Logo Anonymous : "il n’est pas question ici de faire un gros bénéfice", estime Early Flicker

01 juin 2018 à 15h36
0
Après avoir demandé à ce qu'elle puisse utiliser le slogan et le logo d'Anonymous pour ses propres produits, la société Early Flicker a tenu à répondre aux accusations. Elle précise que son objectif est de trouver un accord avec le mouvement.

00FA000005334306-photo-anonymous.jpg
Ce lundi, nous expliquions que la société française Early Flicker avait déposé le logo ainsi que le slogan d'Anonymous auprès de l'INPI. Une fois la demande autorisée, l'entreprise pouvait être en mesure de produire des ustensiles divers et variés reprenant les codes du groupement.

Très rapidement, les Anons ont répondu par le bais d'une vidéo dans laquelle ils rappellent qu' « une idée n'est pas à vendre ». Ils précisent que leur « slogan a été détourné à des fins marketing par une société peu scrupuleuse. Le gérant de la société Early Flicker a usurpé nos symboles en les enregistrant comme marque déposée auprès de l'INPI afin de les utiliser pour leur business ».

La société a tenu à répondre à la polémique dans les colonnes du site globalpresse. Les propos attribués à un dirigeant de la société, repris par Le Figaro, tentent de calmer les esprits. Le responsable précise avoir « suivi de près vos actions et je supporte totalement votre mouvement ». Il ajoute : « Il m'est venu à l'esprit qu'une fois ces logos déposés je pourrais les proposer la conscience tranquille, et aider en cela à promouvoir votre mouvement et pourquoi pas même à permettre à vos propres membres d'en profiter. Comme vous pouvez le voir mon site est petit, les t-shirts ne sont pas chers, il n'est pas question ici de faire un gros bénéfice ».

Concernant sa démarche auprès de l'INPI, la société tient également à préciser que « ces logos n'appartiennent à personne, et tant qu'ils seront déposés chez moi, il n'y aucun risque que cela change, cela n'a jamais été mon objectif. J'espère que vous comprenez mieux maintenant les aboutissants de ma démarche, à savoir propager des produits à l'effigie du mouvement, et en quelque sorte protéger ses logos et slogans afin que tout le monde puisse continuer à répandre ces principes. Je répète qu'il ne s'agit absolument pas d'une marque (pas d'étiquettes, pas de séries, ni de ventes en gros, et encore une fois pas d'interdiction pour les autres, ce qui est vraiment fondamental ici)!! ».

En attendant de trouver un éventuel terrain d'entente avec le groupement, la société s'estime prête à conclure les accords nécessaires pour vendre ce type de produits.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Facebook : +23% de mobinautes depuis le mois de mars
Serveurs et stockage : EMC et Lenovo signent une alliance stratégique
Zynga objet d'une action collective, sur fond de soupçons de délit d'initié
Dropbox admet un piratage et renforce sa sécurité
La vente de matériel d'écoute est soumise à autorisation
Open WebOS bientôt en bêta mais pas sur les anciens smartphones de HP
Google rachète Wildfire, spécialiste des réseaux sociaux
TomTom lance son nouveau kit mains libres pour smartphone
Chrome : une nouvelle version stable introduit WebRTC
Crucial lance le V4, son SSD entrée de gamme
Haut de page