Le pied de nez de Comcast, qui maintient la neutralité du web

14 juin 2018 à 19h54
0
Comcast a décidé de s'absoudre de la fin de la neutralité du web, qui autorise officiellement depuis lundi les opérateurs de télécommunications à réduire l'accès aux ressources et le trafic de manière totalement arbitraire.

En cette période de Coupe du monde du football, on pourrait appeler ça une « jolie contre-attaque ». Lundi, la surpuissante Commission fédérale des communications (FCC) votait aux États-Unis la fin de la neutralité du net, pour permettre aux opérateurs comme Verizon et AT&T de gérer leur réseau selon leur bon plaisir. Ce principe, comme son nom l'indique, interdisait toute régulation du trafic. Les opérateurs avaient alors l'obligation de faire circuler les ressources de manière égale, sans aucune discrimination ni limitation, et ce qu'importe l'expéditeur, le destinataire, le service, le contenu ou l'appareil concerné. Mais la fin de ce principe acté fin 2017 a poussé le géant américain Comcast à rester droit dans ses bottes.

Comcast neutralité du net


« Nous ne bloquons pas, ne limitons pas et ne discriminons pas le contenu légal », précise Comcast

Comcast a décidé d'adopter une attitude rebelle en refusant d'appliquer la fin du principe. « Votre service Comcast n'est pas différent aujourd'hui. Et ne ce sera pas différent demain », annonce l'opérateur sur son site institutionnel. « Nous ne bloquons pas, ne limitons pas et ne discriminons pas le contenu légal. Nous ne créons toujours pas de voies rapides. Nous n'avons toujours pas l'intention de conclure des ententes de priorisation dites 'payantes' ». Dans le même temps, Comcast a désactivé un système qui réduisait le débit des gros consommateurs en cas d'engorgement du réseau, comme indiqué dans un autre communiqué.

Le message a le mérite d'être clair. La firme pennsylvanienne s'oppose frontalement à l'agence indépendance américaine (la FCC), chapotée par le Congrès américain, faut-il le rappeler. Le président des États-Unis, Donald Trump, militait depuis plusieurs années, avant même son entrée à la Maison-Blanche, pour l'abolition de la neutralité du web. Son prédécesseur Barack Obama, lui, adoptait la position inverse.

0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
scroll top