Le groupe EDF s’implique dans la blockchain française Tezos (XTZ)

22 octobre 2020 à 16h15
1
edf

Le groupe EDF, à travers sa filiale Exaion, va participer au fonctionnement de la blockchain française Tezos (XTZ).

Exaion va ainsi devenir validateur des transactions de la blockchain publique.

EDF s’implique dans la blockchain

EDF, troisième plus grosse société de production d’énergie au monde, dont l'Etat français est actionnaire à hauteur de 83,6 %, va s’impliquer dans la blockchain Tezos. Ce sera l’une des premières fois qu’une entreprise publique de taille internationale s'impliquera à ce point dans la technologie blockchain.

Le groupe EDF, par le biais de sa filiale Exaion, devient dans le même temps la première institution à participer à l’écosystème Tezos. Créée en janvier 2020 par la société française, Exaion est une start-up spécialisée dans les solutions blockchain et le Cloud. Fatih Balyeli, P.-D.G. et cofondateur de l'entreprise, a commenté :

« Notre choix d’utiliser la blockchain Tezos est venu naturellement. Miner sur Tezos permettra de réduire considérablement notre consommation d’énergie et s’inscrit dans notre démarche de développement durable ».

Le numérique étant un secteur avec une forte empreinte énergétique, Exaion s’engage en effet à développer des solutions pour minimiser son empreinte carbone et celle de ses clients.

Fonctionnement de la blockchain française Tezos

Tezos utilise un consensus de validation dit de « Liquid Proof-of-Stake », et les mineurs de la blockchain sont appelés des « boulangers ».

Tout nouveau bloc de Tezos est créé par un boulanger sélectionné au hasard, avant d'être approuvé par d'autres et validé par l'ensemble du réseau. En outre, les boulangers mettent leurs propres tezos en garantie pour assurer la bonne validation et la sécurité du réseau. Ce consensus de validation ne nécessite ainsi pas de machine de minage et ne consomme donc pas d’énergie.

En juillet 2020, Tezos avait déjà été choisi par la Société Générale (via sa filiale Forge) pour expérimenter une monnaie numérique de banque centrale pour les règlements interbancaires. Le rapprochement s'était fait dans le cadre d'un appel à candidatures de la Banque de France

C'est le centre de recherche Nomadic Labs, porteur de Tezos et basé à Paris qui participe au déploiement des deux projets, en s'appuyant sur ses 40 chercheurs en ingénierie.

Source : Nomadic Labs

Modifié le 22/10/2020 à 16h15
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Minerve513
J’ai pourtant, dans ma vie, appris énormément de choses. Celles-ci me permettaient, jusqu’alors d’avoir une idée et une compréhension générale de ce que je lisais. Las, bourré de termes anglophones, en sus, je n’ai absolument rien compris à ce que je viens de lire ici. A 72 ans, je me pensais encore relativement « jeune » pour comprendre, au moins en partie, mes différentes lectures et ce, dans tous les domaines. Ce soir, je me sens vieux, très vieux et il m’est impossible de vous en remercier. Sans rancune.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Un robot artiste accusé d'espionnage à la frontière égyptienne
ADP teste les transporteurs de bagages électriques et autonomes à Paris-Charles-de-Gaulle
Quand HTC présente son nouveau casque, le VIVE FLOW... en l'intégrant sur des photos iStock
Ça y est, le robot-chien est armé... et vous n'avez pas envie de croiser son chemin
Ford étudie votre activité cérébrale pour éviter les accidents
Microsoft Translator peut désormais traduire plus de 100 langues
Bipède, capable de voler et de faire du skateboard, ce robot fait rêver... Ou flipper... Ou rêver... Ou...
Les eurodéputés ont voté une résolution contre la surveillance de masse à l’aide de l’IA
Un groupement de médecins et d'experts en biotech cherche à augmenter la durée de vie humaine jusqu'à 120 ans
Metaverse : Facebook engage 50 millions de dollars pour rendre le monde virtuel
Haut de page