Le RIAM se penche sur la télévision haute définition

Par
Le 14 décembre 2004
 0

Le réseau "Recherche et Innovation en Audiovisuel et Multimedia" a organisé une soirée consacrée à la télévision haute définition

Le réseau "Recherche et Innovation en Audiovisuel et Multimedia" a organisé une soirée consacrée à la télévision haute définition

Serpent de mer de l'audiovisuel depuis 15 ans, la haute définition va-t-elle s'imposer en profitant de l'arrivée des nouveaux réseaux à haut débit ? Le RIAM, réseau "Recherche et Innovation en Audiovisuel et Multimedia" a en tout cas décidé de se poser la question en organisant une soirée consacrée à la télévision haute définition.

Testée dès les années 40, la télévision HD avait tenté de s'imposer à la fin des années 80 avec la norme HD-Mac sous l'impulsion de 84 sans pour autant séduire les consommateurs ou les autres industriels. Mais la démocratisation des technologies de compression comme le MPEG-2, utilisées dans le DVD et la télévision par satellite pourrait changer la donne.

Inaugurée dans les années 90, ce type de technologie de compression progresse sans cesse grâce à des innovations comme le multiplexage statistique, la double passe ou le pré-traitement du signal et bénéficie désormais d'une nouvelle norme, le mpeg-4, deux fois moins gourmande en bande passante, rendant possible la télévision en haute définition. Selon un représentant de Nextream (filiale de Thomson), une chaîne HD a besoin de 12 à 18 Mb/s en MPEG-2 contre 6 à 9 Mb/s en MPEG-4, rendant tout à fait possible sa diffusion sur les différents réseaux de transmission par satellite, par câble, par TNT voire DSL.

Les économies en bande passante ainsi réalisées sont toutefois à relativiser. Plus puissants, les algorithmes de compression utilisés par le mpeg-4 sont également plus gourmands en ressources informatiques. Un codeur MPEG-4 est par exemple dix fois plus exigeant qu'un codeur MPEG-2, compliquant l'équation économique pour les industriels de l'audiovisuel. Sur le plan technique, la chaîne HD n'est toutefois pas encore complète. Les caméras HD sans fil se font encore attendre, les choix techniques pour la post-production ne sont pas tous arrêtés et la diffusion en simultané en haute et basse définition reste complexe pour de nombreux diffuseurs.

Malgré leur surcoût, une part significative des nouveaux programmes de télévision aux Etats-Unis ou au Japon sont en tout cas désormais filmés en haute définition et des chaînes HD commencent à apparaître, en particulier sur les bouquets satellite à l'image de Euro 1080, première chaîne diffusée en haute définition en Europe ou de Voom, un opérateur satellite qui devrait proposer par moins de 70 chaînes HD aux Etats-Unis courant 2005.

Malgré la création par le gouvernement du HD Forum, la haute définition reste pour le moment discrète. Écartée de la TNT gratuite qui utilisera la norme MPEG-2, elle pourrait faire son apparition sur la TNT payante fin 2005 mais surtout sur les réseaux de diffusion ADSL 2+, à l'image des expérimentations actuelles de Free avec le groupe France television.

Avec un parc d'environ 400.000 téléviseurs compatibles avec la future TVHD et une population de plus en plus sensibilisée au HomeCinema, la haute définition devient en tout cas un sujet d'actualité et attire également de grands noms de l'informatique comme Microsoft dont la technologie Windows Media est déjà utilisée pour certains DVD haute définition. Reste à attendre le lancement d'offres commerciales en France et à s'assurer que l'écosystème de la haute définition séduit aussi bien les industriels que les télénautes.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top