glace.

La géo-ingénierie pour stopper la fonte des glaciers en Antarctique

À travers des simulations numériques, ils ont déterminé qu'il faudrait ajouter 7 400 gigatonnes de neige, créée artificiellement, dans les régions côtières autour des glaciers Pine Island et Thwaites pour enrayer le processus. Ce projet de géo-ingénierie nécessiterait de pomper d'énormes quantités d'eau de mer dans la calotte glacière pour générer la neige, mais cela permettrait de stabiliser les deux glaciers en fuite.

Le trio de scientifiques le concède : ce projet est radical et extrêmement coûteux. Tout d'abord, il s'étalerait sur 10 à 50 ans. De plus, le pompage de l'eau de l'océan nécessiterait une énorme quantité d'énergie. Il faudrait alors construire une série de 12 000 éoliennes pour permettre ce processus. Face aux immenses défis techniques que ce plan requiert, les auteurs admettent qu'il s'agirait d'un « effort sans précédent pour l'humanité ».

Source : CNET
75
22
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Coronavirus : le traçage numérique
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
Le stockage d’énergie sous forme d’hydrogène fait un bond en avant
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
Folding@home dépasse l'ExaFLOP pour lutter contre le Coronavirus
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
scroll top