Facebook : 1 Américain sur 4 a supprimé l’application de son téléphone

Pierre Crochart Contributeur
07 septembre 2018 à 08h30
0
facebook

Une récente étude confirme une nouvelle fois la perte de vitesse de Facebook. Le réseau social, cible de nombreuses polémiques depuis l'élection de Donald Trump à la tête des États-Unis, voit une large part de ses utilisateurs américains lui tourner le dos.

Une étude de l'institut de recherche Pew confirme aujourd'hui une tendance récente : Facebook ne fait plus rêver. 42% des Américains ont pris de la distance vis-à-vis du réseau social au cours de l'année passée.

Une prise de conscience sur la protection des données



L'étude de Pew Research montre que 54% des Américains inscrits sur Facebook ont effectué des ajustements de confidentialité sur leur compte. Une manoeuvre qui vise à rendre leurs comptes moins accessibles, et donc à protéger leurs données dans une moindre mesure.

42% des sondés ont également répondu avoir fait une pause de Facebook au cours de l'année.

Enfin, ce sont pas moins de 26% des utilisateurs qui ont tout simplement supprimé l'application de leur smartphone.

Au total, c'est donc 74% des Américains qui ont effectué une action visant à réduire leur utilisation de Facebook au cours des 12 derniers mois.

Facebook sondage 1 américain sur 4 désinstallé appli


Un déficit d'image pénalisant



Outre les accusations d'ingérence ayant donné un sacré coup de pouce à l'élection du tristement célèbre 45e Président des États-Unis, Facebook s'est illustré ces derniers mois par des bévues impardonnables pour ses utilisateurs.

Tout le monde a encore en tête le scandale Cambridge Analytica, qui aura au moins eu le mérite d'administrer une piqûre de rappel à l'ensemble des internautes concernant la fragilité de leur vie privée sur le Web.

Plus récemment encore, Facebook se retrouve en fâcheuse posture vis-à-vis du génocide des Rohyngia, en Birmanie. Selon des investigateurs missionnés par les Nations Unies, Facebook aurait servi de vecteur principal à la propagation du discours de haine à l'encontre de la communauté musulmane.

Un laisser-aller en matière de modération duquel Facebook s'est excusé tardivement. Cela ne fait d'ailleurs que quelques jours que les utilisateurs ouvertement affiliés au mouvement bouddhiste ultranationaliste Ma Ba Tha sont bannis du réseau social. « Nous pouvons faire plus, et nous avons été trop lents à agir », lâche Simon Milner, vice-président de la politique publique en Asie de Facebook, en guise de mea culpa.

Sale temps pour les réseaux sociaux



Nous vous en parlions il y a quelques jours : le quotidien britannique The Guardian a publié une série de portraits de jeunes adolescents qui ont fait le choix de se désinscrire complètement des réseaux sociaux.

Parmi les raisons invoquées, certains d'entre eux citaient l'aspect malsain que prenaient les relations avec leurs camarades. Au point que le nombre de followers sur Instagram devienne un critère d'acceptation sur les bancs de l'école.

Malgré ses 2,2 milliards d'utilisateurs actifs mensuels, la météo s'assombrit pour Facebook.

Et vous, avez-vous entrepris, ou comptez-vous entreprendre des actions visant à vous désengager progressivement de Facebook ?
25 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Trump suspend les sanctions Obama quant à la consommation des véhicules automobiles
scroll top