Finalement Apple s’intéresse à la voiture autonome

Par
Le 05 décembre 2016
 0
Les rumeurs concernant un possible projet de voiture autonome de la marque de Cupertino n'ont pas manqué ces dernières années. Le projet d'Apple avait même un nom : « Project Titan ». Mais depuis, Apple a licencié, réduit la voilure... pouvant laisser croire que le groupe se désintéressait de tout ça.

La vérité n'avait pas pu être mieux dissimulée : Apple a envoyé une lettre à l'agence fédérale de la sécurité routière américaine, la NHTSA, dans laquelle le groupe donne son avis sur certaines lignes directrices.

Apple veut peser sur la future réglementation des voitures autonomes


La lettre ne présente pas un possible modèle de voiture autonome, un projet ou autre chose de concret. Par cette lettre, Apple veut surtout donner son avis sur les règles qui sont en train d'être adoptées par les autorités du monde entier : la voiture autonome est une nouveauté et comme toute nouveauté, il faut légiférer. D'autant plus que les voitures autonomes présentent un risque pour la sécurité du simple fait qu'elles rouleront sur les routes du monde entier dans les années à venir.

« Apple a hâte de collaborer avec la NHTSA et d'autres parties, afin qu'on puisse profiter de manière sûre, responsable et rapide des importants bénéfices sociétaux des véhicules automatisés », peut-on lire dans cette lettre envoyée fin novembre 2016 par Steve Kenner, directeur du groupe en charge de l'intégrité des produits chez Apple.

0320000008324796-photo-applecar.jpg

Apple : pas de voiture mais des logiciels ?


Il semblerait toutefois qu'il ne sera pas question, pour Apple, de développer une véritable Apple Car comme certaines rumeurs ont pu le laisser penser par le passé. Apple se concentrerait désormais plus sur les logiciels et la data. « Pour maximiser les bénéfices en termes de sécurité des véhicules automatisés, encourager l'innovation, et promouvoir une concurrence juste, les fabricants établis et les nouveaux entrants devraient être traités de manière égale » écrit Kenner dans sa lettre avant de mettre l'accent sur le partage des données, notamment concernant les accidents.

Le groupe confirme donc son intérêt pour la partie logicielle de la voiture autonome, un intérêt que le New York Times avait évoqué début septembre 2016. Mais le projet Titan reste un mystère, puisque son existence n'a, en réalité, jamais été confirmée officiellement. Difficile de dire, dans ces conditions, quelle en sera la réelle portée.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Voiture autonome

scroll top