Une "boussole quantique" pourrait rendre les GPS obsolètes

13 novembre 2018 à 09h48
21
Accéléromètre quantique
© Imperial College London

Des chercheurs ont mis au point un dispositif tirant parti des propriétés quantiques des atomes. L'avantage de cet appareil est qu'il peut servir comme aide à la navigation, en s'affranchissant de la communication par satellite.

« Prenez la sortie. Puis. Tenez la droite. » Peut-on aujourd'hui imaginer conduire vers une destination inconnue sans GPS ? Des chercheurs de l'Imperial College London, en collaboration avec l'entreprise M Squared, ont pourtant conçu une nouvelle technologie de navigation. Il s'agit d'un accéléromètre quantique.

Les limites du GPS actuel

Le GPS est un système de positionnement qui communique avec les satellites autour de la Terre pour déterminer votre emplacement. Très pratique, il présente toutefois l'inconvénient d'être dépendant d'informations extérieures pour fonctionner. Et vous le savez bien, dans certaines situations, comme dans une rue entourée de grands bâtiments, la communication satellite peut être brouillée.

Quant aux accéléromètres, ils sont déjà fréquemment employés, par exemple dans les téléphones. Ils permettent de mesurer l'évolution de la vitesse d'un dispositif à travers le temps, offrant ainsi la possibilité de calculer la position de l'objet à partir de son point de départ. Mais à l'heure actuelle, les systèmes nécessitent une référence extérieure pour maintenir leur degré de précision.

Les propriétés quantiques des atomes (vraiment très) froids

L'accéléromètre quantique élaboré par les chercheurs s'appuie sur les propriétés des atomes lorsqu'ils sont soumis à une température extrêmement basse. Dans cette situation, ils se comportent à la fois comme de la matière et comme des ondes. Il faut alors avoir recours à la mécanique quantique pour étudier leur mouvement, via un interféromètre à atomes. De cette façon, l'accéléromètre peut analyser les propriétés ondulatoires de ces particules et mesurer les infimes changements induits par l'accélération du véhicule.

Comme vous pouvez le voir sur la photo, les dimensions de l'accéléromètre ne lui permettent pas d'équiper un téléphone, même pas l'un des futurs modèles pliables. Ce volume conséquent s'explique par la nécessité d'embarquer des lasers très puissants et maniables avec précision, pour refroidir les atomes et mesurer leur réaction à l'accélération.

Le dispositif est donc pour l'instant destiné à des véhicules imposants, tels que des bateaux ou des trains. Mais les scientifiques espèrent également l'exploiter dans d'autres domaines, comme l'étude des ondes gravitationnelles.

Source : Imperial College London
21
0
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Le Xiaomi Redmi Note 9 Pro 128 Go à prix choc pour les Hottes Days chez AliExpress
Xpeng P7 Wing : la berline chinoise électrique de luxe qui veut détrôner la Tesla Model S
RED by SFR : le forfait mobile 100 Go au prix de celui de 80 Go 🔥
Offrez une montre connectée Huawei Watch GT pour moins de 100€ sur Amazon
Bons plans de Noël : 7 offres à saisir chez Cdiscount avant le Black Friday
OneWeb, le concurrent de Starlink, renaît de ses cendres
Idée cadeau pour Noël : ces Hauts-Parleurs 2.1 Logitech Z333 à prix Black Friday chez Amazon
Black Friday Week : le TOP des bons plans high-tech à saisir ce lundi soir
Bon plan Fnac : deux SSD Samsung en promotion avant le Black Friday
Test iPad Air (2020) : à deux doigts de passer Pro
Haut de page