État des lieux d'Internet : la France se connecte à 4,9 Mbits/s en moyenne

Thomas Pontiroli
10 août 2012 à 12h40
0
Akamai a enregistré 666 millions d'adresses IP uniques dans le monde au premier trimestre 2012. La France est le sixième pays où l'on accède le plus à Internet avec 25,5 millions de connexions uniques, soit 6,4% de plus qu'en 2011 sur la période.

00B4000005350018-photo-akamai-logo.jpg
Dans son dernier état des lieux de l'Internet, le spécialiste dans la distribution de contenus Akamai a relevé une augmentation annuelle de 14% du nombre d'adresses IP (IPv4) uniques dans 238 pays et régions du monde, pour atteindre le chiffre de 666 millions. Sixième de ce classement, la France dénombre 25,5 millions de connexions, soit 39% de sa population nationale. C'est 3,8% du réseau mondial.

Le premier pays à accéder au Web est représenté sans surprises par les États-Unis qui comptent 146,5 millions de connexions uniques. La Chine est deuxième avec 92,4 millions de connexions. Rapporté à la population, les Américains sont 46% à pouvoir se connecter au Net, quand les Chinois ne sont que 7%. Le Japon ferme le podium avec 40,5 millions de connectés.

0230000005350014-photo-akamai-etat-des-lieux-internet-q1-2012-connexions.jpg

Au chapitre de la vitesse de connexion à Internet, la France ne pointe qu'au 30e rang mondial, avec une vitesse moyenne mesurée de 4,9 Mbits/s. Si cette valeur a augmenté de 35% en un an, l'Hexagone figure derrière la Pologne, 29e avec 5 Mbits/s, ou la Roumanie, 13e avec 6,6 Mbits/s en moyenne.

Le haut du classement européen est occupé par les Pays-Bas, dont les habitants disposent d'un accès au Net de 8,8 Mbits/s en moyenne. Le pays est suivi de la Suisse (8,1 Mbits/s) et de l'Irlande (7,3 Mbits/s). Au niveau mondial, la Corée du Sud est en tête avec une vitesse moyenne de 15,7 Mbits/s, suivie du Japon, seul autre pays à franchir la barre des 10 Mbits/s (10,9 Mbits/s).

Au niveau de la connexion mobile, Akamai constate que « l'Allemagne apparaît comme le fournisseur de téléphonie mobile proposant la vitesse de connexion moyenne la plus rapide, avec à peine moins de 6 Mbit/s ».

Le très haut débit mondial a progressé de 54% sur un an

À noter qu'Akamai propose dans son état des lieux une nouvelle définition du haut débit, le fixant à 4 Mbits/s, et du très haut débit, évalué à partir de 10 Mbits/s. Sur cette base, le rapport révèle que 53% des Sud-Coréens (1er) disposent d'un Internet à très haut débit, contre 15% des Américains (10e) et seulement 4,5% des Français, 33e du classement mondial.

L'Arcep, pour qui le très haut débit commence à 50 Mbits/s, comptait fin 2011 665 000 foyers français raccordés au très haut débit, un chiffre qui serait supérieur aujourd'hui selon Akamai. Le taux d'équipement dans l'Hexagone a tout de même progressé de 140% comparé au premier trimestre 2011. Au niveau mondial, l'évolution se chiffre à 54%.

0230000005350012-photo-akamai-etat-des-lieux-internet-q1-2012-attaques.jpg

Enfin, Akamai indique qu'avec « 16 % des attaques de trafic au cours du premier trimestre 2012, la Chine a conservé la première place dans ce domaine, suivie par les États-Unis et la Russie qui occupent respectivement les deuxième et troisème places du classement et qui représentent 18 % des attaques observées ».

Pour parvenir à ériger ces statistiques, la société compte le nombre de connexions à son service Akamai Intelligent Plateform, utilisée par les plus grandes sociétés informatiques. Cette dernière est constituée de pas moins de 100 000 serveurs présents dans 75 pays et couvrant, selon la société, « un réseau qui réunit près de 90% des utilisateurs d'Internet ».
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
scroll top