🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% ! 🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% sur le high-tech

Test Marshall Acton III : une mini enceinte de salon à la puissance surprenante

Guillaume Fourcadier
Spécialiste Audio
28 novembre 2022 à 11h45
7
Marshall Acton III
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

Petite sœur de l'imposante Woburn III, l'Acton III est la plus abordable et la plus compacte des enceintes bluetooth de la gamme Home de Marshall. Malgré cette apparente simplicité, les grandes lignes sont les mêmes : design, construction et sonorité expressive.

Portée par une architecture deux voies à trois haut-parleurs, cette enceinte uniquement Bluetooth atteint-elle ses objectifs ?

Marshall Acton III
  • Design et fabrication
  • Compacité
  • Sonorité puissante et maitrisée
  • Commandes intégrées
  • Connectivité limitée au Bluetooth
  • Effet stéréo peu marqué
  • Quelques imprécisions dans le haut du spectre

Compacte et sérieuse

En apparence plus simple que la Woburn III, l'Acton III conserve pourtant l'ensemble des qualités formelles de l'enceinte haut de gamme, dans un format clairement plus adapté aux petites surfaces. Ce modèle de salon mesure seulement 260 × 170 × 150 mm, ce qui lui permet d'être placé sur à peu près tous les meubles, pour un poids total de 2,85 kg. De fait, on retrouve une certaine densité dans ce produit.

Marshall Acton III
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

L'Acton III reprend presque à l'identique la formule de l'Acton II, avec son corps en MDF mais surtout son revêtement spécial en vinyle texturé. À cette particularité s'ajoutent d'autres touches typiques de Marshall. Comme la grille maillée avec logo apparent et la plinthe aux teintes cuivrées, plus fine ici que sur les générations précédentes. Symbole le plus marquant du soin apporté à l'ensemble, le panneau de contrôle, placé dans un renfoncement, joui du même sérieux que sur la Woburn III, dans un format légèrement plus compact. Ce panneau repose sur une plaque en aluminium brossé couleur laiton, et met en avant des éléments particulièrement élégants, comme un commutateur marche/arrêt métallique, ainsi qu'un ensemble de potentiomètres avec repères à LED.

Marshall Acton III
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

Sans surprise, la qualité de fabrication est irréprochable pour cette gamme de prix. L'assemblage ne laisse aucun jeu dans la structure, la visserie est reléguée à l'arrière de l'appareil, et l'impression de solidité prédomine. L'Acton III a clairement sa place parmi les autres enceintes de salon. Pour le petit plus, l'ensemble est composé à 70 % de plastique recyclé et conçu sans PVC.

Notons qu'il existe 3 déclinaisons du produit : noir (modèle classique, testé ici), blanc crème et marron.

Fiche technique Marshall Acton III

Performances

Type d'enceintes
2.0 (Stéréo)
Puissance nominale
60W
Réponse en fréquence
45 Hz - 20 kHz
Nombre de haut-parleurs
3

Connectivité

Norme Bluetooth
5.2
Codecs Bluetooth
SBC
Wi-Fi
Non
NFC
Non
Certification DLNA
Non
Tuner FM
Non
Mode Stéréo
Oui

Connectiques

Entrée Jack 3.5 mm
Oui
Microphone intégré
Non

Caractéristiques physiques

Hauteur
170mm
Largeur
260mm
Profondeur
150mm
Poids
2,85kg

Très simple d'emploi, mais très épurée

La grande Woburn III était certes très limitée côté connectivité, mais proposait au moins une entrée stéréo RCA et une interface HDMI-eARC. Ici, la simplification passe un cap, puisque l'Acton III mise vraiment tout sur sa puce Bluetooth. Tout ? Pas tout à fait. Une entrée auxiliaire en jack 3,5 mm reste présente sur le panneau de contrôle.

À l'image de la Woburn III, l'Acton III est en apparence très limitée au niveau du Bluetooth. En effet, sa puce Bluetooth 5.2 ne gère que le codec obligatoire SBC, ce qui est le minimum du minimum à l'heure actuelle. Mais, comme tous les produits Home Line III (Acton III, Stanmore III et Woburn III), l'enceinte est Multipoint (connexion sur plusieurs appareils) et surtout compatible LE Audio. Cette dernière fonction sera active lors d'une future mise à jour. Pour le moment, la norme n'est pas vraiment déployée sur Android, bien que déjà implémentée sur les couches Bluetooth Android récentes. L'intérêt de cette norme sera la possibilité d'accéder à une meilleure qualité audio via l'intégration du codec LC3, ainsi que la possibilité de grouper d'autres enceintes (Marshall ou non) dans un même ensemble sonore.

Marshall Acton III
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

Le côté spartiate du produit va de pair avec une ergonomie extrêmement simple. Compatible Google Fast Pair, l'Acton III s'appaire sans difficulté. Une fois ce processus mis en place, l'enceinte est utilisable tel quel, mais une application dédiée est également disponible. Le principe est le même que sur sa grande sœur, puisque cette appli se limite à un réglage des basses et des aigus (de -5 à +5), à une correction sonore en fonction du placement de l'enceinte dans la pièce, un mode nuit afin de réduire la dynamique, et bien sûr à la possibilité de mettre à jour le produit.

Pour le reste, l'ensemble des réglages sonores et la navigation est disponible sur le panneau de commande. Celui-ci donne déjà accès au volume et au réglage des basses et des aigus, tout en intégrant une sélection de la source et un stick lecture/pause/passage de pistes.

L'expérience utilisateur est donc épurée, mais extrêmement simple et bien pensée.

Format mini, mais gros coffre

Que l'imposante enceinte Woburn III propose un son très puissant n'est pas une immense surprise. Pour l'Acton III, d'un volume environ quatre fois moindre, la tâche est plus complexe.

L'Acton troque la disposition trois voies à cinq haut-parleurs de sa grande sœur pour une architecture deux voies à trois haut-parleurs : 1 woofer (basses-médiums) central avec charge bass-reflex (évent arrière), 2 tweeters orientés, afin d'étendre la stéréo. Le tout est alimenté par un amplificateur classe D de 30 W pour le woofer, et deux amplificateurs classe D de 15 W chacun pour les tweeters. La puissance totale est donc de 60 W, ce qui est déjà solide pour un aussi petit produit. Reste que la puissance n'est annoncée ni en RMS ni en crête.

Marshall Acton III
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

Une chose est sûre, l'Acton III n'a pas le niveau de basses abyssal de sa grande sœur. Mais, faute de retourner un grand salon, elle propose un son particulièrement puissant et convaincant. Les basses sont encore une fois en avant, et conservent en grande partie l'impact et la maitrise que nous avions relevée sur la Woburn. Ici, peu importe le style, la rondeur prédomine, et l'extension dans le bas du spectre, très réussie, peut même donner l'impression que l'Acton en fait trop. Afin de trouver un meilleur équilibre sans perdre en dynamisme, un abaissement de 2, voire 3 crans des basses est préférable.

Reste que, basses en avant ou pas, le woofer est très maitrisé. Rien ne bave, le rendu est percutant, l'enceinte ne donne pas l'impression de cracher ses tripes, à moins de la pousser au-delà des 75-80 % de volume. Dans ces eaux-là, le niveau sonore est déjà très élevé pour une pièce de taille moyenne, les basses couvrent parfaitement un tel volume.

Marshall Acton III
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

Le reste du spectre est très correct, avec une belle extension dans les aigus, mais l'Acton III présente les mêmes défauts que la Woburn III, à savoir une précision perfectible dans les haut-médiums et les aigus, malgré une bonne extension sur ces derniers. Le niveau de détails est plutôt bon sans être fabuleux, et certains mixages complexes montrent les limites de l'architecture sonore. Enfin, la stéréo reste très restreinte, malgré une bonne aération de la scène sonore, et une bonne projection des voix.

8

Forcément, à 260 euros, les reproches sont bien moins marquants que sur la Woburn. Cette dernière est clairement plus ample et puissante, mais l'Acton III ne vient pas se placer à un univers d'écart. Son statut de petite enceinte encore abordable la place comme un bon concurrent sonore dans cette gamme de prix. Pas de magie, mais rendu très appréciable.

Compacte, mais premium et puissante, l'Acton III est un produit très simple, mais tout à fait maitrisé. Pas aussi ambitieuse que les autres appareils de la gamme Home Line, elle constitue le meilleur choix pour les petites pièces et les budgets serrés.

Les plus

  • Design et fabrication
  • Compacité
  • Sonorité puissante et maitrisée
  • Commandes intégrées

Les moins

  • Connectivité limitée au Bluetooth
  • Effet stéréo peu marqué
  • Quelques imprécisions dans le haut du spectre

Construction 9

Ergonomie 7

Connectivité 6

Qualité sonore 8

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
7
DirtyShady
Mini enceinte c’est relatif…<br /> Ca reste un beau bébé quand même. Très satisfait des produits Marshall.
guifou
Mini dans un contexte d’enceinte sur secteur bien sûr ! Sinon près de 3 kg c’est effectivement pas mal ^^
EricARF
Les snobs mélomanes à l’acuité auditive de chauve-souris n’en auront peut-être pas pour leur compte. Mais la plupart des gens auront beaucoup de plaisir pour un budget finalement assez serré. Un joli produit!
g-m1n1
J’en avais une avec mon ex, j’étais très content. Puis le design est vraiment classe, ça ne fait pas tâche dans un salon, au contraire.<br /> (Entre temps je suis passé sur du Sonos à la maison, plus cher mais plus versatile.)
thurim
En studio de répétition, on appelle souvent les marshalls « marchentmal » <br /> Sinon les enceintes ont l’air sympa
Sam_Soul
Bizarre de comparer l’acton à la woburn qui est 2 crans au-dessus dans la gamme.<br /> En tout cas pour la chambre, j’ai choisi la stanmore, le modèle intermédiaire avec 2 entrées analogiques en plus du BT. Tout à fait suffisant…
Fodger
Bel effort pour le choix des matériaux… manque l’indice de réparabilité.
guifou
On a eu les deux en test, donc un élément de comparaison direct. C’est sûr qu’on est pas sur le même prix, mais on est pas dans des univers d’écart non plus.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers tests

Test Logitech G Pro Racing Wheel & Pedals : le premier volant direct drive du Suisse est-il à la hauteur de son prix ?
Test JBL Tour One M2 : un casque haut de gamme réussi moins cher que la concurrence ?
Test Apple HomePod (2023) : retour en fanfare pour l'enceinte connectée d'Apple ?
Test Dell XPS 13 2-en-1 2022 : la Surface Pro 9 peut-elle dormir sur ses deux oreilles ?
Test JBL Tour Pro 2 : des écouteurs pas tout à fait matures, mais aux innovations prometteuses
Test Elgato Facecam : que vaut son
Test G.Skill Trident Z5 RGB DDR5-6800 CL34 : et la DDR5 se transforme en fusée !
Test Intel Core i3-13100F : que vaut l'entrée de gamme de Raptor Lake ?
Test Polar Ignite 3 : une montre connectée sport tout en élégance
Test Sony DualSense Edge : la manette ultime pour la PS5 ?
Haut de page