Les GAFAM désarment un projet de loi protégeant les données personnelles des utilisateurs

le 18 avril 2019 à 14h24
0
Alexa Amazon Echo

Dans l'Illinois, un projet de loi visant à encourager les citoyens lambdas à déposer des plaintes contre les géants de la Tech s'est vu contrer par un organisme professionnel chargé de représenter... les GAFAM.

Ce projet de loi, baptisé Keep Internet Devices Safe Act, portait notamment sur la question des enregistrements réalisés à l'insu de l'utilisateur, depuis des appareils équipés de micros (enceintes connectées, smartphones, tablettes, ordinateurs portables...). Il aurait pu permettre d'inquiéter juridiquement les marques vendant des appareils qui écoutent à distance l'utilisateur sans l'en informer de manière explicite.

Un projet de loi largement « édenté » par les représentants des GAFAM


Motherboard rapporte que si le texte finira bien par être voté par le Sénat de l'Illinois, il ne sera mis à exécution qu'au travers d'une version ayant sérieusement perdu de son mordant.

Dans sa version initiale, le projet de loi prévoyait que n'importe quel utilisateur pourrait se tourner vers le bureau du procureur général de l'Illinois pour engager des poursuites pouvant mener jusqu'à des pénalités de 50 000 dollars pour les grands acteurs de la Silicon Valley. Il n'en sera rien.

Le média américain, qui évoque en l'état un projet de loi « édenté », explique que l'Internet Association (un lobby représentant notamment Amazon, Google, Twitter, Microsoft ou encore Facebook - et la liste est loin d'être exhaustive) s'est retranché derrière l'expression « appareil numérique » utilisée dans le texte. Jugée trop vaste, cette dernière a été attaquée, au même titre que le recours direct initialement prévu pour les utilisateurs. « Les contentieux privés peuvent mener à des actions collectives frivoles », expliquait ainsi l'Internet Association. Des arguments qui ont su faire mouche.


Des écoutes parfois réalisées à l'insu de l'utilisateur


Largement remanié, le texte prévoit, dans sa forme actuelle, de donner autorité exclusive au procureur général de l'Illinois pour mettre en vigueur cette loi. Le simple utilisateur, lui, est donc en grande partie exclu de l'équation.

Comme le révélait Bloomberg la semaine dernière, des milliers d'employés d'Amazon ont eu accès à des interactions formulées par des utilisateurs auprès d'Alexa, l'assistant personnel de la firme de Jeff Bezos. L'identité des utilisateurs concernés était également visible de ces employés, apprend-on.

Ces pratiques, en totale violation des règles élémentaires de confidentialité auxquelles sont normalement tenus les GAFAM, pointent une nouvelle fois l'étendue des libertés prises par les géants de la Tech quant à l'utilisation des données personnelles relatives aux utilisateurs de leurs services.

Mots-clés : GAFAM
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Lyft propose une nouvelle fonctionnalité de sûreté : un bouton d'appel aux services d'urgence
Notre-Dame : quand le partage de données aide à la restauration
Le Sénat vote l'application de la taxe GAFA sur les géants du numérique
Adobe Premiere Rush est disponible sur Android
Selon Jim Ryan, Death Stranding, The Last of Us II et Ghost of Tsushima sortiront sur PS4
Une agence de l'ONU juge que les assistants personnels renforcent les préjugés sexistes
Lancement des 60 premiers satellites Starlink : comment regarder le décollage en direct
Une application Steam Chat débarque sur iOS et Android
Black Mirror : les trailers des 3 épisodes de la prochaine saison
Huawei P30 Lite vs Google Pixel 3a : lequel est le meilleur pour moins de 400 € ?
scroll top