Simjacker, la faille des cartes SIM qui permettrait de surveiller quasiment n'importe qui

Bastien Contreras Contributeur
17 septembre 2019 à 13h45
0
Carte SIM

Des chercheurs en cybersécurité ont révélé l'existence d'une faille de sécurité critique sur la plupart des cartes SIM. Un ancien logiciel intégré permettrait à un hacker de recevoir des informations sur le téléphone de sa victime, en particulier concernant sa localisation.

Décidément, la carte SIM n'a pas vraiment le vent en poupe en ce moment. Après la mise en lumière de l'arnaque à la carte SIM par le piratage du compte Twitter du P.-D.G. du réseau social, voilà que la puce est de nouveau placée sur le banc des accusés.

Un ancien logiciel à l'origine de la vulnérabilité

Cette fois-ci, ce sont des chercheurs de l'entreprise AdaptiveMobile Security, spécialisée dans la sécurité des appareils mobiles, qui ont alerté sur les dangers associés à la carte SIM. Plus particulièrement, le coupable serait le logiciel S@T Browser, qui est intégré dans la plupart des puces et qui était initialement prévu pour lancer des navigateurs.

Mais l'application, qui n'est plus mise à jour depuis 2009, comporterait une vulnérabilité majeure, baptisée Simjacker. Les ingénieurs ont pu l'exploiter pour recevoir des informations à distance concernant un téléphone. Et la méthode est des plus discrètes.

Il s'agit en effet d'envoyer un SMS particulier, prévu pour ne déclencher aucune notification auprès de l'utilisateur. Après l'avoir reçu, le système de l'appareil mobile répond à son tour, via un nouveau SMS « furtif », et envoie des données telles que le numéro IMEI ou la station de base auquel il est connecté. Cela permet de localiser le dispositif, avec plus ou moins de précision selon l'endroit. Les chercheurs indiquent que d'autres actions peuvent alors être enclenchées : appels sortants, envois de messages, installation d'un malware...

Déjà exploitée pour surveiller des utilisateurs

La faille aurait été détectée dans plus de 30 pays (principalement au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Asie et en Europe de l'Est) et sur des téléphones variés (iPhone comme smartphones Android). Elle concernerait plus d'un milliard d'appareils dans le monde.

Et le plus préoccupant, c'est que son exploitation ne relève pas que de la théorie. D'après AdaptiveMobile Security, la vulnérabilité serait à l'heure actuelle utilisée par une organisation inconnue, et ce, depuis au moins deux ans. Plusieurs centaines de numéros auraient été ciblés, et certains l'ont été très régulièrement (jusqu'à 250 fois par semaine). On ignore toutefois l'objectif de cette manœuvre : surveillance d'individus malveillants, d'opposants politiques...

D'après les chercheurs, il revient aux opérateurs téléphoniques d'agir pour protéger les utilisateurs. La solution : repérer les SMS suspects, contenant du code au lieu d'un texte ordinaire, et les bloquer avant qu'ils n'arrivent sur le téléphone de leur victime.

Source : Engadget
12 réponses
12 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...
SpaceX : plutôt 42 000 satellites pour Starlink ?
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top