La voiture autonome de Google est contrainte de se doter d'un volant

26 août 2014 à 14h42
0
La voiture sans volant de Google va finalement devoir s'équiper du nécessaire pour que le pilote du véhicule puisse reprendre les commandes à tout moment : les autorités californiennes viennent de modifier les règles en vigueur en matière de tests de véhicules autonomes.

La Californie est le berceau de Google, ce qui en fait également l'Etat américain de prédilection pour l'entreprise en matière de tests de véhicules autonomes. La firme de Mountain View teste depuis 4 ans ses voitures capables d'emmener les passagers d'un lieu à un autre sans que ces derniers n'aient à toucher le volant. D'ailleurs, pour prouver la fiabilité de sa démarche, Google n'en a même pas mis dans sa dernière voiture électrique.

Destinée à rouler à une vitesse maximum de 40 km/h - même si elle pourra dépasser les limitations de vitesse à hauteur de 16 km/h lorsque la situation l'exigera - cette voiture pas comme les autres devrait prochainement être testée de manière intensive en Californie, puisque Google prévoit de la produire à 100 exemplaires. Néanmoins, elle devra sacrifier l'un de ses aspects les plus intrigants, à savoir l'absence de pédales et de volants. En effet, les autorités de l'Etat ont modifié la réglementation jusque-là en vigueur pour les tests de voitures autonomes : le conducteur doit désormais «  être capable de reprendre à tout moment le contrôle physique du véhicule sur la voie publique », rapporte le Wall Street Journal. Une situation impossible avec la voiture de Google, pour des raisons évidentes.

07577521-photo-google-v-hicule-autonome.jpg

Pour l'entreprise, deux solutions sont possibles : soit restreindre les tests à des routes privées, ce qui évite l'ajout d'un volant et autres pédales, mais limite l'impact de l'expérience en situation réelle, soit d'opter pour l'ajout des éléments manquants. Google s'orienterait dans la seconde direction, « pour respecter les lois californiennes » : un système de contrôle manuel du véhicule serait ainsi mis en place de manière temporaire, pour la durée des tests. « Avec ces ajouts, nos conducteurs pourront tester les fonctionnalités de la conduite automatique, tout en ayant la possibilité de prendre le contrôle du véhicule si nécessaire » explique un porte-parole de la firme.

Etat d'accueil de très nombreuses entreprises de technologies, la Californie se veut particulièrement concernée par les essais en matière de véhicules autonomes, et cherche des solutions pour minimiser les risques liés à ces expériences. Une démarche qui explique le changement de son règlement en la matière, qui prendra effet le 16 septembre prochain. L'Etat oblige également les entreprises investies dans ce type d'expériences à contracter des assurances à hauteur de 5 millions de dollars minimum, pour couvrir les frais d'éventuels accidents impliquant des véhicules autonomes.

Contenu relatif :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
Comment l'Unreal Engine a permis de créer l'univers de The Mandalorian
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
5G : Martin Bouygues n'exclut pas d'attaquer l'État en justice s'il ne peut pas travailler avec Huawei
L'Espagnol Renfe va bâtir le réseau TGV des États-Unis pour 6 milliards de dollars !
Windows 10 : de nouvelle icônes plus colorées font leur apparition

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top