Music Maker 15 & Sequel 2: face à face en musique

18 novembre 2008 à 15h56
0
000000C801243732-photo.jpg

A l'ère de MySpace et YouTube, n'importe qui peut créer un morceau de musique, le mettre en ligne et le partager (potentiellement) avec des millions d'utilisateurs. Néanmoins, plusieurs conditions sont nécessaires. D'abord, il est bon de rappeler à toute fin utile qu'il peut être avantageux de savoir chanter, jouer d'un instrument ou composer quelque chose d'à peu près harmonieux (la précision est importante, car on serait parfois tenté de penser que certains artistes ont sauté cette étape). Ensuite, il faut les bons outils. Ici, on ne parle pas forcément de Cubase, Pro Tools et autres Logic Studio réservés aux professionnels. S'il s'agit simplement de mettre ses créations en ligne, un simple logiciel « grand public » peut suffire pour enregistrer sa voix, sa guitare et éventuellement quelques boucles ou instruments MIDI, virtuels ou non.

Pour trouver de tels logiciels, il n'est pas nécessaire de se ruiner. Les deux outils que nous allons tester dans les pages suivantes sont commercialisés à moins de 100 euros. Le premier, Music Maker 15 Premium, est assez connu dans son genre. Son éditeur, Magix, propose de nombreux logiciels de création multimédia, mais Music Maker reste le produit le plus emblématique de la marque. Conçu à la base comme un simple logiciel d'assemblage de boucles pré-enregistrées, Music Maker a su évoluer au fil de ses versions et s'impose aujourd'hui comme un logiciel relativement complet au regard de son bas prix. La version 15, qui coïncide avec le 15e anniversaire de la société berlinoise, entend apporter son lot d'améliorations annuel. En face, on trouve le géant Steinberg, plus connu pour ses solutions pour professionnels (Cubase, Wavelab, Nuendo...) que pour son intérêt pour le grand public (même si l'éditeur allemand a proposé par le passé des logiciels grand public comme Cubasis ou Clean). Avec Sequel, disponible pour Windows et Mac OS X, Steinberg joue explicitement sur le terrain de Music Maker. La version 2 du logiciel est sortie cet été, l'occasion pour nous de le comparer à Music Maker 15. Lequel de ces deux outils fera de vous une rock star ? La réponse dans les pages qui suivent.

Magix Music Maker 15 Premium




000000C801774454-photo-magix-music-maker-15-boite.jpg
Magix fait partie des éditeurs qui mettent un point d'honneur à publier une nouvelle version de leurs logiciels par an. Cette démarche n'est pas forcément judicieuse dans la mesure où elle force parfois les éditeurs à ajouter des fonctionnalités de manière un peu artificielle, afin de justifier le passage à une nouvelle version. Cela devient d'autant plus compliqué que Magix Music Maker en est déjà à sa quinzième version, et propose aujourd'hui un éventail de fonctionnalités particulièrement complet, aussi bien pour la création de musique à base de boucles que pour l'enregistrement de pistes MIDI et audio. C'est donc avec un peu d'appréhension que l'on installe cette version 15...

Interface



Au premier abord, peu de choses semblent avoir changé par rapport à Magix Music Maker 2008 : l'interface ressemble à s'y méprendre à celle de son prédécesseur et on retrouve ainsi la disposition classique du type GarageBand ou Acid : le banc de montage des pistes dans la partie supérieure, la bibliothèque de son dans la partie inférieure et les contrôles entre les deux. Chaque piste comporte une partie « Timeline » et un panneau de réglage permettant de paramétrer son volume sonore, de la désactiver ou de la jouer en solo, de l'activer pour l'enregistrement ou encore de lui appliquer des effets. On notera tout de même un léger nettoyage de l'interface, moins chargée en icônes, et des couleurs moins agressives : le banc de montage abandonne le blanc de la version précédente pour des tons de bleus jurant moins avec le reste de l'interface et les clips sont agrémentés d'effets de reflet façon Aero, plutôt agréables.

0190000001774406-photo-magix-music-maker-15-interface.jpg


La principale nouveauté dans l'interface de Music Maker 15 réside en fait dans l'ajout d'un nouveau mode Easy. Celui-ci permet, comme son nom l'indique, de faciliter l'utilisation du logiciel aux néophytes. Concrètement, il masque automatiquement un certain nombre de fonctionnalités jugées trop avancées, et propose une fenêtre d'information assez bien faite : en passant la souris sur chaque élément de l'interface, elle affiche des informations sur leur fonctionnement. Le mode Easy part d'une bonne idée, mais il faut savoir qu'il limite considérablement les fonctionnalités du logiciel, et ne conviendra réellement que dans un but d'initiation, qui devrait être assez rapide puisque même en mode « avancé », Music Maker demeure très simple d'utilisation.

0190000001774410-photo-magix-music-maker-15-mode-easy.jpg
Le mode Easy permet d'expliquer le fonctionnement de certains modules aux néophytes


Assemblage de boucles



Le but premier d'un logiciel comme Music Maker est l'utilisation de boucles pré-enregistrées pour assembler rapidement un morceau. Les puristes hurleront évidemment au scandale mais comme lors du test précédent, on leur rappellera que l'on n'a pas forcément besoin d'être Jimi Hendrix ou Jean-Sébastien Bach pour créer rapidement une bande son destinée à un montage ou une maquette (on pourra toujours créer ses propres sons par la suite), et dans ces cas, les boucles proposent un point de départ intéressant. Magix Music Maker 15 propose, dans sa version premium, une bibliothèque de 3 500 boucles pré-enregistrées. Comme pour les versions précédentes, celles-ci sont réparties en plusieurs styles, avec une prédominance des genres électroniques et urbains (techno minimale, ambient, chillout, hip hop, R&B...) et quelques genres plus traditionnels tels que le rock ou la BO de film, ce dernier proposant des boucles particulièrement dramatiques du meilleur effet (timbales, chevauchées héroïques...). L'interface permet de sélectionner très facilement les boucles : on sélectionne un genre, puis un type d'instrument (basse, batterie, pads, séquences...), puis enfin une des boucles proposées. Par rapport à la version 2008, on remarquera une amélioration dans le classement des boucles : il est désormais possible, dans de nombreux cas, de sélectionner jusqu'à 7 tonalités différentes, ce qui permet de varier considérablement les « compositions », plutôt que de se limiter à une seule tonalité tout le long du morceau.

0190000001774408-photo-magix-music-maker-15-biblioth-que-de-sons.jpg
La bibliothèque de sons est assez efficace pour accéder aux boucles rangées par genre musical


Un simple clic sur une boucle permet d'écouter celle-ci dans le contexte du morceau, si ce dernier est en cours de lecture : l'intérêt d'un tel logiciel est en effet de permettre l'ajustement automatique du tempo des boucles sans distorsion du son. Une fois glissées/déposées sur une des pistes, leur longueur est ainsi automatiquement calée pour coller au tempo. Les blocs peuvent être déplacés, copiés, ou redimensionnés. En quelques clics, vous pouvez ainsi créer une base à partir de deux ou trois boucles (une ligne de basse, un rythme et une séquence par exemple), et créer rapidement une structure en les déplaçant ou les copiant de manière à créer des refrains ou des couplets...

0190000001774422-photo-magix-music-maker-15-dition-d-un-clip.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Les trottinettes électriques, plus polluantes que les transports en commun
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Salto, la réponse des chaînes TV françaises à Molotov et Netflix sera lancée début 2020
Biocarburant : les vols long-courriers bientôt tous concernés ?
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top