Thunderbolt sous Windows

Par
Le 03 août 2012
 0
0000007604036056-photo-logo-thunderbolt.jpg
C'est en septembre 2009 qu'Intel dévoile pour la première fois au public, à l'occasion d'un IDF, une nouvelle interface d'interconnexion alors baptisée LightPeak. Il s'agit pour le fondeur de démontrer qu'il est possible d'offrir des débits bien supérieurs aux interfaces actuelles et notamment face à l'USB 3.0, dont il est pourtant l'un des principaux instigateurs. Et si le projet alors présenté par Intel a pour nom de code LightPeak, c'est en partie parce qu'il est question à l'époque d'utiliser de la fibre optique dans les interconnexions.

Pour sa première apparition LightPeak impressionne : Intel fait en effet la démonstration de deux systèmes reliés par un câble en fibre optique d'une longueur de trente mètres au débit de 100 Gb/s et faisant circuler flux vidéos 1080p, copies de fichiers sur des SSD en RAID et autres transferts de données en réseau.

017c000002440252-photo-intel-lightpeak.jpg

Avant Thunderbolt, le prototype Lightpeak montré à l'IDF 2009


D'une démonstration technologique, avec son PCB custom et ses straps à tout va, LightPeak devient un produit fini début 2011 lorsqu'Apple, qui a participé à son développement, intègre ce qu'il convient désormais d'appeler la technologie Thunderbolt à ses MacBook. L'anecdote dira que c'est Steve Jobs lui-même qui a choisi le nom Thunderbolt pour cette nouvelle interface. Une interface qui voit son débit limité à 10 Gb/s et l'usage de la fibre optique cantonné à certains câbles spécifiques non encore disponibles à l'heure où nous publions ces lignes. Un an après l'apparition des premiers Mac équipés de Thunderbolt, et alors que les périphériques compatibles ne sont toujours pas légion, Thunderbolt arrive timidement dans le monde Windows. Tour d'horizon.

0221000005315820-photo-disques-thunderbolt.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Carte mère

scroll top