Google : vers un programme de protection des données personnelles ?

01 juin 2018 à 15h36
0
Face aux fonctionnaires d'Etat américains, Google a reconnu mardi que ses Google Cars avaient enfreint la vie privée en récoltant négligemment des mots de passe, adresses email et autres informations personnelles lors de leurs processus de cartographie des rues, dans le cadre de Street View. Une confession qui intervient au coeur d'une large action collective en cours aux USA.

00FA000004822110-photo-google-car.jpg
Google cherche actuellement à trouver un arrangement pour mettre fin à une class action qui implique des plaignants dans 38 Etats américains. En cause : Street View et ses méthodes ayant entrainé la récupération de données personnelles notamment liées aux accès Wi-Fi et aux identifiants d'habitants des villes visitées par les voitures de l'entreprise. L'affaire n'est pas nouvelle : au coeur de multiples polémiques depuis 2010, elle a entraîné la condamnation de Google dans de nombreux pays, dont la France.

Déjà condamné, dans le cadre de cette action collective, à devoir verser une amende de 7 millions de dollars - une paille pour l'entreprise - Google devra également surveiller activement les pratiques de ses employés, pour s'assurer que les projets en cours ne violent pas la vie privée des utilisateurs de ses services. La firme devra, par la même occasion, communiquer explicitement sur les moyens d'éviter de tels problèmes, notamment au travers de vidéos qui pourraient être diffusées sur YouTube.

L'accord en cours d'élaboration en vue de cet arrangement ne devrait pas épargner les Google Glasses, lunettes dotées d'une technologie de réalité augmentée, et de la possibilité de prendre des photos et des vidéos relativement discrètement. « Si vous utilisez les lunettes de Google pour enregistrer les discussion discrètes de gens dans un Starbucks, portez-vous atteinte à leur vie privée ? » interroge Scott Cleland, un fervent défenseur de la question. « 38 Etats ont déclaré avoir un problème avec ça » ajoute-t-il. Les réticences face aux Google Glasses commencent à apparaître : à Seattle, un bar les a déjà interdites dans l'établissement.

De son côté, Google a assuré « travailler dur pour renforcer les droits à la confidentialité » dans ses services. Une bonne volonté qui laisse perplexe l'association Consumer Watchdog : « Demander à Google d'informer les consommateurs sur la vie privée, c'est comme demander à un renard d'expliquer à des poules comment sécuriser leurs cages » a déclaré un porte-parole.

Reste que l'accord implique que Google mette en place un programme de protection des données personnelles dans les six mois, et organise chaque année un séminaire d'une semaine pour ses employés, entièrement centré sur la confidentialité des données. La procédure concerne, pour l'heure, uniquement les Etats-Unis, mais on voit mal comment l'entreprise pourrait limiter un sujet aussi délicat à un seul continent : « Cela aura un impact sur la façon dont Google va développer ses nouveaux produits dans le futur » estime Matthew Fitzsimmons, un magistrat du Connecticut.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

L'utilité de la pub sur les moteurs de recherche contestée
Microsoft met à jour Office, Silverlight et Internet Explorer
Do Not Track : la publicité s’oppose au blocage des cookies publicitaires par Mozilla
Pilotage par la voix et adaptation aux lunettes de vue : les Google Glass se dévoilent
Paris en ligne : l’Arjel annonce avoir repéré plus de 2000 sites illégaux en 2012
L'assistant Google Now s'inviterait sur iOS
Vimeo on Demand : les créateurs peuvent désormais faire payer pour leurs vidéos
Adobe déploie des mises à jour critiques pour Flash et Air
Google rachète DNNresearch pour la reconnaissance vocale et l'analyse d'objets
Dropbox passe en version 2.0 sur Windows et OS X
Haut de page