Jouer sur Linux, c’est possible : on a essayé et on a adoré !

Johan Gautreau
Expert objets connectés
22 janvier 2021 à 14h47
102
Gaming Linux Steam

Quand on parle gaming, on pense rarement à GNU/Linux comme premier choix. Windows et MacOS restent les plateformes privilégiées des joueurs purs et durs. L’échec des Steam Machines il y a quelques années semblait d’ailleurs avoir enfoncé le dernier clou dans le cercueil du jeu linuxien... Et pourtant, il se pourrait bien que le vent tourne dans les années à venir. Petite rétrospective d’un mois entier à jouer sur un PC Ubuntu. 

Il y a quelques semaines, suite à un énième bug sous Windows 10, j’ai décidé de repasser entièrement sous Ubuntu . La mort dans l’âme, je me préparais à dire adieu à ma bibliothèque Steam et autres jeux accumulés ces dernières années... 

Ce n’est pas mon premier passage sur une distribution GNU/Linux , loin de là. Mais jamais je n’ai réussi à profiter de mes jeux préférés de façon décente. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Vous n’imaginez pas quelle fut ma joie quand j’ai découvert que non seulement une grande partie de ma bibliothèque Steam fonctionnait, mais qu’en plus j’allais obtenir sur certains titres de meilleures performances qu’avec Windows 10 ! 

Alors oui, tout n’est pas parfait et il reste encore du chemin à accomplir avant que GNU/Linux ne rattrape vraiment Windows 10 et MacOS. Malgré tout, il est dès maintenant possible de jouer à des milliers de jeux sur presque n’importe quelle distribution Linux. Je vous explique tout ça en détail pas plus tard que maintenant ! 

Au commencement fut Wine 

Les habitués de GNU/Linux connaissent tous Wine , un acronyme récursif pour Wine Is Not an Emulator. Ce projet remonte à la « préhistoire » de l’informatique moderne puisqu’il date de 1993. La première version stable de ce logiciel libre ne voit pourtant le jour qu’en juin 2008. 

Wine a pour but de permettre le lancement d’applications Windows sur les systèmes d’exploitation MacOS et GNU/Linux. Ce n’est pas un émulateur mais une implémentation de l’interface Windows. C’est aussi le point névralgique du gaming sous Linux, mais j’y reviendrai plus tard. 

Durant la dernière décennie, plusieurs projets libres ou commerciaux ont vu le jour afin de permettre de jouer sur des machines GNU/Linux. On peut citer Cedega  - maintenant à l'abandon - ou PlayOnLinux  qui sont les plus connus. 

Crying Suns Linux

J’ai pour ma part fait un usage intensif de PlayOnLinux ces dernières années, ses scripts permettant l’installation et la configuration rapide de nombreux jeux Windows. Mais il faut bien dire que les résultats finaux étaient toujours plus ou moins mitigés : jeu qui ne se lance pas, plantages récurrents, performances pauvres...  

Pas facile de jouer sous GNU/Linux !

Steam Machines : le cuisant échec de Valve et SteamOS

C’est en 2015 que commence la - lente - révolution du gaming linuxien avec les Steam Machines. Alienware, Gigabyte, Zotac et autres constructeurs conçoivent sous l’égide de Valve des PC déguisés en consoles de salon.  

Steam Machine

Le but : faire tourner un maximum de jeux sous SteamOS , un système d’exploitation dérivé de Steam fonctionnant sur un noyau Linux. Chaque constructeur est libre de proposer la configuration qu’il veut. La plupart des composants sont remplaçables afin d’assurer à ces “consoles” une large durée de vie. 

Si le concept est audacieux pour l’époque, il en résulte malheureusement un énorme flop commercial. Trop peu de jeux compatibles, un Steam Controller – la manette de Valve – original mais peu pratique, des prix très élevés : c’est un vrai carnage dans les rangs des Steam Machines qui sont retirées du catalogue Valve très rapidement et dans une relative discrétion.

Steam Play et Proton : la révolution portée par Valve

Cet épisode qui aurait pu signer le divorce définitif de Steam et Linux ne fait pourtant que renforcer la résolution des équipes de Valve. La demande des joueurs linuxiens est très forte. Et avec les évolutions de plateformes comme Ubuntu qui prennent maintenant très bien en charge les cartes graphiques les plus récentes, il y a un vrai potentiel qui n’attend que d’être dévoilé. 

Doom Linux

C’est en août 2018 que sort la première version de Proton . Proton, c'est tout simplement le miracle qui rend possible le jeu sur Linux, rien que ça. Oui, je m'enthousiasme peut-être un peu trop, mais force est de constater qu'on assiste depuis deux ans maintenant à une prise de vitesse impressionnante dans le gaming sous Linux grâce à ce fameux Proton ! 

Pour résumer, Proton n’est autre qu’un fork de Wine. Il comprend des correctifs et de nouvelles bibliothèques intégrées par les papas de Steam, dont Vulkan. Il est implanté au sein de l’interface Steam sous le nom de Steam Play . Proton suit le cycle de développement de Wine, chaque version du logiciel Valve sortant peu après chaque version majeure de Wine. Actuellement, Proton en est à sa version 5.0-6.  

Il existe aussi un fork communautaire nommé Proton GE – pour Glorious Eggroll, le pseudo de son créateur – qui intègre les dernières modifications de Wine. S’il est encore indispensable de l’utiliser sur certains jeux, ce dérivé ne devrait plus tarder à tirer sa révérence tant la version de base est efficace.

Proton / Steam Play : nos essais de jeux avec Ubuntu

Configuration de test : Lenovo Legion Y520 avec Core i5-7300HQ 2.5 GHz, GeForce GT1050, 8 Go RAM, Ubuntu 20.04 LTS 

Allez hop, assez de blabla, il est temps de passer aux choses sérieuses ! 

Durant plus d’un mois, j’ai eu l’occasion de ressortir bon nombre de mes jeux préférés des tréfonds de ma bibliothèque Steam. S’il faut bien avouer que je craignais le pire, je dois dire que je ressors maintenant conquis de mon expérience de jeu sous Ubuntu.  

Pour être honnête, je ne me vois plus revenir sous Windows 10. Moi qui conservais toujours une partition pour le gaming lors de mes passages sous Linux, je peux enfin dire adieu au dual-boot et autres méthodes souvent contraignantes pour le jeu. 

Steam Big Picture

Dans le cadre de ce dossier, j’ai passé au crible pas moins de 65 jeux. Du FPS bien gourmand en ressources au deckbuilder le plus simpliste en passant par le bon vieux RPG en vue isométrique, je me suis fait plaisir ! 

Ma configuration n’étant pas des plus récentes, je n’ai pas pu essayer les tous derniers AAA du moment. Mais le tableau de relevés suivant devrait déjà vous donner un bel aperçu des possibilités de Proton et de son intégration au sein de Steam. 

Tous les relevés de performances ci-dessous sont empiriques. N’ayant pas de logiciel spécialisé en benchmarking pour GNU/Linux sous la main, je me suis donc rabattu sur le compteur de fps intégré à Steam. Ce n’est pas précis, mais ça vous donnera quand même une idée générale. 

Liste jeux Steam compatibles Proton Steam Play
Cliquer sur l'image pour la voir en grand

Résultat des courses : 4 jeux injouables, 6 jeux jouables avec des compromis et pas moins de 55 titres tournant aussi bien que sur Windows 10, voire mieux ! 

Si on m’avait dit il y a trois ans que ce genre de choses serait possible un jour, j’aurai ri jaune en me disant qu’on se moquait encore des gamers Linux... Mais non, c’est bel et bien la réalité. Faire tourner mes jeux sous Ubuntu m’aura juste demandé de cocher une case dans les paramètres de Steam. Bon OK, il faut aussi faire un copier/coller pour Proton GE. 

Dans plus de 75% des cas, tout fonctionne sans la moindre modification. Grâce à Vulkan, les performances sont identiques à ce que j’ai eu sous Windows. En fait, il m’est arrivé d’avoir quelques titres comme Doom qui tournaient mieux que sur l’OS de Microsoft. C’est rare, mais ça existe !

ProtonDB : la ressource communautaire indispensable ! 

Il reste toutefois quelques petits ratés. Vous l’avez vu dans le tableau, certains jeux ne fonctionnent pas à l’heure actuelle avec Proton / Steam Play. Dès lors, comment savoir si votre titre préféré va être capable de tourner avec GNU/Linux ? 

Je vous rassure, pas besoin de bricoler du dual-boot ou une machine virtuelle. Il vous suffit simplement de vous rendre sur le site ProtonDB . Il ne s’agit ni plus, ni moins que d’une base de données de tous les jeux Proton testés par les gamers Linux. 

ProtonDB

Ce site propose un système de notation très simple allant d'Injouable à Platine. Chacun est libre de créer un rapport afin de relater ses expériences et partager ses astuces. En liant votre compte Steam à ProtonDB, vous verrez immédiatement tous les jeux de votre bibliothèque et leur notation actuelle. 

C’est donc le passage indispensable pour tout joueur GNU/Linux qui se respecte, quelle que soit sa distribution. Notez au passage que Valve propose aussi sa propre liste de jeux “testés et approuvés”, mais elle est limitée à environ 40 titres à l’heure actuelle. 

Comment activer Proton sur ma distribution GNU/Linux ? 

Vous ne savez pas par où commencer ? Pas d’inquiétude, l’installation et l’activation de Proton sont très simples.  

Avant tout, il faut indiquer à Steam que vous désirez utiliser Steam Play. Pour ça, rendez vous dans le menu Steam > Paramètres > Steam Play. Cochez la case Enable Steam Play for supported titles. En faisant ça, la dernière version de Proton se téléchargera automatiquement sur votre PC. Mais vous ne pourrez profiter de ses services que sur une quarantaine de jeux. Plutôt léger... 

Pour aller plus loin, vous devrez aussi cocher la case Activer Steam Play pour tous les autres titres. Le menu déroulant à coté vous permet de sélectionner la version de Proton à lancer par défaut. Je vous recommande de ne pas y toucher, la version la plus récente est normalement privilégiée.  

Activation Proton Steam

Si vous rencontrez le besoin de changer de support Steam Play pour un jeu précis, il vaut mieux passer dans les paramètres du titre concerné. Dans votre bibliothèque, faites un clic droit sur le jeu dont vous voulez modifier la version de Proton. Dans le menu déroulant qui apparaît, cliquez sur Propriétés. Dans la fenêtre qui s'ouvre, cochez simplement la case Forcer l’utilisation d’un outil de compatibilité Steam Play en particulier. Choisissez la version voulue dans le menu déroulant, puis fermez la fenêtre. 

Activation Proton sur jeu Linux

Voilà, vous êtes maintenant paré à profiter des joies du gaming sous Linux grâce à Steam Play !

Les autres solutions pour jouer sous GNU/Linux 

Valve n’est pas le seul à s’atteler au portage de jeux sous Linux. D’autres solutions existent, qu’elles soient commerciales ou portées par la communauté. Malheureusement, mes essais ne se sont pas révélés très concluants... 

J’ai ainsi tenté le coup avec Lutris . Mettant Wine à contribution, ce logiciel fait fortement penser à PlayOnLinux. Porté par une communauté très active, il permet de mettre en place des scripts automatisés pour une majorité de jeux et lanceurs. Il supporte par exemple le lanceur Battle.net de Blizzard ou GOG . Dernièrement, c’est le lanceur Epic Games Store qui a fait son entrée dans les logiciels compatibles avec Lutris.  

Pour ma part, l’installation d’EGS s’est soldée par un échec dû à un problème de mises à jour du lanceur Epic. Impossible pour moi d'aller plus loin... Il semble cependant qu’il y ait du potentiel avec cette solution. Il n’est pas dit que dans quelques mois nous ne puissions pas profiter du magasin Epic sur nos machines GNU/Linux ! 

Epic Linux

Si Lutris ne vous attire pas, vous pouvez aussi vous orienter vers CrossOver . Il s’agit de la version commerciale de Wine. Conçue par les ingénieurs de CodeWeavers, ce logiciel – payant – simplifie grandement l’utilisation de Wine. Mais pour ma part, je n’ai pas obtenu de résultats probants avec les jeux. Une erreur survient fatalement à un moment ou un autre, ruinant toute velléité de gaming avec cette solution... 

Et pour le futur ? 

Vous l’aurez compris, jouer sous GNU/Linux n’est plus un doux rêve de geek. C'est bel et bien possible, du moins en passant par la solution maison de Valve, Proton. La société détentrice de Steam semble actuellement être la seule en mesure de proposer une solution vraiment viable pour le gaming. Malheureusement, c'est évidemment limité à Steam. 

Comment faire si vous utilisez EGS ou GOG ? Difficile à dire. Il faudra que vous mettiez les mains dans le cambouis et vous contentiez de performances aléatoires selon les logiciels utilisés. Chaque jour, la communauté avance vers plus de stabilité et de meilleurs résultats. Mais le chemin à parcourir sera encore long avant d’avoir la même expérience que sur Windows. 

Dawn of War III Linux

J’ai cependant bon espoir pour les années à venir. Valve a mis un grand coup dans la fourmilière, prouvant que le gaming sous Linux n’est plus une chimère. Pour la communauté des gamers qui carburent à Debian, Ubuntu, Arch et compagnie, c’est déjà un énorme bond en avant. 

Je me prends même à imaginer une résurrection des Steam Machines dans un futur pas si lointain. Imaginez dans votre salon une console dotée de la puissance d’un PC, modulable grâce à des composants facilement remplaçables, tournant avec une interface de console, tout ça jouable dans le confort de votre canapé. 

Une nouvelle ère du jeu vidéo s’ouvre pour GNU/Linux. Les distributions décriées il y a quelques années comme étant trop austères et réservées aux accros de la ligne de commande montrent maintenant qu’elles ont les mêmes capacités que Windows et MacOS. Pour ma part, il n’y aura probablement plus de retour en arrière. Je retrouve le bonheur d’un système d’exploitation libre tout en ayant à côté de moi ma manette fétiche. Que demander de plus ? 

Si vous aussi vous avez sauté le pas du gaming sous GNU/Linux, je vous invite à faire part de vos retours à la communauté dans les commentaires !

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
102
52
lsacrow
Je suis perdu, je pensais que steam avait abandonné linux non?
Blap
Ca n’a jamais été le cas, au contraire ils investissent beaucoup dedans
tontonayo
On dit surtout merci au mec qui a crée DXVK et qui maintenant bosse pour Valve.
cirdan
Finalement, le plaisir de jouer sous Linux c’est aussi le plaisir d’arriver à y jouer.<br /> Linux est porteur d’une certaine philosophie, et utiliser ce système d’exploitation c’est y adhérer, mais laisser penser qu’on quitterait Windows 10 parce qu’il est trop buggé pour le remplacer par Linux, me laisse perplexe. Comme s’il n’y avait pas de bugs sous Linux et comme si cet OS ne demandait pas encore plus d’investissement personnel pour le faire fonctionner !<br /> Je sais bien qu’on en fait des pages entières quand un bug de mise à jour se manifeste sur Windows 10, mais c’est peut-être oublier que cet OS tourne comme une horloge au quotidien pour la très grande majorité des utilisateurs. J’en suis même à souhaiter quelques problèmes pour avoir à mettre les mains dans le cambouis comme avec l’illustre Windows 98 et sa fameuse «&nbsp;bible&nbsp;» (les plus anciens sauront de quoi je parle (!)).<br /> Bref, c’est vraiment super si des Linuxiens peuvent (arrivent à) jouer dans de bonnes conditions, mais même la lecture de ce très bon article ne me pousse toujours pas à faire le pas.
zeebix
J’ai essayé plusieurs fois Linux et à chaque fois ça ce termine à un retour à Windows, je dis pas que Linux est mauvais, mais réapprendre le fonctionnement d’un système quand l’autre donne satisfaction il faut sûrement une motivation à toute épreuve. On pourrait dire Windows est payant etc… Mais soit on l’obtient avec une machine soit on peut se le procurer en oem moins de 10€…dans mon cas c’est inintéressant donc.<br /> Par contre si Linux se développe, peut être que ça va bouger Microsoft à accélérer le développement de Windows, il est globalement sympa mais attendre 6 mois pour de petites mises à jour parfois c’est moyen…
Jinzank
Ça sent l’article j’ai envie de casser un peu Windows 10 . Je ne comprend pas comment c’est possible d’avoir autant de bug. A vous écouter c’est intempestif . Vous utilisez la version alpha ou quoi.
Mecano
J’ai été sous deux ans sous linux sur mon ordinateur de secours ( oui, j’ai mis longtemps à m’en acheter un neuf. J’ai attendu que la carte mère lâche en fait )oD ),Je conseille donc la version mint parfaitement stable : pas plus bricolé qu’avec windows.
tux.le.vrai
avec ma linux Mageia, Steam et les jeux associés tournent parfaitement.
TofVW
Ça fait un moment que je pense également à tenter l’aventure Linux, quand j’ai appris l’existence de Proton, je me suis dit que je devrais me pencher dessus.<br /> Sauf que, j’ai réfléchi, et:<br /> comment lire les Bluray (voire même les Bluray 3D, puisque ma télé est compatible)?<br /> où trouver un logiciel de lecture de BD, tactile, et aussi pratique que l’appli Cover du Microsoft Store (la meilleure appli pour les BD, et de trèèèès loin)?<br /> mon Asus ZenBook Flip fonctionnera-t-il correctement lorsque je retourne le clavier (passage en mode tablette)?<br /> d’ailleurs, existe-t-il une distribution Linux ayant un mode bureau et un mode tablette?<br /> y a-t-il un moyen d’avoir MS Office sur Linux (pour moi, c’est indispensable, j’ai mes raisons)?<br /> Bref, à chaque fois que je me dis «&nbsp;il faut que je me lance&nbsp;», je me repose ces questions, et je me dis que Windows 10 tourne finalement parfaitement bien (oui, je ne sais vraiment pas comment vous faites pour avoir des bugs si dérangeants au point de vouloir changer d’OS) et est si facile à utiliser, que ça ne vaut pas le coup.<br /> De plus, comme il est dit dans l’article, il n’y a pas que Steam dans la vie: j’ai un compte et des jeux sur énormément de launchers, alors si je dois en perdre la moitié, ça ne vaut pas le coup.
casimir79
Je trouve que Windows devient de plus en plus agréable à l’utilisation, donc c’est vrai que je ne verrais pas trop l’intérêt pour moi de passer à linux pour les jeux.<br /> Par contre Linux a un ENORME avantage, c’est ça modularité. Je prend juste l’exemple de la distribution Slitaz qui m’a sauvé un nombre incalculable de fois pour le dépannage de PC perso/boulot
g0ki
C’est surtout qu’une licence Windows 10 se trouve pour 3/4€ et qu’ensuite il n’est plus nécessaire de se poser la moindre question pour monter une machine de jeux. D’ailleurs si le concept des Steam Machines était intéressant suffisait d’y installer un Windows pour pallier à tous les problèmes !<br /> Je ne parle pas ici de la philosophie, mais sachant qu’un véritable joueur en aura cure … La question elle est vite répondue
raymondp
Idem.<br /> D’ailleurs, je ne joue QUE sur linux : pillars of eternity, Xcom2, CS, et quelques autres. Je ne suis pas un gros joueur, il est vrai.<br /> MAGEIA tourne parfaitement.<br /> Canard PC hardware a fait un hors série «&nbsp;Optimisez votre PC&nbsp;» qui est très bien, mais il y a un chapitre «&nbsp;Optimisez windows&nbsp;» qui me fait un peu sourire,<br /> Cela explique des trucs comme «&nbsp;nettoyer la base de registres&nbsp;», «&nbsp;désintaller proprement des drivers&nbsp;», «&nbsp;installez vos logiciels préférés simplement&nbsp;», etc… trucs totalement inutiles sous linux, il y en a juste pas besoin.<br /> Bon sous linux, c’est d’autres problèmes, cela pourrait être «&nbsp;gérez votre imprimante&nbsp;» ou simplement «&nbsp;comment jouer sous linux&nbsp;»
sierra89
Et avec Debian 10, çà marche pareil ?
sshenron
Tu peux installer steam sans te prendre la tête sur n’importe quelle distribution avec Flatpak:<br /> https://flathub.org/apps/details/com.valvesoftware.Steam
klorydryk
Je joue depuis des années sous Arch/Manjaro. C’est après Alien Isolation, porté nativement, que j’ai cherché à jouer aux jeux AAA exclusivement sous mon OS préféré.<br /> Et depuis quelques mois, l’Epic Game Store fonctionne sans problème, et j’ai déjà pu jouer à Metro Exodus ou encore GTA5.
oyeplage
+1
Njbx
La situation s’est certes améliorée mais elle est encore loin d’être idéal pour jouer.<br /> Vous avez par exemple oublier de citer Denuvo qui empêche les jeux récents d’être porté sur Linux ou même d’être lancé avec Proton.<br /> En bref, Linux n’est pas une plate-forme de jeux et elle ne le sera probablement jamais.
sigzegv
Exactement, sous linux depuis dxvk il n’y a plus trop de problème de compatibilité avec directx puisque sont portés dx9 à 11 (et le 12 étant en cour de développement)… Les points noirs se situeront principalement au niveau des DRM.
armagedon51
Bon dis donc, Linux ne sera jamais une plate-forme de jeux ??? Vous savez pas de quoi vous parlez. ProtonDB rapporte 10,823 jeux Windows qui fonctionnent sous Linux. Steam me rapporte 2000 jeux natif Linux. Je joue tous mes jeux sous Manjaro.<br /> Pour Denuvo on y travaille ;<br /> 6 Juin 2020- Wine Staging 5.10 Adds Another Patch For Denuvo + A Fix For Numerous D3D11 Games.
Blap
T’as oublié de rajouter tous les jeux Android, certes pour beaucoup de pietre qualité, mais qui occupe beaucoup de temps écran.
Valentin_Tibhar
Personnellement, 'Epic Games Store fonctionne très bien avec Lutris
KlingonBrain
J’ai essayé plusieurs fois Linux et à chaque fois ça ce termine à un retour à Windows, je dis pas que Linux est mauvais, mais réapprendre le fonctionnement d’un système quand l’autre donne satisfaction il faut sûrement une motivation à toute épreuve.<br /> Très judicieuse question.<br /> Quelle différence entre les environnements libres et le monde des logiciels propriétaires ?<br /> Pour profiter de cette différence, encore faut t’il savoir utiliser cette porte qui est ouverte.<br /> Hélas, ce n’est pas forcément évident pour des utilisateurs dont les habitudes ont été façonnées par des années d’usage de logiciels qui tendent à vous cantonner dans un rôle de simple utilisateur, pour ne pas dire d’éternel débutant.<br /> Pour beaucoup de gens, un système d’exploitation, c’est juste cette interface ou tu fais clic-clic pour lancer un logiciel. Windows, MacOs, Linux ? Quelle différence pour eux à part le dessin des icônes et les logiciels qui peuvent y tourner ?<br /> Pourquoi se «&nbsp;faire chier&nbsp;» à installer un système d’exploitation différent au lieu de se contenter de celui qui est pré-installé si au final, c’est juste… plus de problèmes ?<br /> La différence, c’est que monde des logiciels propriétaires vous vends de la facilité, les logiciels libres vous donnent de la puissance.<br /> Le conseil que je pourrais donner, c’est de commencer à apprendre à faire de l’informatique, la vraie. Cessez d’utiliser uniquement des logiciels tout faits, soit disant faciles. Apprenez à programmer un peu et à faire du traitement de données et vous verrez à quel point l’informatique libre est plus puissante, plus modulaire, plus souple et qu’elle vous donne bien plus de possibilités.<br /> C’est bien un monde de possibilités insoupçonnées qui s’ouvrira alors devant vous, un monde immense…
philumax
pour KlingonBrain : tu rêves.<br /> à l’ère du tout voiture, tu vois quelqu’un faire un effort? au moment ou on met des ordinateurs de bord, ou on a juste à effleurer l’écran?<br /> ça va pas pas, non?<br /> c’est fini, ça! vive la fénéantise! vive les analphabètes vive l’argent!<br /> c’est pas ce que j’ai voulu, mais je subis.
gvia66
Juste un truc, oublier votre carte graphique Nvidia, les drivers Linux sont pourris, alors que Ati et Intel ça fonctionne bien.
juju251
KlingonBrain:<br /> Le conseil que je pourrais donner, c’est de commencer à apprendre à faire de l’informatique, la vraie. Cessez d’utiliser uniquement des logiciels tout faits, soit disant faciles.<br /> Lire des phrases comme celle-ci ne donnent pas envie.<br /> Je ne dis pas ça pour moi (je connais et utilise régulièrement Linux), mais j’ai le sentiment que tu prends les autres de haut. Alors ce n’est peut-être pas ton intention, mais c’est ce dont j’ai l’impression.<br /> De plus, il ne faut pas oublier que pour un paquet de gens, l’informatique n’est qu’un outil, qu’un moyen de faire ce qu’ils ont besoin de faire.<br /> Exemple :<br /> Si quelqu’un veut «&nbsp;juste&nbsp;» consulter Internet de temps à autres, taper une lettre et gérer ses comptes avec un tableur, eh bien, même des logiciels propriétaires seront suffisant.<br /> Pour moi, cette personne n’aurait pas vraiment d’intérêt à passer sous Linux (ou un autre OS).<br /> De plus, il y a autre chose, souvent on parle de «&nbsp;communauté&nbsp;» Linux.<br /> Très franchement et hormis si les choses ont changées depuis, très souvent on voit passer des réponses de type «&nbsp;RTFM&nbsp;», alors oui, c’est logique, puisque pas mal de trucs sont documentés, mais quand tu débutes, tu peux avoir besoin d’aide et ce type de réponses va plus souvent dégoûter que donner envie de continuer à apprendre.
juju251
philumax:<br /> pour KlingonBrain : tu rêves.<br /> à l’ère du tout voiture, tu vois quelqu’un faire un effort? au moment ou on met des ordinateurs de bord, ou on a juste à effleurer l’écran?<br /> ça va pas pas, non?<br /> c’est fini, ça! vive la fénéantise! vive les analphabètes vive l’argent!<br /> c’est pas ce que j’ai voulu, mais je subis.<br /> Ce qui est sûr, c’est que les utilisateurs ne sont pas encouragés à faire des efforts avec de pareils jugements.<br /> Donc utiliser Windows ou MacOS c’est être feignants et analphabètes ?<br /> Linux c’est donc pour l’élite ?<br /> Encore une fois, ce n’est peut-être pas ton intention, mais c’est clairement l’impression que j’en ai en lisant ton message.<br /> Avec des réactions pareils (sur un article montrant qu’en dehors de certaines limites il est possible de jouer avec Linux), vla l’image de la «&nbsp;communauté&nbsp;» Linux et du libre que vous véhiculez …
TofVW
La vache, ce discours de secte! J’ai l’impression de revoir La revanche des Sith…<br /> Du coup, je ne vois plus trop la différence avec Apple. <br /> En tout cas, je n’ai encore pas vu de logiciel Linux pouvant faire switcher mon PC d’un mode bureau à un mode tablette quand je le retourne, ni de distribution pouvant gérer ces 2 modes.<br /> Donc la puissance de Linux, elle est plutôt abstraite pour moi.<br /> gvia66:<br /> Juste un truc, oublier votre carte graphique Nvidia, les drivers Linux sont pourris, alors que Ati et Intel ça fonctionne bien.<br /> Attention, ce commentaire a été écrit avant 2006.
KlingonBrain
Lire des phrases comme celle-ci ne donnent pas envie.<br /> Je ne dis pas ça pour moi (je connais et utilise régulièrement Linux), mais j’ai le sentiment que tu prends les autres de haut. Alors ce n’est peut-être pas ton intention, mais c’est ce dont j’ai l’impression.<br /> J’essaye simplement de faire prendre conscience qu’il y une chose nouvelle à découvrir… et que cela nécessitera des efforts.<br /> Par définition, cela ne donnera jamais envie. Mais je ne connait pas d’autre solution.<br /> De plus, il ne faut pas oublier que pour un paquet de gens, l’informatique n’est qu’un outil, qu’un moyen de faire ce qu’ils ont besoin de faire.<br /> Et c’est justement parce que l’informatique est un outil, et l’un des plus complexe, qu’il faut un minimum d’apprentissage et d’investissement pour en en faire un usage efficient. Comme pour n’importe quel outil, d’ailleurs.<br /> Des utilisateurs qui disent «&nbsp;mais je veux pas apprendre, j’ai juste besoin de faire ceci ou cela&nbsp;», ce n’est pas cela qui manque. Mais en réalité, cela fait parfois 20 ans qu’ils passent plusieurs heures par jour devant les écrans… et qu’ils sont toujours des débutants qui se galèrent en permanence. Sans parler des conséquences indirectes, mais graves, comme par exemple des dirigeants qui n’ont pas compris l’intérêt de l’automatisation…<br /> La raison de cette merdasse, c’est que ça fait 30 ans que le monde commercial pourrit la mentalité des utilisateurs en vendant ses produits à coup d’illusions du genre «&nbsp;faite ceci ou cela sans effort&nbsp;». On maintenant, on voit le triste résultat de tout ces utilisateurs complètement infantilisés… et toutes les conséquences que cela engendre.<br /> Après, chacun verra midi à sa porte. Ceux qui veulent continuer de croire dans cette grande illusion de la facilité sont libres. Ceux qui veulent accepter des efforts pour en sortir aussi.<br /> Exemple : Si quelqu’un veut « juste » consulter Internet de temps à autres, taper une lettre et gérer ses comptes avec un tableur, eh bien, même des logiciels propriétaires seront suffisant.<br /> Par définition, si les gens veulent se contenter des usages très limités auquel les logiciels propriétaires les ont accoutumés et conditionnés pendant des années et des limites qu’ils leurs ont fixé, il est évident que ces logiciels leur suffiront.<br /> Ce que je tente d’expliquer à la personne auquel j’ai répondu c’est que le fait de passer aux logiciels libres ne leur fera pas ressentir du jour au lendemain une différence. Et c’est la raison pour laquelle il a tendance à revenir sous Windows. Si l’on ne découvre pas ce qui fait vraiment l’intérêt du libre, utiliser Linux reviendra toujours à utiliser Windows en moins bien pour suivre une idéologie sans vraiment la comprendre.<br /> Un utilisateur qui a passé sa vie dans un environnement propriétaire est comme un détenu qui as passé sa vie en prison. Si on ouvre la porte, au départ il ne verra pas l’intérêt de sortir pour aller dans un monde effrayant et (perçu comme) compliqué. Il continuera de passer devant cette porte ouverte sans l’utiliser parce qu’il ne connait pas l’intérêt de ce qui se trouve dehors. Parce qu’il ne sait pas tirer partie de la liberté, parce que c’est plus facile de conserver ses habitudes, parce que la peur de l’inconnu, parce qu’une fois adulte, beaucoup de gens disposent d’un temps limité, donc peu de latitude pour apprendre.<br /> Pour comprendre l’immense bénéfice des logiciels libres, il faut parvenir à rompre les conditionnements, les habitudes et les limites que auquel les environnements propriétaires nous ont habitués.<br /> Pas facile ? Certainement. Mais le premier pas est d’en prendre conscience.
madeba
Les pilotes nvidia sont identiques sous Windows et Linux…Tu mélanges peut-être avec les problème srencontrés sur portables ?
juju251
KlingonBrain:<br /> Par définition, si les gens veulent se contenter des usages très limités auquel les logiciels propriétaires les ont accoutumés et conditionnés pendant des années et des limites qu’ils leurs ont fixé, il est évident que ces logiciels leur suffiront.<br /> Je ne suis pas sûr de bien comprendre là.<br /> Limités dans quel sens ?<br /> Je prends un exemple : Word : Bon, ok, il est ultra limité, il ne peut pas servir pour faire de la conception mécanique en 3d …<br /> Ah, mais Libre Office non plus, donc bon …<br /> KlingonBrain:<br /> Un utilisateur qui a passé sa vie dans un environnement propriétaire est comme un détenu qui as passé sa vie en prison.<br /> Paye ta comparaison.<br /> KlingonBrain:<br /> Pour comprendre l’immense bénéfice des logiciels libres, il faut parvenir à rompre les conditionnements, les habitudes et les limites que auquel les environnements propriétaires nous ont habitués.<br /> Pas facile ? Certainement. Mais le premier pas est d’en prendre conscience.<br /> J’ai beau en utiliser, je ne vois pas de quels bénéfices tu parles, du moins dans le sens où tu l’entends.<br /> Un logiciel libre ou non fait ce pourquoi il est conçu, je ne vais pas demander à FreeCad (par exemple) de me servir de traitement de texte …<br /> Après, je suis d’accord avec toi sur le fait que cela demande de l’investissement personnel, mais pour certains trucs c’est reloud :<br /> Exemple : Le pare-feu sous Linux :<br /> J’ai pris l’habitude de créer mes règles sous Iptables, sauf que maintenant il faut privilégier nftables, dont la syntaxe n’a évidemment rien a voir.<br /> Autre problème, sous Debian (enfin Raspbian pour être précis mais ça ne change rien), la méthode pour démarrer le pare-feu au démarrage a changé (sans doute une histoire de passage à systemd*)…<br /> Du coup, le pare feu ne se lance plus seul sur le Pi.<br /> Le pire là dedans c’est que je n’arrive pas à trouver de la doc là-dessus.<br /> *La encore, je ne trouve pas de réponse précise …<br /> Donc, des apprentissages à revoir complètement et franchement, c’est plus contre productif qu’autre chose …
KlingonBrain
La vache, ce discours de secte! J’ai l’impression de revoir La revanche des Sith …<br /> Du coup, je ne vois plus trop la différence avec Apple.<br /> Justement non. L’idée du monde libre est de faire en sorte que tout soit ouvert et accessible jusqu’au coeur des systèmes et de tous les logiciels, afin que la puissance de l’informatique puisse être entre les mains de tous… et non pas seulement d’une élite.<br /> C’est complètement l’inverse d’Apple.<br /> C’est juste que les nouveaux pouvoirs que permettent le libre, il faut quand même apprendre à les utiliser si on veut vraiment en profiter.<br /> En tout cas, je n’ai encore pas vu de logiciel Linux pouvant faire switcher mon PC d’un mode bureau à un mode tablette quand je le retourne, ni de distribution pouvant gérer ces 2 modes.<br /> Donc la puissance de Linux, elle est plutôt abstraite pour moi.<br /> Je ne vois pas ce qui empêcherait d’implémenter une telle fonction sur Linux.<br /> Linux est fait d’abord de ce que les gens veulent y faire. Sans doute qu’un «&nbsp;mode minitel&nbsp;» n’est pas la première chose que les contributeurs ont envie d’implémenter pour leur usage.<br /> Pour ma part, j’aurais plutôt envie de conserver la même interface. Le mode tablette avec des logiciels un peu velus, je doit avouer que je ne suis pas trop fan.
TofVW
KlingonBrain:<br /> Justement non. L’idée du monde libre est de faire en sorte que tout soit ouvert et accessible jusqu’au coeur des systèmes et de tous les logiciels, afin que la puissance de l’informatique puisse être entre les mains de tous… et non pas seulement d’une élite.<br /> C’est complètement l’inverse d’Apple.<br /> Je parlais juste de ton discours…<br /> KlingonBrain:<br /> Je ne vois pas ce qui empêcherait d’implémenter une telle fonction sur Linux.<br /> Linux est fait d’abord de ce que les gens veulent y faire. Sans doute qu’un « mode minitel » n’est pas la première chose que les contributeurs ont envie d’implémenter pour leur usage.<br /> Eh bien si rien ne l’empêche, que quelqu’un le fasse! Si ça n’existe pas sous Linux, alors pour le moment je préfère rester sous Windows.<br /> KlingonBrain:<br /> Pour ma part, j’aurais plutôt envie de conserver la même interface. Le mode tablette avec des logiciels un peu velus, je doit avouer que je ne suis pas trop fan.<br /> Et moi je veux pouvoir utiliser certains logiciels, conçus pour le mode tablette, en mode tablette. Et à l’heure actuelle, sous Linux visiblement ce n’est pas possible.<br /> Ce que je veux dire pour résumer, c’est que les beaux discours sur le Libre, l’état d’esprit de cette communauté, tout ça tout ça, oui je suis d’accord, oui j’adhère.<br /> Mais en l’état actuel des choses, pour certains usages (dont certains sont les miens), Windows fait mieux que Linux.<br /> Et dire qu’on est «&nbsp;enfermé&nbsp;» sous Windows est totalement faux. Windows donne un nombre faramineux de possibilités, et on est loin d’être enfermé.<br /> Pour l’instant, je n’ai jamais été bloqué par Windows pour faire quelque chose. Par contre, j’ai donné dans mon tout premier message plus haut, une liste de choses que j’aimerais faire et qui ne sont pas possibles sous Linux.
KlingonBrain
Je ne suis pas sûr de bien comprendre là.<br /> Limités dans quel sens ?<br /> Je prends un exemple : Word : Bon, ok, il est ultra limité, il ne peut pas servir pour faire de la conception mécanique en 3d …<br /> Ah, mais Libre Office non plus, donc bon …<br /> Un exemple parmi d’autres, quand tu as le code source, tu peux personnaliser les logiciels quand tu as besoin particulier. Tu peux implémenter une fonction qui te manque, Tu peux corriger un bug qui te bloque dans un projet. Tu peux comprendre comment fonctionne vraiment une fonctionnalité d’un logiciel ou d’un langage, quelle «&nbsp;tambouille&nbsp;» elle fait sous le capot et parfois pourquoi elle ne fait pas ce que tu attends d’elle. Tu peux vérifier qu’un logiciel ne détourne pas tes données personnelles. Tu peux recompiler la version qui te plait d’un logiciel. Tu peux accéder au coeur d’un système pour faire tout ce que tu veux. Tu peux tout faire, dans tous les sens comme cela t’arrange. Tu peux installer les sources d’un soft en un clin d’oeil…<br /> Et vous me direz… et pour ceux qui n’ont pas le niveau pour le faire… et bien il arrive souvent que d’autres l’aient déjà fait… et qu’il suffise de se servir dans le tas de mods, de fork, de déclinaisons et de solutions de tout type qu’on trouve dans les immenses communautés.<br /> Autre exemple, Le libre nous protège mieux des décisions hasardeuses et unilatérales de leurs éditeurs qu’en tant qu’utilisateur on est condamné à subir.<br /> Rappelons nous que Libre Office est un fork. Demandons nous ce qu’il serait advenu si ce fork n’avait pu avoir lieu ?<br /> On pourrait également parler de toutes les conséquences indirectes des licences libres, comme la puissance des dépots de logiciels libres, les dépots de bibliothèques qui permettent d’installer facilement les logiciels ou les dépendances pour compiler un soft.<br /> Je pourrais parler aussi de la maintenance des logiciels, de l’installation d’un système. Combien un logiciel libre est simple et facile à installer comparer à la merdasse des logiciels propriétaires… et leurs licences, leurs activations, leurs systèmes lourdingues de mise à jour.<br /> Franchement, les avantages, je pourrais en parler des jours. Et encore, j’en oublie certainement beaucoup tant j’en ai découvert à l’usage dans le temps…<br /> J’ai beau en utiliser, je ne vois pas de quels bénéfices tu parles, du moins dans le sens où tu l’entends. Un logiciel libre ou non fait ce pourquoi il est conçu, je ne vais pas demander à FreeCad (par exemple) de me servir de traitement de texte …<br /> Pour essayer de trouver un exemple simple mettant en lumière la différence de mentalité et de possibilité entre les deux monde, prenons un smartphone et un Raspberry PI. Les deux sont issus d’une base matérielle proche.<br /> Sur un Raspberry PI, tu peux faire peu ou prou ce qu’on fait sur un vrai ordinateur. Tout est ouvert, tout est permis, tu peux installer les milliers de logiciels libres issus de debian pour tous les usages possibles et imaginables. Tu peux programmer dans tous les langages que tu veux. Tu peux y brancher plein de chose par les GPIO.<br /> Sur le smartphone, beaucoup de choses sont bridées, limitées. Et il est assez difficile d’en faire autre chose que les usages grand publics pour lequel il est prévu. Les langages de programmation et les outils sont plus ou moins imposé par le fabricant. Et vas y essayer de brancher un capteur, une nouvelle caméra ou de bidouiller quoi que ce soit.<br /> Après, je suis d’accord avec toi sur le fait que cela demande de l’investissement personnel, mais pour certains trucs c’est reloud :<br /> Exemple : Le pare-feu sous Linux :<br /> J’ai pris l’habitude de créer mes règles sous Iptables, sauf que maintenant il faut privilégier nftables, dont la syntaxe n’a évidemment rien a voir.<br /> Autre problème, sous Debian (enfin Raspbian pour être précis mais ça ne change rien), la méthode pour démarrer le pare-feu au démarrage a changé (sans doute une histoire de passage à systemd*)…<br /> Du coup, le pare feu ne se lance plus seul sur le Pi.<br /> Le pire là dedans c’est que je n’arrive pas à trouver de la doc là-dessus.<br /> *La encore, je ne trouve pas de réponse précise …<br /> Donc, des apprentissages à revoir complètement et franchement, c’est plus contre productif qu’autre chose …<br /> On ne va pas dire le contraire, les changements de ce type c’est ultra pénible. Mais quelque part, c’est un peu logique qu’un système évolue dans le temps, même si je ne dit pas qu’il n’y a rien de critiquable dans certains changements.<br /> Mais la encore, l’avantage du libre, c’est que si vraiment ça t’embête, tu peux toujours réinstaller Iptables ou trouver une distribution Linux sans system D.<br /> Par exemple, pour ma part, je déteste cordialement Gnome 3 et autres interfaces minit… euh… on va dire «&nbsp;tablette like&nbsp;». Mais avec la logique du libre, j’ai la possibilité de choisir l’interface qui me convient selon mon usage et mes gouts personnels. Et mon voisin n’est pas forcé d’aimer mes gouts et de faire les même choix.<br /> Combien j’ai vu de changements dans le monde propriétaire ou je n’avais que le choix de la boucler et de me dire «&nbsp;j’aime pas, mais c’est comme ça&nbsp;».<br /> Est ce que j’aime le fait que mes jeux sur support physique ne fonctionnement plus sous Windows 10 et que je sois obligé de les racheter ?<br /> Est ce que j’ai aimé l’interface de Windows 8 ? Non.<br /> D’ailleurs ou est la cohérence de vouloir imposer exactement la même interface utilisateur à tous les utilisateurs ? Est ce que madame Michu, débutante en informatique veut vraiment avoir la même interface que Dupont, utilisateur avancé ou que Durand qui bosse toute la journée et veut un environnement qui favorise sa productivité ?
sshenron
“Dupont, utilisateur avancé ou que Durand qui bosse toute la journée et veut un environnement qui favorise sa productivité ?”<br /> Je ne suis pas prêt de remplacer i3wm Une interface qui “case les codes”. Fini les fenêtres qui se superposent <br /> Au final tout le monde peut trouver chaussure à son pied.
madeba
Le nombre de jeux natifs est bien plus élevé que ça. Tu trouves au moins 6000 jeux natifs (dlc compris) après un rapide tri sur Steam.
Hulk69
Oula ca sent les elitistes de Linux du style moi utilisateur linux &gt; toi windows.<br /> Pourquoi parce moi utilisateur linux je sais taper sudo apt-get update et toi minable utilisateur windows tu click sur windows update. Toi minable moi superieur, moi connais tout du system par ce que je suis root
KlingonBrain
Eh bien si rien ne l’empêche, que quelqu’un le fasse!<br /> Vous pouvez également le faire, participer à le faire, ou au minimum le suggérer aux développeurs.<br /> C’est ça le principe du libre. C’est un monde ou l’on y trouve ce qu’on y apporte <br /> Sinon, patientez un peu. Il est probable qu’il se trouvera au moins quelques développeurs qui trouveront ça cool et que ça se fera à un moment donné.<br /> Si ça n’existe pas sous Linux, alors pour le moment je préfère rester sous Windows.<br /> Chacun son choix, chacun ses raisons. Je parle de Linux en tant qu’utilisateur convaincu.<br /> Ne croyez pas que je sois si pressé d’y voir débarquer le grand public ni les éditeurs de crapwares qui vont suivre la grande masse.<br /> Et moi je veux pouvoir utiliser certains logiciels, conçus pour le mode tablette, en mode tablette. Et à l’heure actuelle, sous Linux visiblement ce n’est pas possible.<br /> Chacun son truc. Pour moi, le mode tablette, c’est des logiciels simplifiés, édulcorés. Pas de vrai clavier. Et une interface beaucoup moins précise qu’a la souris.<br /> Même en mobilité, c’est pas du tout ça que je veux. Sans compter comme je l’ai mentionné précédemment, pour de vrais softs lourds, il est douteux que cela soit possible/pertinent.<br /> Ce que je veux dire pour résumer, c’est que les beaux discours sur le Libre, l’état d’esprit de cette communauté, tout ça tout ça, oui je suis d’accord, oui j’adhère.<br /> Mais en l’état actuel des choses, pour certains usages (dont certains sont les miens), Windows fait mieux que Linux.<br /> Et personne ne prétends le contraire. Et on pourrait en citer d’autres, comme par exemple les jeux ou certains logiciels professionnels.<br /> Pour ma part, je suis plutôt partisan du dual boot. Parce que ça permet de profiter du meilleur des deux mondes sans s’imposer de restrictions. Et il existe plein de possibilités de le faire, j’en parle plus bas.<br /> Et dire qu’on est « enfermé » sous Windows est totalement faux. Windows donne un nombre faramineux de possibilités, et on est loin d’être enfermé.<br /> Vous n’avez pas le code source du système, vous ne pouvez pas modifier le système, vous ne pouvez pas lire le code pour comprendre ce que fait une fonction du système, vous ne pouvez pas vérifier ce que fait le système avec vos données. Vous n’avez pas de droit de regard sur ce que fait le système. Vous n’avez pas de versions alternatives à celle de l’éditeur, vous n’avez pas d’autre choix que d’accepter ce que l’éditeur vous impose (ou de rester sur une vieille version, dépassée à terme). Et j’en oublie, comme les clufs et leurs évolutions… avez vous seulement lu toutes les conditions que vous devez respecter ?<br /> Bref, le libre c’est mieux à presque tous les points de vue.<br /> Pour l’instant, je n’ai jamais été bloqué par Windows pour faire quelque chose.<br /> Vous est t’il venu à l’idée que ce que les «&nbsp;quelque chose&nbsp;» que vous envisagez de manière courante ait pu être conditionné par les possibilités de l’os l’Os que vous avez l’habitude d’utiliser depuis si longtemps ?<br /> Pour ma part, j’utilise les deux système d’exploitation, je me sens bien plus limité par Windows que par linux.<br /> comment lire les Bluray (voire même les Bluray 3D, puisque ma télé est compatible)?<br /> Acheter un lecteur blue ray qui se branche sur sa télé ?<br /> où trouver un logiciel de lecture de BD, tactile, et aussi pratique que l’appli Cover du Microsoft Store (la meilleure appli pour les BD, et de trèèèès loin)?<br /> Mais pourquoi donc envisager l’usage du libre comme un chemin de croix qui consisterait à vous passer des choses que vous appréciez pour les remplacer par d’infâmes équivalents en ligne de commande avec un écran tout noir et des raccourcis claviers à 3 touches ?<br /> Envisagez Linux comme un nouvel univers à découvrir qui est riche de possibilité. Pour le reste, il existe une pléthore d’outils pour continuer à utiliser les logiciels que vous appréciez. Dual boot, virtualisation, wine, les possibilités ne manquent pas…<br /> Et si d’aventure, pour une quelconque raison, une protection vous empêche de lancer un logiciel sous wine, demandez vous qui est responsable et si c’est une logique libre ou propriétaire qui en est responsable.<br /> mon Asus ZenBook Flip fonctionnera-t-il correctement lorsque je retourne le clavier (passage en mode tablette)?<br /> Simple, vérifier la compatibilité d’un matériel avec l’os(ou les os) de son choix avant achat.<br /> Difficile d’y penser la première fois. Mais cela devient un réflexe très simple par la suite.<br /> y a-t-il un moyen d’avoir MS Office sur Linux (pour moi, c’est indispensable, j’ai mes raisons)?<br /> Voir plus haut.<br /> Après, il existe malheureusement des gens pour qui des impératifs professionnels dictent le choix de l’Os de travail, voir de la machine.<br /> Mais la encore, il existe plusieurs moyens d’utiliser Linux. Encore faut t’il comprendre que la démarche n’est pas idéologique, c’est à dire de vouloir se passer à tout prix de Windows, mais plutôt opportuniste, c’est à dire profiter des avantages du libre. Ou du moins, d’apprendre à les découvrir si tel est votre choix. Mon but n’étant pas de vous dire que vous devez absolument le faire
Blackalf
KlingonBrain:<br /> J’essaye simplement de faire prendre conscience qu’il y une chose nouvelle à découvrir… et que cela nécessitera des efforts.<br /> Désolé, mais c’est un jugement de geek qui ne voit que l’arbre et non la forêt ^^<br /> Exemple perso, j’ai de très bonnes connaissances dans divers domaines et je suis capable de faire chez moi tout ce qui a trait à la plomberie, l’électricité, la menuiserie, le carrelage mural ou de sol, et même un peu de plafonnage et de maçonnerie…de mon point de vue, pourquoi les gens n’apprennent-ils donc pas à faire tout ça eux-mêmes pour ne plus dépendre de professionnels coûteux ?<br /> La réponse, c’est que chacun est plus ou moins doué dans plus ou moins de domaines, que chacun a plus ou moins l’envie et/ou la capacité d’apprendre de nouvelles choses, et que si le niveau de connaissances est suffisant pour réaliser ce que l’on veut faire, pourquoi essayer de devenir à tout prix plus pointu si on n’est pas spécialement attiré par l’informatique ? <br /> Je ne suis pas une flèche dans le domaine, mais j’en sais suffisamment pour me débrouiller, choisir des composants, les assembler, utiliser les applications qui conviennent à mon usage, régler les éventuels soucis logiciels…mais je n’ai pas envie d’en apprendre plus juste pour dire que j’en sais plus, et je crois que c’est l’attitude de beaucoup de gens ^^
juju251
KlingonBrain:<br /> Un exemple parmi d’autres, quand tu as le code source, tu peux personnaliser les logiciels quand tu as besoin particulier. Tu peux implémenter une fonction qui te manque, Tu peux corriger un bug qui te bloque dans un projet. T<br /> Je sais, MAIS, concrètement, combien de pourcents des utilisateurs ont les compétences pour coder eux-mêmes la fonction dont ils ont besoin ?<br /> De plus, dans certains logiciels propriétaires (je pense à la suite Office notamment), on a la possibilité d’utiliser un langage de macro (VBA chez MS), alors, je sais ce n’est pas aussi puissant que du C / C++ / Python ou autre, mais cela permet déjà de faire certaines choses de manière assez simple.<br /> Parce que selon ce que tu veux faire, un logiciel commercial peut largement suffire et si au pire il faut ajouter quelques trucs, il est fréquent que l’on arrive a se débrouiller en VBA et dans ce cas, il n’y a pas besoin non plus de se farcir des années d’études en C (ou autres) et de se plonger dans une doc rebutante (et en anglais dans 95% des cas.<br /> Parce que modifier le code source d’un logiciel c’est très vite hors de portée des utilisateurs lambdas même avancées, perso, c’est un truc que je ne me sentirais pas de faire, déjà parce que je n’ai ni le temps ni l’envie de suivre des années de cours pour pouvoir ajouter deux boutons ou trois fonctions qui feraient pile poil ce que je voudrais.<br /> Le seul langage que j’ai plus ou moins «&nbsp;maitrisé&nbsp;» (j’ai mis des guillemets, je n’ai pas la prétention d’avoir fait de grands trucs avec) c’est vb.net (oui, je sais, tu vas sans doute me sortir que les «&nbsp;vrais&nbsp;» codent en C, etc.), je me suis fait quelques outils sympas dont j’avais besoin avec, mais par contre, il n’y a pas, C, je n’y pige que dalle et je n’ai pas envie, là encore de m’imposer des mois d’études pour arriver à créer deux boutons).<br /> Et entre faire un petit «&nbsp;machin&nbsp;» tranquillou dans un coin et modifier un gros projet pour y ajouter des fonctions, il y a un monde de différences.<br /> Je vais faire un parallèle avec l’automobile :<br /> Beaucoup de gens conduisent leur voiture, bien moins la réparent par eux-même, est-ce que ce fait détermine pour autant le fait que ceux qui confient la réparation de leur véhicule à un garage sont de mauvais conducteur de fait (sans tenir compte de la conduite elle même) ?<br /> Il me semble qu’il serait malhonnête de répondre oui.<br /> Je le redis, la plupart des utilisateurs d’ordinateurs se moquent de savoir si les softs qu’ils utilisent sont libres ou proprios, parce qu’ils veulent utiliser leurs outils pour faire ce qu’ils ont a faire.<br /> Alors certes, un logiciel proprio a des limites (comme tous les logiciels) et dans ce cas, on ne peut pas le modifier pour en faire ce qu’on veut, mais quoi ? Est-ce que du coup, cela fait de ses utilisateurs des idiots ?<br /> Je reviens sur ton discours à propos du logiciel libre, je le trouve contre productif, dans la mesure où selon moi on peut souhaiter utiliser des logiciels libres (pour diverses raisons) sans souhaiter devenir développeur système senior et sans se frapper des centaines de lignes de code ou encore faire une compil à la mano (oui, je l’ai fait pour certains soft et oui, c’est intéressant, mais cela peut-être hyper reloud pour la gestion - entre autres - des dépendances).<br /> KlingonBrain:<br /> Acheter un lecteur blue ray qui se branche sur sa télé ?<br /> C’est assez paradoxal : Tu conseilles l’achat d’un truc proprio ultra fermé dont on n’a pas les sources alors même que tu tapes sur les logiciels propriétaires pour ces mêmes raisons …
KlingonBrain
Oula ca sent les elitistes de Linux du style moi utilisateur linux &gt; toi windows.<br /> Pourquoi parce moi utilisateur linux je sais taper sudo apt-get update et toi minable utilisateur windows tu click sur windows update. Toi minable moi superieur, moi connais tout du system par ce que je suis root<br /> Toutes les bonnes distributions linux à usage général possèdent un bouton «&nbsp;mise à jour&nbsp;».<br /> Au passage, la raison d’acquérir des connaissances n’est pas de se sentir supérieur. Dans la vie, on n’apprends vraiment que si l’on comprends l’immensité de ce que l’on ignore par rapport au peu qu’il nous sera donnée de maîtriser. Et quel que soit l’age ou le niveau, nous avons toujours une leçon à recevoir d’autrui.<br /> Sinon, pensez vous que l’idéal dans la vie, c’est de prendre sans réfléchir ce que vous tends le vendeur tout en buvant le marketing des multinationales ?
juju251
KlingonBrain:<br /> Sinon, pensez vous que l’idéal dans la vie, c’est de prendre sans réfléchir ce que vous tends le vendeur tout en buvant le marketing des multinationales ?<br /> Tu simplifies énormément l’équation, en faisant au passage passer les utilisateurs non experts pour des cons.<br /> Tu as construits toi même ta maison, ta voiture, tu montes toi même tes appareils électroniques composant par composant ?<br /> Cela me semble assez peu probable … Je pense que tu vois où je veux en venir.
TofVW
J’étais prêt à répondre point par point ou presque, et je suis arrivé là:<br /> KlingonBrain:<br /> comment lire les Bluray (voire même les Bluray 3D, puisque ma télé est compatible)?<br /> Acheter un lecteur blue ray qui se branche sur sa télé ?<br /> Si c’est le genre de réponses débiles auxquelles on doit d’attendre de la part des Linuxiens, non merci.<br /> Mon PC me sert de lecteur DVD/Bluray, de console de jeu, de chaîne hifi, de poste de travail, je peux faire tout ce que je veux avec.<br /> Il tourne sous Windows. Et tes réponses m’ont convaincues… d’y rester. Merci bien!
philumax
Linux, je le jure, j’ai essayé ! Plusieurs fois ! Mais quand j’ai cherché de l’aide, je n’ai trouvé que des gens qui répondaient avec des lignes de commande et rien d’autre ! J’ai essayé pleins de forums : à chaque fois, c’était pareil ! L’informatique, je l’ai apprise sur le tas. Je n’ai jamais appris l’anglais. J’ai commencé avec Amstrad, ce qui m’a permis d’apprendre à programmer, en Basic (locomotive) et aussi, en assembleur. J’avais juste envie d’apprendre. Sans prétention aucune. Maintenant, Linux, je ne pense pas que ça a changé. Au vu de ce que j’ai lu ici où là, non. Il suffit de jeter un œil, sur les sites : l’entraide, y est en majorité Windows. La faute aux utilisateurs ? Pourtant Windows est payant ! Pour moi, la faute est aux linuxiens, qui ont sans doute trop regardés de haut ceux qui venaient demander de l’aide : il n’y a pas souvent de retour, sur les forums : lassés de ne pas trouver ce qu’ils cherchaient (une aide compréhensible), ils abandonnent. Par contre, avec windows, y a du monde ! Ce que j’ai écrit, pourrait être pris pour de l’élitisme, mais non, c’est juste une constatation. Je passe beaucoup de temps, à aider les gens autour de moi et en même temps, je fais le prof ! C’est pas drôle, car ce n’est pas dans ma nature, d’être trop sérieux mais au final, ça sert !
Hulk69
Le support Linux est assez bizzare, des problemes rencontres par pratiquement tous le monde ne sont jamais patches. Donc on a des programmes sortis directement du Ubuntu store en 2020 qui ne marchent pas, et quand on regarde l’aide en 2016 les gars te sortent la librairie qu’il faut ajouter pour que ca puisse s’ouvrir. C’est juste pas professionel et c’est pas acceptable pour le grand publique. Mais pour des gars qui font tourner des serveurs (ce a quoi linux sert le plus) ca va…
sshenron
Le plus simple que j’ai trouvé pour “lire” mes BR c’est MakeMkv. Bon comme son nom l’indique ce n’est pas de la lecture directe.<br /> L’idée c’est de décrypter le BR en format lisible partout. Ce qui peut être intéressant si tu souhaites garder une copie sans DRM.<br /> https://www.makemkv.com/
Blues_Blanche
Un jour ma carte graphique est tombée en panne, seule la partie 2D fonctionnait. Je me suis retrouvé bloqué pour utiliser Windows alors que Linux démarrait, pouvait aller sur internet (acheter une carte ;), faisait du traitement de texte… Je suis resté 7 ans sous Ubuntu. Content. Pour les jeux je suis passé sur console. Word me manquait, l’émulation fonctionnant avec risque de planter et sans macros (indispensables). La philosophie du système était bien, mais j’étais très agacé par certains aspects. En particulier quand un problème survient, un paramétrage est necessaire, tu as toujours une aide, mais souvent c’est «&nbsp;simple, tu entres la ligne de commande… tu mets tels droits sur tel fichier…&nbsp;». Je conçois que c’est puissant et efficace. Seulement voilà quand tu utilises une commande une fois par an, c’est très galère. Autre point agaçant, tu as toujours un geek pour dire que ce que tu peux faire sous Windows, tu peux le faire sous Linux. C’est faux. Les jeux=galère, Office=un ersatz Open moins facile d’accès et souvent moins bon (à part Latex…), la musique=très incomplet… Je suis revenu à windows quand Ubuntu a changé de gestionnaire de fenêtre (possible de changer, mais encore une fois inutilement compliqué).<br /> Pour faire de l’internet, de l’Office simple, c’est parfait. Pour les applications/développement web ou calculs Scientifiques c’est la meilleure plateforme.<br /> Pour le jeu, c’est se compliquer la vie.
KlingonBrain
Je sais, MAIS, concrètement, combien de pourcents des utilisateurs ont les compétences pour coder eux-mêmes la fonction dont ils ont besoin ?<br /> Cela m’inspire plusieurs choses.<br /> (1) Pragmatiquement, il y en a peu. Mais comme je l’ai mentionné, cela suffit à donner une pléthore de contenu intéressant.<br /> (2) Si on ne maîtrise pas, on peut payer pour faire coder ce que l’on désire. Le but du libre est de faire en sorte que cela soit possible… pas forcément que cela soit gratuit.<br /> (3) Demandons nous pourquoi les gens ne savent pas coder. Est ce vraiment si compliqué ? Au fond, les os modernes n’ont t’ils pas tout fait éloigner les gens du codage ? Cela n’a pourtant pas toujours été comme ça. Mais les Os libres tentent de diminuer cette difficulté, même s’il est difficile d’inverser les choses du jour au lendemain.<br /> De plus, dans certains logiciels propriétaires (je pense à la suite Office notamment), on a la possibilité d’utiliser un langage de macro (VBA chez MS), alors, je sais ce n’est pas aussi puissant que du C / C++ / Python ou autre, mais cela permet déjà de faire certaines choses de manière assez simple.<br /> Je vous recommanderais plutôt un bon langage de programmation couplé à une bonne base de données que de bricoler à coup de macro dans une suite bureautique. Et cela, qu’elle soit libre ou propriétaire.<br /> Tout informaticien digne de ce nom vous confirmera que l’informatique d’une entreprise construite à coup de spaghettis de feuilles de tableur et de macro, c’est le mal absolu, le boss de fin de niveau.<br /> Quand vous dites «&nbsp;faire certaines choses de manière assez simple&nbsp;», il faut comprendre qu’en informatique, la simplicité c’est à double tranchant. Dans un choix de la simplicité aujourd’hui vous pouvez creuser une jolie tombe de complexité pour demain. A l’inverse, se prendre la tête aujourd’hui pour éviter des complexités demain peut éviter bien des soucis.<br /> Vous voulez un bel exemple plus courant qu’on ne l’imagine : Un utilisateur qui se prends pas la tête, qui ne fait pas de sauvegarde (peu importe qu’il ne sache pas ou qu’il soit laxiste). Et paf, 5 ans de boulot perdu, tout à recommencer.<br /> Parce que selon ce que tu veux faire, un logiciel commercial peut largement suffire et si au pire il faut ajouter quelques trucs, il est fréquent que l’on arrive a se débrouiller en VBA et dans ce cas, il n’y a pas besoin non plus de se farcir des années d’études en C (ou autres) et de se plonger dans une doc rebutante (et en anglais dans 95% des cas.<br /> Cette idée fut très à la mode dans les années 90 et 2000. Mais il faut bien comprendre que si d’autres outils plus «&nbsp;traditionnels&nbsp;» sont revenus en force, c’est qu’il a de bonnes raisons.<br /> Encore une fois, la facilité immédiate est une chose, ce à quoi l’on abouti après quelques années d’empilement en est une autre.<br /> Ajoutons que si les macro en VBA (ou d’autres langages) permettent d’ajouter quelques fonctionnalités à un soft, le fait de posséder la source permet de faire bien plus. En particulier de corriger des bugs, ce qui est primordial quand cela bloque un projet . Et aussi le fait qu’il est parfois utile de pouvoir vraiment tout faire en terme de modifications dans un soft.<br /> Parce que modifier le code source d’un logiciel c’est très vite hors de portée des utilisateurs lambdas même avancées, perso, c’est un truc que je ne me sentirais pas de faire, déjà parce que je n’ai ni le temps ni l’envie de suivre des années de cours pour pouvoir ajouter deux boutons ou trois fonctions qui feraient pile poil ce que je voudrais.<br /> Modifier un logiciel est plus ou moins compliqué. Cela dépends beaucoup du logiciel et de la modification que l’on veut faire.<br /> Mais en effet, de nos jours, pour un utilisateur lambda, c’est une chose très difficile, voir impossible.<br /> La raison, n’est pas compliquée : c’est parce que les utilisateurs ne touchent jamais à la programmation et donc qu’ils n’acquièrent jamais ce savoir faire, ni l’expérience nécéssaire.<br /> Mais ils ne touchent jamais à la programmation parce que des gens ont décidé que l’utilisateur devait rester derrière la barrière et devaient laisser la programmation aux «&nbsp;vrais professionnels&nbsp;».<br /> Donc au final, c’est le serpent qui se mords la queue.<br /> Pour comprendre comment nous en sommes arrivé la, il faut comprendre qu’a une époque, il fallait démocratiser l’informatique et réussir à toucher une population qui avait peur pour lui fourguer des produits.<br /> Pour combattre cette peur est venu le marketing axé sur la simplicité. Et l’obsession de virer tout ce qui pouvait être perçu comme étant compliqué.<br /> L’énorme problème, c’est que plus on enlève de la difficulté, moins cela pousse les utilisateurs à apprendre et à comprendre comment ça fonctionne. Ce qui conduit à les rendre plus vulnérables aux difficultés… et par conséquent à devoir simplifier toujours plus. C’est un cercle vicieux.<br /> Le seul langage que j’ai plus ou moins « maitrisé » (j’ai mis des guillemets, je n’ai pas la prétention d’avoir fait de grands trucs avec) c’est vb.net (oui, je sais, tu vas sans doute me sortir que les « vrais » codent en C, etc.), je me suis fait quelques outils sympas dont j’avais besoin avec, mais par contre, il n’y a pas, C, je n’y pige que dalle et je n’ai pas envie, là encore de m’imposer des mois d’études pour arriver à créer deux boutons).<br /> Un langage de programmation comme le basic fait déja beaucoup pour comprendre les bases de la programmation. Pour moi, cela n’a rien d’un langage «&nbsp;pas vrai&nbsp;». Il y a de bien meilleurs candidats au titre de pire langage.<br /> Mais il est certain que les logiciels sont souvent codés en C/C++ pour des raisons d’efficience. Et donc, pour modifier des logiciels, il faut comprendre ce langage.<br /> Ce qui pose de grosses difficultés dans l’apprentissage du C tient à ses aspect de manipulation «&nbsp;bas niveau&nbsp;». Rien de sorcier, juste que le piège courant est d’essayer de comprendre ce langage sans apprendre d’abord les bases qui permettent de comprendre ses abstractions.<br /> Il faut comprendre que le C fut crée pour remplacer l’assembleur. Cela explique pourquoi il vaut mieux commencer par de l’assembleur et un peu d’architecture du matériel. C’est ce qu’on faisait à une époque. Il y a 40 ans ou on voyait des mioches de 12 ans arriver à coder de l’assembleur sans aucun enseignement sur du 6502, du Z80 ou les 68xx. Des trucs comme les C64 étaient de bonnes écoles pour comprendre le matériel, le logiciel et se constituer des solides connaissances en très peu de temps et un minimum d’effort.<br /> je n’ai pas envie, là encore de m’imposer des mois d’études pour arriver à créer deux boutons).<br /> Et entre faire un petit « machin » tranquillou dans un coin et modifier un gros projet pour y ajouter des fonctions, il y a un monde de différences.<br /> Parce qu’il faut pas l’envisager d’emblée comme ça. Se prendre la tête pendant des mois, surtout pas. Il faut vraiment apprendre dans le temps, en s’amusant, petit à petit en mettant les pieds dans les bons étriers. Et surtout ne pas se fixer des objectifs d’emblée, parce que c’est juste le meilleur moyen de se casser les dents.<br /> Au départ, faire des trucs un peu ludiques, pas compliqué et qui sont gratifiant, comme bidouiller avec les arduino, même s’il n’y a rien d’idéal aujourd’hui.<br /> Je vais faire un parallèle avec l’automobile :<br /> Beaucoup de gens conduisent leur voiture, bien moins la réparent par eux-même, est-ce que ce fait détermine pour autant le fait que ceux qui confient la réparation de leur véhicule à un garage sont de mauvais conducteur de fait (sans tenir compte de la conduite elle même) ?<br /> Il me semble qu’il serait malhonnête de répondre oui.<br /> L’automobile est un objet complexe, mais qui se pilote simplement parce qu’elle réalise substantiellement des actions très simples : accélérer, freiner, tourner.<br /> L’ordinateur est un objet très complexe ET qui est très complexe à piloter parce qu’il peut réaliser une infinité d’actions et de combinaisons d’actions d’une énorme complexité.<br /> C’est simple, demandez vous qui a inventé l’idée que l’on pourrait utiliser un ordinateur de manière aussi simple qu’une voiture. Demandez vous quels étaient les intérêts de ces personnes. Par exemple, avaient t’ils des produits à vendre ?<br /> Je le redis, la plupart des utilisateurs d’ordinateurs se moquent de savoir si les softs qu’ils utilisent sont libres ou proprios, parce qu’ils veulent utiliser leurs outils pour faire ce qu’ils ont a faire.<br /> Bien sûr, mais est ce pour autant que c’est une bonne chose ? Il faut comprendre que les licences sont des contrats, parfois très complexes. Et il ne faut pas se voiler la face, le fait que la plupart des gens ne les lisent pas… n’est pas sans conséquences. Les multinationales y mettent presque tout ce qu’elles veulent. Et ne se privent pas d’en profiter. D’autant que le législateur peine à suivre et que ces conditions changent tout le temps.<br /> Les licences libres sont beaucoup plus simples … et infiniment plus saines.<br /> Alors certes, un logiciel proprio a des limites (comme tous les logiciels) et dans ce cas, on ne peut pas le modifier pour en faire ce qu’on veut, mais quoi ? Est-ce que du coup, cela fait de ses utilisateurs des idiots ?<br /> Non, ce n’est pas ce que je pense. Je ne considère pas que l’on soit idiot parce que l’on ne maîtrise pas tel ou tel savoir. Pour avoir travaillé tout en bas de l’échelle, j’ai connu des gens qui ne savaient ni lire, ni écrire, mais qui avaient une grande intelligence et m’ont appris énormément de choses. L’intelligence ou la culture ne se résume pas à un savoir unique. C’est plutôt une démarche, une curiosité.<br /> Cela étant dit, il faut quand même réaliser que les ordinateurs sont partout. Et il faut comprendre une chose à leur sujet : ce sont des monstres de complexité. Et si ce n’est pas vous qui contrôlez ce qui se passe dans votre ordinateur, c’est quelqu’un d’autre qui le fera. Et pas forcément dans votre intérêt comme les actualités récentes commencent à le démontrer.<br /> Je reviens sur ton discours à propos du logiciel libre, je le trouve contre productif, dans la mesure où selon moi on peut souhaiter utiliser des logiciels libres (pour diverses raisons) sans souhaiter devenir développeur système senior et sans se frapper des centaines de lignes de code ou encore faire une compil à la mano (oui, je l’ai fait pour certains soft et oui, c’est intéressant, mais cela peut-être hyper reloud pour la gestion - entre autres - des dépendances).<br /> Je peux comprendre qu’actuellement, il soit difficile d’imaginer un état intermédiaire entre l’utilisateur et le développeur. Mais cet état était courant il y a plusieurs décénnies.<br /> Comme je l’ai expliqué plus haut, des générations de système d’exploitation ont progressivement accentué le clivage pour arriver aujourd’hui à un état bien séparé.<br /> Ce qui change dans le libre, c’est qu’il y a des gens qui travaillent pour essayer de rendre les choses plus accessibles de ce côté. Donc pour réduire cette distance. Il y a des choses qui progressent dans le but de rendre la programmation moins élitiste.<br /> C’est assez paradoxal : Tu conseilles l’achat d’un truc proprio ultra fermé dont on n’a pas les sources alors même que tu tapes sur les logiciels propriétaires pour ces mêmes raisons …<br /> Oui, car il faut être pragmatique. Pas faire de l’idéologie pour de l’idéologie. Le libre n’est pas une religion, c’est quelque chose vers lequel on va parce qu’objectivement, c’est une meilleur logique.<br /> Donc, que vaut t’il mieux ? Acheter un lecteur DVD fermé et profiter d’un environnement libre sur son ordinateur ? Ou avoir un ordinateur avec un Os propriétaire juste à cause d’un lecteur de DVD… qui aura un firmware tout aussi fermé et propriétaire.<br /> Après, c’est un débat qui existe dans le libre : même si tout le monde le souhaiterait, il est encore difficile d’obtenir que tous les firmwares soient libres. Mais tout le monde dans le libre ne partage pas les mêmes opinions à ce sujet.
KlingonBrain
Tu simplifies énormément l’équation, en faisant au passage passer les utilisateurs non experts pour des cons.<br /> Non, pas du tout.<br /> Dénoncer les logiques d’infantilisation des utilisateurs, c’est tout le contraire de les prendre pour des cons.<br /> Penser que les utilisateur ont intérêt à évoluer dans leur propre intérêt n’est (la encore) pas les prendre pour des idiots.<br /> Et si ignorer des choses, cela suppose d’être un con, alors je revendique fièrement d’en être un dans quantité de domaines.<br /> Et je ferais remarquer que Linux est justement un monde ou l’on ne considère pas du tout l’utilisateur lambda comme un con, mais plutôt comme un utilisateur mature, capable d’apprendre quel que soit son niveau.<br /> Il fut une époque ou les gens achetaient des ordinateurs qui étaient livrés avec un gros manuel de programmation. Et de bons pères de famille lambda qui fréquentaient les clubs d’informatique le week end pour échanger et montrer leurs créations.<br /> Il y avait des piles de livres de programmation dans les allées des supermarchés dans le millieu des années 80. Même en province…<br /> Aujourd’hui, on mettrait le même manuel sur une table devant quelqu’un, il s’enfuirait en courant.<br /> Qu’est ce qui a changé ? Notre cerveau aurait t’il rétréci ? Moi je n’en crois rien.<br /> C’est juste le conditionnement des gens par rapport à la programmation qui a radicalement changé. On voit des gens qui en ont une peur bleue alors qu’ils n’ont jamais vu une ligne de code de leur vie.<br /> D’ailleurs, si vous ne me croyez pas, sachez que d’autres que moi sont arrivés au même constat et sur le fait que la formation de l’utilisateur par la suite bureautique est une catastrophe. Et c’est précisément la raison pour laquelle la programmation a été réintroduite à l’école. Et pas qu’en France.<br /> Tu as construits toi même ta maison, ta voiture, tu montes toi même tes appareils électroniques composant par composant ?<br /> C’est un autre sujet, mais tu serais surpris.
TofVW
KlingonBrain:<br /> Si on ne maîtrise pas, on peut payer pour faire coder ce que l’on désire.<br /> Ça tombe bien, j’ai payé Microsoft pour pouvoir utiliser Windows, et j’en suis pleinement satisfait!
KlingonBrain
Si c’est le genre de réponses débiles auxquelles on doit d’attendre de la part des Linuxiens, non merci.<br /> Il ne faut pas s’énerver.<br /> Pour ma part, je reste poli et respectueux. J’ai fait l’effort de réfléchir pour vous suggérer une solution.<br /> Au passage, je suis juste un utilisateur de Linux comme un autre, je ne prétends ni représenter la communauté du libre, ni «&nbsp;les linuxiens&nbsp;», ni assurer un support quelconque. Juste mon opinion personnelle.<br /> Mon PC me sert de lecteur DVD/Bluray, de console de jeu, de chaîne hifi, de poste de travail, je peux faire tout ce que je veux avec.<br /> Il tourne sous Windows. Et tes réponses m’ont convaincues… d’y rester. Merci bien!<br /> J’ai donnée quelques arguments, mais je ne prétends pas savoir mieux que vous ce qu’il vous faut.<br /> Et que vous y passiez ou non… dans les deux cas je n’y gagne rien.
lightness
enfin Microsoft à combler son retard par rapport à linux concernant la section «&nbsp;gérez votre imprimante&nbsp;» maintenant aussi ça déconne terriblement chez Microsoft !!! En fait plus Microsoft est proche de linux plus les équipes de développeurs sortent des mises à jours trop vite trop précipitamment et trop bogués à l’arrivé. Après Windows est terriblement stable dès lors que l’on bloque les mises à jours et que l’on utilise pas trop les applications du store. Enfin linux (je pense à mint ou ubuntu) vont devenir des systèmes indispensables aux personnes agées ou aux néophyte car wine notamment fait fonctionner Office 20xx sans broncher et l’essentiel est là : consulter internet, les vidéos youtube, répondre aux mails. c’est une alternative que personnellement je risque de recommander à mes clients si windows change pas plus vite son architecture des années 90.
KlingonBrain
Ça tombe bien, j’ai payé Microsoft pour pouvoir utiliser Windows, et j’en suis pleinement satisfait! <br /> Si vous en êtes satisfait, tant mieux.<br /> Cela dit, pour l’argument que vous donnez, je ferais remarquer que vous payez pour un produit qui est comme il est.<br /> Moi je parle d’autre chose, c’est à dire de payer quelqu’un pour ajouter les fonctions que personnalisées que je veux à un logiciel ou un Os.<br /> Il faudrait être de mauvaise foi pour ne pas reconnaître que cette souplesse est un des gros avantage du libre et certainement l’un de ceux qui fait son succès dans le monde professionnel.
KlingonBrain
Linux, je le jure, j’ai essayé ! Plusieurs fois ! Mais quand j’ai cherché de l’aide, je n’ai trouvé que des gens qui répondaient avec des lignes de commande et rien d’autre ! J’ai essayé pleins de forums<br /> Bah, sur Windows, t’aura droit à de la base de registre qui n’est pas forcément plus simple que la ligne de commande.<br /> Pourquoi vouloir absolument se passer de la ligne de commande quand tu’as un problème et que c’est la meilleure solution ? <br /> Au vu de ce que j’ai lu ici où là, non. Il suffit de jeter un œil, sur les sites : l’entraide, y est en majorité Windows. La faute aux utilisateurs ?<br /> Il suffit de regarder ou est utilisé Linux pour comprendre à qui tu as affaire.<br /> N’oublions pas qu’aujourd’hui, le grand public est en majorité sur Windows. Sous Linux, on trouve pas mal de professionnels.<br /> A toi aussi de trouver ou ils sont, sachant qu’ils ne sont pas tous fans des sites grand public.<br /> Pourtant Windows est payant ! Pour moi, la faute est aux linuxiens, qui ont sans doute trop regardés de haut ceux qui venaient demander de l’aide<br /> En même temps, j’ai vu souvent des gens parler sur les forums comme s’ils avaient affaire à un service technique et des employés rémunérés. Ni bonjour, ni merci. Et parfois, c’est limite s’ils donnent l’impression de faire un faveur de venir poser leur question comme on dépose une crotte sans même avoir fait le moindre effort de chercher. Alors… comment dire…<br /> Je pense que beaucoup de gens reproduisent l’attitude qu’ils ont dans le monde commercial, quand ils ont payé un produit… en oubliant, que la, ils n’ont rien payé, qu’ils ont affaire à des utilisateurs volontaires. Bref, qu’ils sont dans un autre monde.<br /> Et puis, forcément, quand tu as affaire à des pro, c’est des gens qui ont beaucoup bossé pour acquérir leur savoir, c’est une population avec qui il vaut mieux faire preuve de minimum considération quand on veut obtenir une réponse et de bien comprendre qu’on utilise de leur temps libre. Et aussi que t’ait fait l’effort de chercher un minimum par toi même parce que s’ils font ça en marge de leur taff, ça veut dire qu’ils sont très occupés et qu’ils peuvent ne pas apprécier qu’on gaspille leur temps avec des questions auquel ils ont répondu 2500 fois et qui sont parfois inscrit en gros dans la FAQ.<br /> PS : Sur ce, très bonnes soirée à tous.
Bezenman78
Mouais, au final, la question est de savoir si les utilisateurs ont besoin ou envie de se compliquer la vie pour des usages de tous les jours. Dans 95% des cas, je répondrai par la négative, d’autant plus que - je te l’accorde - la suprématie de Windows depuis des décennies n’incite pas à changer d’OS, après un apprentissage qui fut long voire éprouvant pour certain(e)s.<br /> Ma seule expérience avec Linux a été passablement négative. La mise à jour de la distribution a planté le PC d’un ami, et on a passé 4 à 5 heures pour tenter de résoudre le problème, avec l’aide des forums traitant de ce sujet. Sans résultat. C’est seulement plusieurs jours plus tard qu’il est parvenu à trouver une solution.<br /> Lorsque j’ai vu les réponses apportées par les intervenants, j’ai compris que Linux n’était pas pour moi, bien trop rébarbatif à l’usage, en cas de souci. Mon vieux Netbook sous XP est donc resté chez Microsoft, alors que j’envisageai de le tester sur Linux.<br /> Peut-être tenterai-je un jour une distri sur clé USB, sans installation donc…
VahineCacao
«&nbsp;Windows et MacOS restent les plateformes privilégiées des joueurs purs et durs&nbsp;»<br /> Heu, quoi ?
lapin-tfc
parce que tu n’as que à cela à faire de la journée et rien d’autre sûrement, la plupart des gens ont une vie (réelle) et n’en ont rien à carrer de Linux, de kernel, de savoir développer etc… ta vision me rappelle les geeks des années 2000, soit on est linux soit on est un mouton et bien non, c’est une rhétorique indigne de rabaisser les gens de cette manière
raymondp
la plupart des gens ont une vie (réelle) et n’en ont rien à carrer de Linux,<br /> Tu as tout à fait raison.<br /> Mon fils n’est pas geek, il n’est pas développeur, il n’en a rien à carrer de windows, comme de linux.<br /> Cela étant, le petit portable de mon fils était sous W10, il ramait à mort, même avec un SSD dedans / 4Go de mémoire.<br /> Ne parlons pas des mises à jour de windows, un cauchemar.<br /> J’ai installé linux mageia (il y a 2 ans maintenant), et ça tourne comme une horloge, le PC démarre vite, ne plante jamais, la mise en veille est nickel, je crois qu’il ne le redémarre jamais. Tout au plus des problèmes avec zoom qui fonctionne mais ne se met pas à jour tout seul. Il en est content à tel point que ma fille, qui a un petit portable tablette également m’a dit «&nbsp;je ne peux pas m’en servir, il faut que tu m’installes linux&nbsp;», parce que ce n’est pas une bête de course.<br /> W10 c’est bien, mais il faut quand même avoir une bonne machine pas trop ancienne, sinon c’est pas terrible, tu passes ton temps à attendre qu’il ait fini de ramer.<br /> Perso, j’ai un dual boot, pour utiliser ms teams, mais je m’en passe le plus possible.
raymondp
Au fait, merci pour cet article, très intéressant et qui «&nbsp;remet les pendules à l’heure&nbsp;» concernant le jeu sous linux !
raymondp
Il faut aller sur le forum de la distrib que tu as installé, là il y a généralement beaucoup d’aide !
khalistoo
Ah oui quand meme, on en est encore la ? Savoir si Windows est &gt; a linux ou pas ? non serieux les gars, y a pas de debat a avoir. C’est toujours une question de feeling. La preuve meme Krosoft n’arrete pas de faire des courbette a Linux… Ca fait belle lurette que la gueguerre ne sert a rien. Je suis dev, j ai l’habitude de jouer et coder, voila. Donc pour moi pas de soucis avec une distro linux. Windows, c’est certainement chouet, mais j ai lasse l’affaire avec 98. Du coup je serai totallement perdu si je me retrouvais avec la derniere mouture de windows 10. Mais bon, comme je n’ai jamais eu besoin d’un truc qui tourne sur windows uniquement depuis de tres longueuses annees… je ne me suis jamais remis sur une telle machine. Par contre je claque des heures d utilisation sur Azure, je bouffe des pages et des pages de doc de chez krosoft, et franchement pour tout dire, ca m en touche une sans bouger l autre. Le vrai sujet que j ai pu trouver interessant dans ces commentaires c’est bien enendu la config de depart. Une vieille box peut plus facilement faire tourner un O
phil995511
«&nbsp;Je suis perdu, je pensais que steam avait abandonné linux non ?&nbsp;»<br /> Non
KlingonBrain
ta vision me rappelle les geeks des années 2000, soit on est linux soit on est un mouton et bien non, c’est une rhétorique indigne de rabaisser les gens de cette manière<br /> Je ne rabaisse absolument personne. Ce dont vous m’accusez est à l’opposé total de mes convictions.<br /> Bien au contraire, ce que je dénonce, c’est une forme d’élitisme sournoise qui profite de l’ignorance des gens et qui infantilise les utilisateurs pour faire perdurer cet état de fait.<br /> Un peu comme ce que faisaient les religieux au moyen age. Ils gardaient le savoir pour eux tout en prônant l’ignorance en prétendant faire le bien des gens. Et c’est ce que fait le monde informatique d’aujourd’hui.<br /> parce que tu n’as que à cela à faire de la journée et rien d’autre sûrement, la plupart des gens ont une vie (réelle) et n’en ont rien à carrer de Linux, de kernel, de savoir développer etc…<br /> Je ne fait que recommander aux gens de se former à l’informatique. Et je ne vois pas en quoi cette idée serait immorale ou de nature à rabaisser qui que ce soit.<br /> Le temps que les gens investiront en formation, ils le récupéreront au centuple. Tout en évitant beaucoup de problèmes, de galères, d’arnaques et de soucis. Et la, je parle par expérience.<br /> Passez du temps à aider des gens qui galèrent avec l’informatique et vous comprendrez ce que je dit.<br /> Dans la vie réelle, nous vivons maintenant entourés d’ordinateurs et d’objets qui contiennent des puces. Il est évident qu’une population qui ne comprends rien au monde qui l’entoure cela va poser d’énormes problèmes de société.<br /> De nombreux pays ont renforcé la formation en informatique à l’école et réintroduit la programmation, partant du constat que l’informatique était en train de créer une nouvelle forme de fracture sociale. Ce n’est pas une invention de ma part.
philumax
Bien. J’ai compris le message. Donc, Linux est réservé à une élite.<br /> J’ai pris ta réponse : elle resservira à l’occasion, pour ceux qui n’y croiraient pas.<br /> Désolé d’avoir dérangé des professionnels. On ne m’y reprendra plus.<br /> À plus.
philumax
J’ai oublié de préciser : je n’ai jamais manqué de respect à qui que ce soit !<br /> Donc, il y a un problème dans la cervelle des linuxiens. Quelque part, ils ont oublié, que derrière ces messages, il y avait des gens.<br /> Personnellement, quand j’ai demandé quelque chose je l’ai fait poliment. En principe, je ne parlais pas à des milliardaires… mais, je savais pas !
philumax
J’ai essayé, et plusieurs fois…<br /> Ces gens, se prennent pour le nombril de l’univers…<br /> C’est comme ça !<br /> Un jour de j’essayerais de trouver le profil de ces gens. Me reste plus beaucoup de temps pour y arriver, mais je vais essayer. Ça vaut le coup.<br /> Merci quand même, pour ta réponse !
raymondp
Ben je ne sais pas, sur le forum de Mageia en français (https://www.mageialinux-online.org/forum/index.php), ils sont très sympas, généralement il y a plus de personnes pour aider que de personnes qui cherchent de l’aide !<br /> Mais pas toujours efficaces.<br /> Par contre, sur le forum en anglais, il y a des très bons, mais ceux-là ont la grosse tête, pas toujours agréables. 'y vais que quand je suis vraiment dans la m.<br /> Sur linux, il y en a beaucoup qui se la pêtent, mais il y a aussi beaucoup de gens sympas.
KlingonBrain
Bien. J’ai compris le message. Donc, Linux est réservé à une élite.<br /> Utilisé par des professionnels, ça ne veut pas dire réservé à une élite <br /> Linux est le contraire d’un système élitiste.<br /> J’ai oublié de préciser : je n’ai jamais manqué de respect à qui que ce soit !<br /> Donc, il y a un problème dans la cervelle des linuxiens. Quelque part, ils ont oublié, que derrière ces messages, il y avait des gens.<br /> Personnellement, quand j’ai demandé quelque chose je l’ai fait poliment. En principe, je ne parlais pas à des milliardaires… mais, je savais pas !<br /> Pour ma part, quand j’ai posé des questions poliment sur les forums Linux adéquat en faisant les efforts nécessaire pour présenter mon problème de manière clair, j’ai toujours obtenu des réponses précises, professionnelles et même plutôt sympathiques.<br /> Vous avez raison, derrière les messages, il y a des gens. Mais il ne faut pas oublier que derrière ceux qui y répondent aussi.<br /> Ce que j’essayais de faire, c’est juste de vous donner des conseils pour éviter les erreurs courantes que j’ai pu parfois constater. Quand on sait bien s’y prendre, on arrive à obtenir des info, même quand tu as à faire à des gars «&nbsp;pas spécialement sociables&nbsp;», ou à la catégorie «&nbsp;extrêmement imbus d’eux même&nbsp;».<br /> Après, le libre, c’est comme partout. On croise parfois quelques têtes de cochon. Mais j’y ai rencontre aussi tellement de gens sympa, serviables qui méritent surtout des éloges.<br /> Et il ne faut pas oublier que le monde du libre est fait de ce que chacun y apporte. Si vous trouvez que l’aide aux personnes est perfectible, vous pouvez vous proposer de donner un peu de votre temps pour faire progresser les choses
Kzoo
Chose étrange que je n’ai pas lu dans les commentaires, peut-être que je ne l’ai pas vu, c’est simplement le niveau de ressources très faible dont Linux a besoin pour fonctionner contrairement à W10 qui devient de plus en plus gourmand.<br /> Sans avoir de SSD, le démarrage sous Linux est aussi rapide qu’avec un SSD, contrairement à Windows. Pour l’utilisation de logiciels gourmand pour faire de l’imagerie ou du montage vidéo, les besoins en processeur, ram et carte vidéo sont très largement revue à la baisse sous Linux car le système consomme que très peu de ressources matériel à l’utilisation, contrairement à Windows. Autre détail, Linux est largement moins la cible des Virus, même si il y en a aussi mais beaucoup moins.<br /> Ce qu’il faut, je penses, clairement retenir, c’est que Windows a toujours été, et le sera encore, un système grand public par défaut. Et tous le monde a ses habitudes sur le système de Microsoft car c’est celui que nous utilisons depuis le début pour ainsi dire. Mais aujourd’hui, et de plus en plus, Linux devient une alternative à prendre en compte. Il faut faire le pas, ne serait-ce que pour se faire sa propre idée. Ce n’est pas plus difficile d’utiliser Linux que Windows de nos jours, idem pour l’installation, aussi simple que W10. J’ai un dual boot avec Linux Mint, et lors de l’installation, je dirais qu’elle est plus simple car on ne passe plus du tout par la case des drivers. Cela reste nécessaire sur Windows d’installer ses pilotes car les version d’origines Microsoft ne sont pas toujours optimums ou à jours. Dernier détail, Linux puise dans une bibliothèque de logiciel libre qui n’a de cesse de s’agrandir. On démarre sur un système où la très grande majorité des logiciels du quotidien sont déjà là, sans demander de licence ou d’activer une version d’essai etc. C’est déjà là et fonctionnel. Mon imprimante Wifi, déjà configuré, un peu plus galère sous Windows.<br /> On ne doit plus parler d’élite pour parler de Linux, des distributions, c’est comme cela qu’on les appellent, sont clairement destinés à la découverte de cet univers sans aucune difficulté. Il faudra juste un peu de temps pour se familiarisé à l’interface qui, encore une fois, à énormément évolué et est devenu très accessible, tout cela pour casser justement cet image de système réservé à une élite quelconque.<br /> Ceci étant, Windows a encore de très très beaux jours devant lui, et Linux va continuer sa route et se renforcer afin de devenir de plus en plus une réelle alternative très sérieuse à Windows pour tout types de profils surtout Gamer car pour les autres utilisateurs, je penses que c’est déjà le cas.<br /> La discussion pro linuxien et windows ne sert à rien car elle n’a plus lieu d’être. Petit détail, les dernières évolutions de Windows viennent de Linux d’ailleurs, preuve que même Microsoft porte un intérêt au pingouin.
ben_car
Merci à Clubic pour cette article,vous êtes revenue de loin (bon ça vas faire quelles que année maintenant)<br /> Pour un utilisateur Linux, c’est toujours intéressant à lire ces retours.
ben_car
Justement il font beaucoup d’effort sur cette plateforme.<br /> Par exemple Steam vas être porté sur Chromebook (uniquement les x86).<br /> Ce qu’ils ont arrêté c’est juste la commercialisation des steam machine, mais l’os est toujours maintenu.
Blues_Blanche
C’est «&nbsp;amusant&nbsp;», en lisant les messages ici j’ai immédiatement retrouvé toutes les raisons pour lesquelles j’ai abandonné Linux.<br /> Personnellement quand je veux jouer, je veux lancer le jeu et que ça marche. Pareil pour toutes les autres applications. Pourquoi je ne veux pas coder ? Parce que c’est chiant. J’ai autre chose à faire, pas envie d’apprendre…<br /> La vision de nombreux linuxiens fait que le système est sclérosé dans un forme d’élitisme pour initiés. Oui c’est plus facile et simple de faire en ligne de commande quand on sait… mais quand on ne sait pas, c’est pas simple, ça prend du temps… Alors qu’il y a drs systèmes où quand tu ne sais pas, tu trouves intuitivement…
sshenron
Je retrouve toutes les raisons pour lesquelles je préfère Gnu Linux <br /> La vision des linuxiens est un univers où tu construits ton OS, tu prends, tu partages.<br /> Tu as des distributions comme ChromeOS ou tu n’entendras jamais parler de la ligne de commande.<br /> Je ne pense pas qu’un linuxien essaiera de te vendre son OS, le but même de le l’open source c’est d’être libre, d’avoir le choix.<br /> Il y aura toujours des gens qui préféreront comprendre avant d’utiliser, et d’autres simplement utiliser. Et peut être (malheureusement) ce sera de plus en plus le cas, comme il a été dit plus haut. C’est cette simplicité de consommation qui fait vendre.<br /> Le plus important selon moi est de savoir qu’un ordinateur ne se résume pas à Windows. Commencer à se poser des questions sur un OS alternatif et l’essayer, même si ça n’a pas pris c’est déjà bien plus que la majorité des utilisateurs.
Blues_Blanche
J’ai utilisé exclusivement linux pendant 7 ans, avant de lâcher l’affaire. J’aimais la philosophie et bidouiller un peu, ça m’amusait, mais je ne pense pas y revenir un jour.<br /> La personnalisation c’est bien sur le papier, mais ça rend les choses encore plus compliqué : gestion des dépenses, des abandons de développement… mises à jour complexes et pertes de temps.
sshenron
Le système de paquets peut être problématique je te l’accorde. Au même titre que la base de registre Windows peut en l’être.<br /> Je ne dis pas que c’est LA solution! J’ai opté pour une distribution en «&nbsp;rolling release&nbsp;». Il n’y a pas d’ «&nbsp;upgrade&nbsp;» vers une nouvelle version, simplement de petites mises à jour au quotidien. Je peux toujours avoir des problèmes, mais c’est plus gérable de part la quantité réduite de paquets mis a jour.<br /> Pour revenir au sujet Steam, je ne souhaite pas l’installer directement. Je l’ai installé au travers flatpak. Pas de conflits possible, pas configuration.<br /> Si vraiment tu aimes la philosophie mais que le problème se trouve dans la gestion des dépendances, il y a des possibilités (je ne dis pas «&nbsp;solutions&nbsp;» ).<br /> Les abandons de développement, je pense que peut importe l’OS il y en a.<br /> Sur Windows on ne s’en rend peut être pas compte parce qu’on met à jour (ou pas) logiciel par logiciel et sur Linux on met à jour des paquets.
xylf
Il a suffit de survoler le forum pour voir une guéguerre inutile pour savoir qui a la plus grosse… Surtout que l’article ne traite pas de ça. Utilisateur de dualboot depuis 99, j’avoue passer plus de temps sous linux que windows, de l’ordre de 95%.<br /> Et aujourd’hui linux permet a un utilisateur simple de faire autant que windows. Pour mon expérience, je surf, écoute de la musique, fais de la bureautique, de l’infographie et même de la mao.<br /> Windows sert surtout pour les quelques jeux qui je passent pas autrement.<br /> Dans ce que j’ai lu, beaucoup confondent administrateur système et utilisateur. Et justement un simple utilisateur se cogne de savoir quel OS tourne du moment que c’est évident pour lui et qu’il puisse utiliser les programmes dont il a besoin.<br /> Quant a un usage plus poussé, je préfère linux que windows : le registre c est chiant, les mise a jour sont chiante et on peut rien faire pendant ce temps la, l’interface se complexifie (mais c est mon avis, je trouve qu’il y a plus de menu et de sous menu et que ça perd en clarté. Je regrette le bon vieux panneau de configuration). Et même sous windows on peut bouffer de la ligne de commande. C’est peut être pour ça qu’il y a autant de pub sur leur terminal.<br /> Linux n’est pas plus dur que windows,c est juste différent, et pour beaucoup c’est un problème, on veut pas se faire chier a réapprendre. Mais a l’utilisation, c’est la même finalité
stanwood
Pour ma part j’ai découvert «&nbsp;accidentellement&nbsp;» Linux il y a 6 mois.<br /> Mon ancien PC ne fonctionnait plus sous W7, et il n’a pas été possible de réinstaller Windows.<br /> Avant de l’amener à la déchetterie je suis allé voir sur le web si une solution hors Windows existait pour ressusciter un vieux PC, et je suis tombé sur un forum … Ubuntu.<br /> Dans mon esprit de personne lambda, Linux était destiné aux informaticiens ou aux développeurs, et n’était certainement pas à la portée de chacun.<br /> Donc quelle fut ma surprise lorsque j’ai réussi en 30 minutes à installer Ubuntu sur la machine, si facilement. Et j’étais émerveillé en découvrant un OS super simple, intuitif et fonctionnel. (Imprimante, souris, manettes de jeux, clés USB, disques externes, tout s’est configuré en une fraction de seconde)<br /> Depuis, j’ai installé Ubuntu / Mint sur des dizaines d’ordinateurs de mon entourage afin de leur offrir une 2ème vie. Tout le monde est enchanté et autant étonné que je ne l’étais…<br /> Donc je confirme, Linux est parfait pour redonner vie à un ancien ordinateur, et très vite pris en main par n’importe qui. (Mais ça, le commun des mortels ne le sait pas).<br /> En revanche, je déconseillerais pour un gamer (quoique cet article tend à nous prouver le contraire) ainsi qu’aux personnes/entreprises qui ont absolument besoin de logiciels spécifiques qui n’existent pas sous le format Linux.<br /> Peu de jeux de qualité ne sont dispos dans la logithèques des snaps. Le meilleur selon moi: SuperTuxKart.<br /> Pour conclure, je pense que les distributions Linux sont formidables pour prolonger la vie d’un ancien matériel. Quant à moi, je trouve l’utilisation très «&nbsp;reposante&nbsp;» par rapport à Windows (pas d’assistants d’installation de programmes qui essaie de m’installer un autre programme en douce, pas de «&nbsp;votre période d’essai arrive à échéance, activez la fonction premium&nbsp;»… pas de publicité, pas de virus, pas de «&nbsp;suggestions&nbsp;» du système, etc…)
KlingonBrain
Dans ce que j’ai lu, beaucoup confondent administrateur système et utilisateur.<br /> Mon opinion est de penser que cette distinction ne devrait pas exister. Parce que c’est une forme de fracture sociale.<br /> D’un côté les utilisateurs infantilisés et maintenus dans l’ignorance. De l’autre, des professionnels qui passent un temps énorme à comprendre le système. Cela me rappelle un peu l’organisation de la société du moyen age. Et c’est un mauvais modèle.<br /> On y a mis fin avec l’école obligatoire et l’enseignement pour tous.<br /> En informatique, la fracture est apparue quand les systèmes d’exploitation ont fait le choix de séparer les deux populations. Et qu’ils ont cessé de travailler à rendre le coeur de systèmes accessibles pour le «&nbsp;tout venant&nbsp;», voir qu’ils ont tout fait pour l’obfusquer… et c’est de pire en pire.<br /> Débat malheureusement difficile. Par définition, celui qui n’a rien connu d’autre aura toujours tendance à croire que c’est une fatalité.<br /> Et justement un simple utilisateur se cogne de savoir quel OS tourne du moment que c’est évident pour lui et qu’il puisse utiliser les programmes dont il a besoin.<br /> C’est totalement vrai. Mais ont t’ils pour autant raison ?<br /> Par manque de culture, la plupart des gens voient uniquement les bénéfices immédiats. Mais ils ont rarement une idée très claire des conséquences de leurs choix sur le long terme.
KlingonBrain
Désolé pour cette réponse tardive, je tenait à vous répondre, mais j’ai manqué de temps.<br /> c’est un jugement de geek qui ne voit que l’arbre et non la forêt<br /> Je comprends votre considération dans la mesure ou je parle de choses qui sont aujourd’hui uniquement maîtrisées par des geeks et/ou des professionnels.<br /> Hélas, il n’est pas facile d’expliquer que les systèmes actuels ont une part de responsabilité la dedans.<br /> Il y a 40 ans, des gamins faisaient de l’assembleur au bout de quelques mois d’informatique le dimanche. Aujourd’hui, le même gamin jouerait à un truc à la con sur son smartphone.<br /> Qu’est ce qui a changé ? Les systèmes…<br /> Exemple perso, j’ai de très bonnes connaissances dans divers domaines et je suis capable de faire chez moi tout ce qui a trait à la plomberie, l’électricité, la menuiserie, le carrelage mural ou de sol, et même un peu de plafonnage et de maçonnerie…de mon point de vue, pourquoi les gens n’apprennent-ils donc pas à faire tout ça eux-mêmes pour ne plus dépendre de professionnels coûteux ?<br /> Iriez vous recommander à quelqu’un de réaliser une installation électrique sans se former un minimum ? D’utiliser une scie circulaire sans prendre connaissance de ses dangers ? De remplacer les freins d’une voiture sans s’enquérir de la procédure ? De couler une dalle sans apprendre à faire un ferraillage correct ?<br /> Je n’ai pas compris pourquoi l’informatique est le seul domaine que je connaisse ou l’idée de conseiller aux gens de se cultiver est assez mal perçu.<br /> La réponse, c’est que chacun est plus ou moins doué dans plus ou moins de domaines, que chacun a plus ou moins l’envie et/ou la capacité d’apprendre de nouvelles choses, et que si le niveau de connaissances est suffisant pour réaliser ce que l’on veut faire, pourquoi essayer de devenir à tout prix plus pointu si on n’est pas spécialement attiré par l’informatique ?<br /> Parce qu’augmenter le niveau en informatique de la moyenne des gens produirait de nombreux bénéfices et résoudrait de nombreux soucis, aussi bien pour les personnes concernées que pour les entreprises dans lesquelles ils travaillent que pour la compétitivité du pays tout entier. Cela influerait aussi de manière positive sur les choix politiques de notre nation car la technologie aura un rôle crucial pour l’avenir du pays et peut aussi présenter de gros dangers.<br /> Cela permettrait surtout à toute une population de reprendre le contrôle de leur informatique et de leur vie numérique face à des multinationales qui en font tout ce qu’elles veulent.<br /> A partir du moment ou les gens passent des heures tous les jours devant un ordinateur par choix ou obligation, un meilleur niveau peut leur apporter un énorme gain en confort. Et s’ils n’aiment pas l’informatique, cela veut t’ils dire pour autant qu’ils n’y ont pas intérêt quand même à augmenter leur niveau en informatique, justement pour éviter de subir ?<br /> Je ferais un parallèle avec l’école ou nous avons passé des années à apprendre des choses, pas forcément parce que nous les aimons, mais parce que par la suite elles nous sont utiles et nous facilitent la vie.<br /> Je vous donnerais l’exemple d’un jeune entrepreneur que j’ai vu passer une semaine à écrire sur des enveloppe à la main pour faire un mailing alors qu’il utilise un ordinateur à longueur de journée. Est ce qu’un peu de formation en informatique serait vraiment du temps mal investi ?<br /> Je ne suis pas une flèche dans le domaine, mais j’en sais suffisamment pour me débrouiller, choisir des composants, les assembler, utiliser les applications qui conviennent à mon usage, régler les éventuels soucis logiciels…<br /> Bien sûr. Et c’est pareil pour tout le monde.<br /> Mais la question que je pose est différente : choisissons nous nos applications pour leur facilité d’usage à très court terme, ou pour les progrès qu’elles nous permettront de faire à long terme. Je l’entends, bien entendu à temps d’utilisation égal.<br /> je n’ai pas envie d’en apprendre plus juste pour dire que j’en sais plus, et je crois que c’est l’attitude de beaucoup de gens<br /> Le but premier d’acquérir de la connaissance n’est t’il pas d’abord pour nous même ? Pour nous apporter de nouvelles possibilités ? De nouveaux horizons ?<br /> Et qu’y a t’il d’étonnant à ce que les gens décident de s’arrêter de progresser quand on leur donne des systèmes ou il est quasiment impossible à des gens normaux qui n’ont pas reçu de formation adéquate de dépasser le stade de simple utilisateur.<br /> Moi, ce que je fustige, c’est cette barrière la. Pas le fait que les gens aient un temps limité à consacrer à l’informatique.
xylf
Je dirais pas une fracture sociale. Mais c’est un fait. Il y a les admins système et les utilisateurs. Pour un particulier, c’est vrai que c’est un problème. Beaucoup de mes collègues viennent me voir quand ils ont un soucis, car windows, ils y pigent que dalle. La seule chose qui les intéressent c’est qu’au final ça fonctionne. Dans le milieu pro, l’utilisateur se concentre sur sa productivité. Seul son outil l’intéresse et bien souvent il y a une cellule d’admin pour la gestion du matériel.<br /> Cette fracture admin-utilisateur existe depuis bien longtemps sur les systèmes multi utilisateur : Root, administrateur et le reste…<br /> Quand on achète une machine, aujourd’hui la notice vous dit juste comment la brancher, on n’explique plus comment administrer sa machine. Aux gens de se sortir les doigts a grand coup de Google et forums. C’est valable sur tous les os que j’ai côtoyé, unix/linux/windows…<br /> Même en pro aujourd’hui on achète des services auprès de m$ ou redhat plutôt que de solutionner par soit même.
raymondp
Par contre, dans la liste testée,<br /> Warhammer 40,000: Dawn of War III<br /> Rocket league<br /> Ils ont leur version linux native (rocket league depuis longtemps), qui utilise peut être proton d’ailleurs, mais pas sûr que cela soit la version windows que vous ayez testé du coup<br /> J’en ai essayé un, Dawn of war II sur ma distrib Mageia, ça ne marche pas <br /> Il est très ancien et développé avec une vieille version de DirectX, je vais en essayé un plus récent pour voir
Johan_Gautreau
J’ai bien testé les deux avec Proton pour le coup, pas les versions natives
louchi
Développeur depuis plus de 20 ans, et maintenant IT, je gère un peu plus de 500 VMs.<br /> La plupart sous Linux, heureusement…les autres sous Windows, avec les mises à jour qui prennent parfois 2-3 heures…<br /> Et mon PC de taff est…sous Linux, bien évidemment. Xubuntu.<br /> Je gère tout, depuis un Linux, même le AD Windows de ma boîte.<br /> Et j’ai Windows chez moi pour…jouer…car, malgré ce super article, mon jeu ne marche que sous Windows…lol
flonc
Exactement ! Je ne l’aurais pas mieux dit.
Hulk69
Sous windows si une application a 20 bugs major, qui demarre pas on dit que l’appli ne marche pas et qu’on la met de cote. Sous Linux c’est une appli qui marche a 100%
Popoulo
«&nbsp;Il faudra que vous mettiez les mains dans le cambouis et vous contentiez de performances aléatoires&nbsp;» : voilà un bon résumé.
vidarusny
J’ai beaucoup aimé lire tous ces commentaires. Le refus de certain (Windows, Linux) d’accepter les défauts de leur os préféré…<br /> Personnellement j’ai surtout du mal à comprendre pourquoi on dépense des sommes importantes pour mettre la compatibilité des différentes consoles et qu’en face en général on voit PC… PC ce n’est pas que Windows… Donc la mention est trompeuse.Alors certes il y a plus d’utilisateurs sous Windows que sous Linux, mais quel est le rapport PC Windows et console .?<br /> J’en profite, Linux étant open source et gratuit, certains pensent que c’est une affaire de passionné, et donc pas professionnel. Sachez que les plus gros logiciels open source ne sont (quasiment) qu’affaire de professionnel. allez voir les sites web de ces projets, certains communiquent sur le fait que les très grandes majorités de leurs développeurs sont rémunérés… Certaines technos quasiment qu’open source…<br /> Bref à titre personnel j’ai intégralement quitté Windows depuis 10 ans, même pour les jeux AAA. WINE était déjà très efficace, mais effectivement il fallait être motivé. Pour autant en tant que quarantenaire, j’ai le plaisir de rejouer à de vieux jeux (plaisir coupable), qui était devenu de base injouable avec Windows…<br /> À titre professionnel, je souhaiterai que l’on me retire Windows qui me pose de plus en plus de soucis avec la politique d’imposer toujours plus de nouvelles technos, qui ne sont pas forcément plus efficaces (voir moins) et qui font sauter les compatibilités très régulièrement…
Mike-de-Klubaik
Bref à titre personnel j’ai intégralement quitté Windows depuis 10 ans, même pour les jeux AAA. WINE était déjà très efficace, mais effectivement il fallait être motivé. Pour autant en tant que quarantenaire, j’ai le plaisir de rejouer à de vieux jeux (plaisir coupable), qui était devenu de base injouable avec Windows…<br /> Je suis dans le même cas. Je joue beaucoup à des vieux jeux ou à des émulateurs, et Linux est largement suffisant voire top. Cela dit, je ne joue qu’occasionnellement, mais il m’arrive aussi de jouer à des jeux AAA, et il ne faut pas hésiter à rappeler que souvent grâce à Proton/Wine, cela marche bien. Le dernier jeu AAA récent que j’ai joué c’était Resident Evil 2, en quasi options graphique à fond et en 4K, aucun bug à signaler, fps suffisant et probablement identique que sous Windows.<br /> Il ne faut pas non plus oublier que si un jeu AAA sort sous Steam, Valve met les bouchées doubles pour que tout fonctionne correctement sous Linux (si le jeu n’a pas été développé nativement bien entendu), et ce, dès la sortie, et au pire, s’active à le faire les jours précédant sa sortie.<br /> Sinon, il faut se renseigner sur leur site qui recense les jeux qui ne fonctionnent ou pas, les bugs rencontrés et les astuces pour éventuellement les supprimer etc.<br /> https://www.protondb.com/<br /> Voilà, l’excuse d’être débutant sous Linux doit disparaître
Krystof92
Salut à toutes et tous, je suis passé sous linux depuis cet article, et je dois avouer que je suis impressionné. Les jeux fonctionnent hyper bien. Sous steam y’a rien à faire. Sous lutris c’est un peu plus la loterie mais ça fonctionne sans trop d’effort.<br /> Merci
Yves64250
Steam sous windows je peux acheter le jeux qui me plait de grands éditeurs ,steam sous linux je dois choisir dans une liste de jeux compatibles de petits éditeurs.<br /> Joyeux troll de fin d’année.
tux.le.vrai
Sur linux à 100% depuis des années.<br /> (j’ai toujours un double boot avec windows que j’ai délaissé)<br /> Tout roule, pas embêté avec les virus, je surfe tranquille sur tous les sites.<br /> et maintenant, je peux même jouer sur ma distribution favorite :<br /> Mageia<br /> fiabilité, efficacité, convivialité et gratuité. Que demander de plus.<br /> (ps, avec Mageia, pas de ligne de commande, tout est paramétrable avec l’interface graphique)<br /> (pour les infos, c’est par ici :<br /> https://www.mageialinux-online.org/mlo/ )<br /> J’avoue quand même qu’il faut avoir une grosse config pour le dernier flight sim. (sous windows aussi)
Aisyk
Pour les jeux GOG ou EGS, il y a quelques solutions :<br /> Legendary, qui permet de télécharger les jeux qu’on a acheté sur son compte et de les lancer avec Steam ou Lutris par exemple. Avec en ce moment même une version avec interface graphique en développement : https://github.com/derrod/legendary<br /> MiniGalaxy, qui affiche les jeux de son compte, et permet de les lancer. (Lutris permet aussi de se connecter à son compte GOG)<br /> Korben – 11 May 20<br /> MiniGalaxy – Un client Linux pour GoG<br /> J’adore Good Old Games, plus connu sous le nom de GoG. J’ai pas mal de jeux là bas, donc beaucoup que j’ai chopé gratuitement et même si je n’ai pas trop le temps de jouer, …<br /> Et la distribution GamerOS, basée sur ArchLinux, qui reprend les fondamentaux de SteamOS (avec la possibilité de lancer les jeux EPIC, GOG…) : https://gamer-os.github.io/<br /> Bref, ça bouge toujours du côté du gaming sur Linux
sevensam
ce n’est pas une question de prix ou de gratuité linux, c’est avant tout la Liberté et pas etre éspionné a tout bout de champs.
Hulk69
Je crois que c’est la même chose… Ubuntu/ firefox collectent les data des utilisateurs linux comme sous windows
sshenron
J’ai de gros doutes. 100% du code étant open source pour les deux logiciels il y aurait déjà eu des informations sur cette collecte de données.<br /> Firefox est probablement le dernier navigateur qui respecte la vie privée
clockover
Ce post a 6 mois ? J’aurais dit 20 ans !<br /> Depuis le temps qu’on n’optimise plus le registre ou qu’on ne désinstalle plus «&nbsp;proprement&nbsp;» un drivers sur Windows … piouu…
raymondp
Il faut le dire à Canard PC alors, ils n’ont pas l’air d’être au courant :<br /> Canard PC<br /> Hors-série Canard PC Hardware HS N°14 | CanardPC.com<br /> Si dans le précédent hors-série nous vous expliquions comment monter votre PC, ici nous allons nous attaquer à un autre morceau : l’optimisation. Et aussi à la découverte de certains outils. Ce numéro est en vente depuis début juin, mais le placement...<br /> C’est sûr que sur windows, on n’optimise plus la base de registre, on se bat avec les mises à jour, qui tantôt passent, tantôt passent pas, et vas-y que je te reboote le pc une dizaine de fois, et que je te configure les mises à jour, c’est infernal. c’est un jeu de patience.
clockover
C’est de la lecture à fuir alors.<br /> Ayant à gérer différent parcs de poste/serveurs Windows/Linux/Mac non désolé je ne nettoie jamais le registre sur des postes Windows :).<br /> Les MAJ quasi jamais de soucis non plus.
Hulk69
Mais arretez de trasher windows alors que linux est 1000 fois pire. Le nombre de mise a jours qui cassent des appli sur linux c’est quasi quotidien
raymondp
Tu ne dois pas savoir te servir de linux correctement. Il ne faut installer des logiciels qu’avec le gestionnaire de paquets de la distribution, et du coup il ne faut installer que des logiciels qui sont dans la distribution. Si tu télécharges des trucs ici et là et que tu les installes indépendemment, il n’y a aucune garantie que cela puisse fonctionner sans problème. Pour les jeux steam, c’est un peu différent car c’est steam qui gère.<br /> Le PC de mon fils a 7 ans, j’ai installé linux mageia dessus depuis environ 6 ans, jamais aucune mise à jour n’a planté. Il n’y connait rien, il clique juste sur «&nbsp;appliquer les mises à jour&nbsp;» de temps en temps, et je ne m’occupe jamais de son PC.
TofVW
raymondp:<br /> Il ne faut installer des logiciels qu’avec le gestionnaire de paquets de la distribution, et du coup il ne faut installer que des logiciels qui sont dans la distribution. Si tu télécharges des trucs ici et là et que tu les installes indépendemment, il n’y a aucune garantie que cela puisse fonctionner sans problème.<br /> C’est donc ça la grande liberté d’utilisation de Linux, son grand avantage sur Windows…
raymondp
Non, c’est juste pour t’éviter de récupérer des virus, des chevaux de troie, du bloatware, ou juste des logiciels qui ne vont pas fonctionner. Après, tu fais ce que tu veux…
jbmuffat
En ce qui me concerne, ce n’est pas que windows 10 «&nbsp;bug&nbsp;», mais il prend des plombes à démarrer malgré tous les nettoyages de registres et autres optimisations que je puisse faire. Je n’ai pas ce problème avec linux. De plus, sur linux, si j’ai le moindre problème, que ce soit avec la distribution ou avec un logiciel, il y a une communauté pour me répondre souvent dans l’heure. je ne garde windows que comme roue de secours, vu que tous mes logiciels pros ont leur version sur chacun des 2 systèmes.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Un polymère est capable de récupérer l'or sur les déchets électroniques (et de dissoudre le reste)
Sunset Riders, le western Konami : du galop de l'arcade à la sellerie des saloons
COVID-19 : des robots UV pour désinfecter les entrepôts (et bientôt les lieux publics) ?
Facebook se tourne vers l'imagerie holographique pour des lunettes VR vraiment minces
Deezer poursuit son internationalisation et accueille un investisseur mexicain
Villes étranges : votre chronique prend l'air à la campagne, ça tourne mal
5G : à Singapour, Ericsson et Nokia sont préférés à Huawei, encore...
Forfait mobile : quel forfait 4G choisir entre RED, Free, B&You et Sosh ?
League of Legends : Riot vend des skins pour aider la recherche sur le coronavirus
VPN pas cher : l'offre PureVPN tombe à 1,79€/mois 🔥
Haut de page