Facebook remet Zynga au même niveau que la concurrence

30 novembre 2012 à 09h04
0
Le réseau social vient de revoir les conditions de son partenariat signé avec l'éditeur de jeux Zynga. Ce dernier ne devrait plus bénéficier de conditions particulières d'accès à Facebook puisque le groupe de Mark Zuckerberg dévoile son intention de favoriser la concurrence entre éditeurs.

00FA000004408672-photo-zynga.jpg
Facebook a revu les termes d'un partenariat signé en 2010 avec Zynga. La société américaine pouvait en effet proposer à des conditions favorables ses jeux au sein de la plate-forme sociale. Pourtant, Facebook vient de rebattre les cartes sur le marché des jeux sociaux en facilitant l'ouverture de son service à d'autres éditeurs de jeux.

Suite à la signature de cet accord, Zynga ne sera donc plus un « partenaire privilégié » mais obtient toutefois une meilleure flexibilité. Il pourra, par exemple, éviter d'utiliser certains mécanismes de paiements utilisés par Facebook pour recueillir ses recettes mais devra se soumettre aux mêmes règles que les autres dans l'utilisation des adresses e-mail recueillies. Zynga pourra néanmoins poursuivre sa stratégie visant à diversifier ses sources de revenus.

Après avoir publié en octobre dernier des résultats peu rassurants (baisse du chiffre d'affaires de 5 % au troisième trimestre, pour une perte nette de 52,7 millions de dollars), Mark Pincus, le p-dg de l'éditeur de jeux expliquait avoir « initié un certain nombre de changements visant à rationaliser nos opérations, concentrer nos ressources sur nos segments les plus stratégiques et ainsi investir dans notre avenir ». En conséquence, des mesures de réduction budgétaires ont été prises chez le californien, tout comme une réduction de personnel touchant 5 % des collaborateurs de Zynga.

L'éditeur a, par la suite, racheté November Software, un éditeur versé dans le développement de jeux sur terminaux mobiles. Malgré cette stratégie affirmée, les marchés ont peu goûté les informations selon lesquelles son contrat avec Facebook a été modifié et la valeur du titre Zynga a subi une baisse de plus de 10 %.

De son côté, Facebook cherche à diversifier son offre et attirer de nouveaux éditeurs sur son réseau. Si le nouveau contrat, publié par la SEC, évoque bien le fait que ces derniers seront bien mis sur un pied d'égalité, il n'évoque combien représente la manne générée par les jeux sur Facebook. Reuters explique toutefois que depuis plusieurs mois, les recettes réalisées par les jeux Zynga représentent plus de 15 % du chiffre d'affaires total de Facebook. De quoi favoriser une stratégie d'ouverture.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
ITER : le premier élément du Tokamak est installé
scroll top