Des écrans partiellement organiques rendront bientôt nos smartphones flexibles

Par
Le 13 octobre 2018
 0
le professeur larry yuerui lu, à gauche, et le docteur et chercheur ankur sharma de l

Des ingénieurs de l'Australian National University (ANU) ont inventé un semi-conducteur flexible et performant. Composé de matériaux organiques et inorganiques, il est capable de convertir l'électricité en lumière avec un rendement très intéressant ; la voie vers la fabrication de smartphones flexibles serait ouverte.

Des smartphones aussi puissants que des supercalculateurs

C'est la première fois que des semi-conducteurs hybrides aussi fins et flexibles sont fabriqués. Difficile de faire plus fin, en effet, car la partie organique ne serait composée que d'une couche atomique. L'épaisseur de la partie inorganique est quant à elle limitée à 2 couches atomiques. Grâce à cette structure hybride, l'électricité peut être convertie en lumière de façon efficace, ce qui rend possible la fabrication de toutes sortes d'affichages : télévisions, écrans d'ordinateur ou de smartphones.

La performance de ces matériaux semi-conducteurs hybrides serait en outre bien supérieure à celle des semi-conducteurs inorganiques actuels au silicium. D'après le Dr Ankur Sharma, il serait même possible de fabriquer des smartphones aussi puissants que des supercalculateurs.

La fin du problème des déchets électroniques ?

Ces semi-conducteurs hybrides sont conçus par dépôt chimique en phase vapeur (CVD), une technologie de pointe qui permet d'assembler des structures atome par atome. Comme ces matériaux sont fins, ils représentent également un très faible volume de déchets pour des performances décuplées.

Car il faut garder à l'esprit que les déchets électroniques (ou DEEE) font partie des déchets les plus problématiques. Nous en produisons chaque année dans le monde plusieurs dizaines de millions de tonnes, et une très faible partie seulement est recyclée. L'arrivée de semi-conducteurs biodégradables ou facilement recyclables serait donc une aubaine.

Cette invention a tout d'une technologie de rupture. Les chercheurs doivent maintenant réussir à synthétiser ce matériau sur de grandes surfaces pour qu'il puisse être commercialisé, en collaboration avec des partenaires industriels.
Modifié le 12/10/2018 à 15h19

Les dernières actualités Environnement

scroll top