Amazon aurait secrètement entraîné l'IA d'Alexa à l'insu de ses employés

12 mai 2021 à 16h00
16
Alexa amazon assistant personnel © Shutterstock.com
© Shutterstock.com

On en sait désormais un peu plus sur la manière dont Alexa, l'assistant personnel intelligent d'Amazon, a été développée. Utilisée notamment sur les enceintes connectées de la gamme Echo, Alexa aurait été « entraînée » par des salariés de la firme à leur insu.

Les révélations du journaliste Brad Stone, auteur de l'ouvrage Amazon Unbound: Jeff Bezos and the Invention of a Global Empire, publié le 11 mai 2021, devraient faire couler beaucoup d'encre, et pas seulement outre-Atlantique, sur la genèse et le processus de développement d'Alexa.

Des salariés d'Amazon participent au développement d'Alexa malgré eux

Brad Stone connaît plutôt bien Amazon. Le journaliste américain de Bloomberg Businessweek vient de publier son troisième ouvrage en 8 ans portant sur la firme fondée par Jeff Bezos. Et le petit dernier révèle notamment comment Amazon a mis au point son assistant personnel intelligent, Alexa.

Lancée en 2014, cette dernière aura bénéficié durant l'année précédente d'un entraînement intensif grâce à un contrat passé avec la société Appen. L'objectif était alors pour Amazon de louer des maisons et des appartements via Appen à Boston (New Jersey) et de les remplir de divers objets électroniques, à savoir des télévisions, des consoles de jeux ou des micros, mais surtout, de près de 20 prototypes de l'Amazon Echo , son enceinte connectée.

Plusieurs salariés de la firme auraient alors refusé une mission de leur employeur en voyant les pièces fournies, mais d'autres travailleurs temporaires s'y sont finalement pliés : poser des questions ouvertes rédigées préalablement sur des tablettes qu'ils n'auraient qu'à lire en se promenant dans les pièces. Rien de bien méchant, en perspective.

Silence d'Alexa, d'Amazon comme d'Appen

La malice réside dans le fait que les collaborateurs d'Amazon n'étaient pas au courant que leurs propos étaient collectés afin de rendre Alexa la plus précise possible. Les Amazon Echo étant éteint, l'IA ne pouvait répondre aux questions, mais était néanmoins à même de transmettre les paroles à d'autres employés d'Amazon chargés de les analyser et permettre ainsi à Alexa de comprendre toujours plus de nouvelles demandes d'un niveau simple.

Il s'agissait également de permettre au futur assistant personnel intelligent d'être précis et donc de s'entraîner à comprendre certains accents régionaux ou de distinguer des bruits de fond. Une opération ainsi renouvelée 6 jours sur 7 pendant 6 mois dans 10 villes différentes qui aura permis, seulement un an plus tard, de proposer une Amazon Echo équipée d'Alexa et d'ainsi concurrencer Google et Apple, leaders dans le secteur des assistants personnels intelligents.

Alexa et l'Amazon Echo connurent au cours des dernières années un véritable succès puisque l'enceinte connectée d'Amazon représentait 31,7 % des ventes dans sa catégorie en 2019.

Appen comme Amazon ont, pour l'instant, refusé de commenter les allégations faites par Brad Stone dans son ouvrage.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
16
13
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Une plainte contre Google pour discrimination salariale est devenue un recours collectif représentant 10 800 femmes
Logitech annonce une année fiscale 2021 exceptionnelle, la meilleure depuis... toujours
Apple en hypercroissance sur ses derniers résultats
Alphabet : des résultats financiers records grâce à la publicité, Google Cloud et YouTube
Arrêté par le FBI, il voulait faire sauter un centre de données d'Amazon
Une amende antitrust de 2,3 milliards d'euros pour Alibaba en Chine
Une imposition minimum pour les grandes entreprises numériques sérieusement discutée
Uber versera 1,1 million de dollars à une personne non-voyante refusée 14 fois par des conducteurs
Aux USA, Amazon aurait licencié illégalement des salariées critiquant les conditions de travail de la firme
Flexgate : un juge américain accuse Apple d'avoir vendu des MacBook Pro défectueux
Haut de page