Test HyperX Cloud Flight : le roi de l'autonomie

06 août 2019 à 13h00
0
La note de la rédac
HyperX n'est pas le genre de fabricant à se reposer sur ses lauriers. La marque lancée par Kingston aux débuts des années 2000 est ainsi devenue incontournable dans l'univers gaming. Pour autant, il aura fallu attendre un certain temps et voir passer de nombreux modèles filaires avant qu'HyperX ne se décide à couper le cordon sur un casque gaming. C'est désormais chose faite avec le Cloud Flight !

Il semblerait bien que le fabricant américain se soit décidé à sortir de sa zone de confort, doucement, mais surement. Preuve en est avec l'Alloy Core RGB, premier clavier à membranes de la marque que nous vous avons présenté il y a peu, mais aussi avec ce Cloud Flight, qui laisse enfin tomber les câbles.

Ce premier casque sans-fil a d'ailleurs été suivi par le Stinger Wireless, dévoilé en mai dernier. Malgré tout, si c'est une souris sans-fil que vous attendiez du côté d'HyperX... Il va encore falloir être patient.

HyperX Cloud Flight : sa fiche technique

Ces dernières années, HyperX a développé des casques filaires qui se sont imposés comme des références aussi bien sur consoles que sur PC. Le Cloud Alpha (dont le successeur arrive pour septembre) en est l'exemple parfait.

Mais qu'en est-il de ce premier modèle sans-fil ? Dispose-t-il de tous les atouts pour convaincre les gamers avides de liberté ? Lancé à 159 €, actuellement disponible aux alentours de 129 €, nous avons voulu vérifier si ce produit valait vraiment son placement tarifaire relativement haut, et s'il était capable de concurrencer les cadors du secteur que sont Logitech, SteelSeries ou encore Razer !

Le Cloud Flight, c'est :
  • Transducteur : dynamique, 50 mm avec aimants en néodyme
  • Impédance : 32 ohms
  • Réponse en fréquence : 20 Hz - 20 kHz (sans-fil)
  • Microphone : oui, électrostatique à électret et détachable
  • Réponse en fréquence du micro : 100 Hz-7 KHz
  • Connexion sans-fil : 2.4 GHz sur une portée de 20 m
  • Logiciel : oui, HyperX Ngenuity
  • Poids : 315 grammes
  • Prix et disponibilité : disponible, à 124.99 €


Test HyperX Cloud Flight_1
© Matthieu Legouge pour Clubic

Sur le papier, le Cloud Flight semble être un casque qui va à l'essentiel, caractéristique que l'on retrouve aussi sur son design simple et épuré, surtout pensé pour apporter un maximum de confort.


Un design simple mais confortable

Lorsque nous avons découvert le Cloud Flight à sa sortie, nous avions été assez surpris par son design rompant clairement avec l'apparence haut de gamme du Cloud Alpha. Ici, point de fourches et de finitions en aluminium, pratiquement tout est fait de plastique, hormis l'arceau réglable, en acier.

Test HyperX Cloud Flight_4
© Matthieu Legouge pour Clubic

À première vue, les matériaux de ce casque semblent avoir été choisis pour optimiser les coûts de production, forcément à la hausse en raison de la présence du récepteur sans fil et de la batterie. Le poids de l'ensemble a certainement aussi été un critère décisif dans ce choix : le Cloud Flight boxe dans la catégorie des poids moyens puisqu'il affiche 300 grammes sur la balance (sans son micro).

Soit, nous n'aurons ici pas le plaisir de retrouver un casque profitant de l'identité esthétique des modèles haut de gamme de la marque. D'apparence, le Cloud Flight ressemble d'ailleurs plus à l'entrée de gamme d'HyperX, le Cloud Stinger (rétroéclairage en plus). Malgré tout, après plus d'une semaine de test, nous avons été ravis de constater que ce casque est relativement robuste, résistant par ailleurs à une malencontreuse chute de notre bureau. En outre, confort et ergonomie sont au rendez-vous !

Test HyperX Cloud Flight_2
© Matthieu Legouge pour Clubic

À vrai dire, HyperX a soigneusement développé un casque et des oreillettes s'adaptant à peu près à toutes les morphologies de têtes et d'oreilles. La glissière en acier se règle aisément sur douze paliers et ne bouge plus une fois en place ; les écouteurs, eux, se positionnent parfaitement puisqu'ils pivotent légèrement sur l'axe vertical. De plus, ils autorisent également une rotation à 90° sur l'axe horizontal, une fonctionnalité intéressante qui permet de laisser le casque reposer autour du cou lorsque l'on fait une pause, chose qu'il est désagréable de faire avec de nombreux autres modèles.

Test HyperX Cloud Flight_3
© Matthieu Legouge pour Clubic

Les coussinets en similicuir accueillent une mousse à mémoire de forme, à l'instar de la coque en plastique qui recouvre l'arceau. Dans l'ensemble le Cloud Flight est exemplaire en termes de confort. Si on ne peut pas dire qu'il se fait oublier, il n'apporte en tout cas aucune gêne, même après de longues sessions de jeu.

La pression exercée par ce casque est suffisante pour offrir une isolation passive raisonnable sans pour autant peser sur les oreilles. Dans un environnement relativement calme, l'isolation du Cloud Flight est donc tout à fait correcte, mais cela se gâte un peu dans des lieux (trop) bruyants. Bon nombre de sons parasitent l'écoute dans des endroits comme les transports en commun par exemple, et le Cloud Flight ne nous parait pas être une bonne option pour un usage polyvalent et nomade. Néanmoins, il s'agit d'un casque gaming, il suffira donc amplement si vous souhaitez jouer tranquillement devant votre écran !

Premier essai sans-fil pour HyperX

Avant de passer dans le vif du sujet, à savoir le son, regardons d'un peu plus près ce que nous propose HyperX en termes de connectivité sans-fil, d'autonomie et de fonctionnalités.

Test HyperX Cloud Flight_9
© Matthieu Legouge pour Clubic

Concernant la connectivité wireless, la liaison s'effectue par le biais d'un dongle USB à connecter sur votre PS4 ou votre ordinateur ; les détenteurs d'une Xbox One devront malheureusement se contenter de la liaison filaire, nous y reviendrons.

Le Cloud Flight exploite donc une transmission radio de 2,4 GHz, une liaison réputée pour sa stabilité et son insensibilité aux interférences, ainsi que pour la portée qu'elle autorise. Durant notre phase de test, nous avons essayé de perdre la liaison avec l'émetteur, nous n'y sommes parvenus qu'une fois sortis de notre bâtiment, à environ 20 mètres de la source.

Test HyperX Cloud Flight_7
© Matthieu Legouge pour Clubic

À l'instar de la portée, l'autonomie de la batterie est assez surprenante et surpasse la plupart des modèles concurrents à l'heure actuelle. Le fabricant annonce en effet que son Cloud Flight peut tenir jusqu'à 30 heures avec un volume réglé à 50 % et avec les LED éteintes ! Cette durée passe à 18 heures si vous activez l'effet respiration et 13 heures avec le rétroéclairage constamment allumé.

Durant notre test, nous avons dépassé le seuil des 25 heures d'utilisation avant d'avoir besoin de le recharger, mais nous avons quelque peu joué avec le rétroéclairage et bien souvent poussé le son à plus de 50 % du volume. Notons également qu'il est possible de continuer à utiliser le casque lorsqu'il recharge, puisqu'il se connecte à l'aide d'un simple câble micro-USB ; toutefois, le câble fourni nous parait bien trop court pour bien remplir pleinement ce rôle. Un rechargement complet de la batterie nous a demandé un peu plus de trois heures.

Test HyperX Cloud Flight_5
© Matthieu Legouge pour Clubic

Du côté des fonctionnalités, le Cloud Flight est on ne peut plus simple. L'installation de ce casque est plug and play et ne nécessite pas de logiciel. On retrouve un bouton d'alimentation qui permet également de changer le mode du rétroéclairage avec plusieurs appuis, et la surface extérieure de l'oreillette gauche s'enclenche, tel un bouton, pour activer ou désactiver le micro. Mis à part cela, on retrouve deux entrées jack 3,5 mm pour la connexion analogique et pour le micro, ainsi qu'une molette de volume située sur l'oreillette droite.

Une expérience audio convaincante

Pour ce premier plongeon dépourvu de câble, le fabricant californien a eu la bonne idée de nous surprendre avec une signature sonore bien plus neutre que sur ses modèles filaires.

Les deux transducteurs dynamiques de 50 mm offrent une reproduction stéréo relativement polyvalente. Les basses sont profondes, rondes et équilibrées, alors que les médiums et les aigus sont reproduits de manière suffisamment précise pour offrir un bon rendu sonore global.

Test HyperX Cloud Flight_8
© Matthieu Legouge pour Clubic

La scène sonore est quant à elle bien définie et nous montre qu'il vaut parfois mieux miser sur un rendu stéréo que sur une spatialisation 7.1, fonctionnalité absente ici. Testé sur des titres solo et multijoueurs, en particulier sur Fortnite et Dead Cells sur PC, ainsi que Red Dead Redemption 2 sur PS4, nous avons été assez satisfaits de l'immersion offerte par le Cloud Flight. Les détails sont bien audibles et on saisit tout à fait les empreintes sonores issues du déplacement d'un adversaire ou autre.

Quid du microphone ?

Le micro détachable en col de cygne tient lui aussi ses promesses. Nos tests d'enregistrements vocaux nous ont permis de nous en apercevoir : la voix est nette et détaillée, la captation semble adéquate pour de bonnes sessions multijoueurs entre amis. Le micro bénéficie en outre d'un noise gate assez important, un bon point puisque cela lui permet de filtrer les sons environnants.

Test HyperX Cloud Flight_6
© Matthieu Legouge pour Clubic

Malgré tout, le noise gate demeure relativement sensible, il est toujours actif et ne peut pas être paramétré ; il convient donc de bien garder le micro devant la bouche afin que votre voix dépasse le seuil de ce traitement sonore, sans quoi vos camarades risquent de n'entendre qu'un mot sur deux.

Un vol dans les nuages non sans quelques faiblesses

Le Cloud Flight excelle sur certains points : il dispose d'une des meilleures autonomies du marché, d'une connectivité fiable, d'un micro et de transducteurs parfaitement adaptés à une utilisation gaming et d'une ergonomie qui associe légèreté et confort... Mais ce casque rencontre encore quelques difficultés pour s'envoler vers la perfection !

S'il y a bien un point sur lequel on ne peut pas être objectif, c'est d'abord l'esthétique et le design : le Cloud Flight est passe-partout, pour ne pas dire insipide. Mais cela reste un point de détail, et finalement qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse !

De manière bien plus objective, nous trouvons assez regrettable que le logiciel NGenuity ne dispose tout simplement d'aucune fonctionnalité autre que le réglage des volumes d'écoute et de micro, ou que l'affichage de la charge de la batterie via une barre très imprécise qui ne comporte que quatre paliers. Ainsi le rétroéclairage doit être désactivé manuellement à chaque allumage du casque si l'on souhaite économiser de la batterie, nous ne trouvons aucun égaliseur, pas d'option pour le traitement vocal ni d'émulation surround 7.1.

Cloud Flight - HyperX NGenuity.jpg
© Matthieu Legouge pour Clubic

Autre point, peut-être moins important : le micro ne fonctionne qu'en mode sans-fil (idem pour les commandes situées sur les écouteurs) et ce mode n'est disponible que sur PS4 et PC. Vous serez donc obligé de connecter le câble jack si vous comptez utiliser ce casque avec une Xbox One, ou un smartphone... Et vous passer du micro. Nous nous sommes également plusieurs fois surpris à parler bien trop fort dans notre micro, pour la simple raison qu'aucun retour de son micro n'est disponible !

HyperX Cloud Flight : l'avis de Clubic

Avec le Cloud Flight, HyperX signe un premier casque sans-fil réussi. Simple à utiliser, confortable, doté d'une autonomie record, il offre une expérience très satisfaisante en jeu grâce à un très bon rendu sonore et un micro auquel nous n'avons pas vraiment de reproche à faire.

Là où le bât blesse, c'est sans doute au niveau du positionnement tarifaire du Cloud Flight, bien trop élevé, selon nous, pour un casque gaming qui réunit quelques faiblesses avec pas mal d'absences, qu'on ne retrouve d'ailleurs pas toujours avec des modèles concurrents moins onéreux.

Finalement, malgré ses quelques carences, le Cloud Flight reste encore un choix pertinent si vous souhaitez disposer d'un casque sans-fil fidèle et fiable avec une belle autonomie.

HyperX Cloud Flight

Les plus
+ Confortable et ergonomique
+ Belle autonomie
+ Rendu sonore et micro sans reproche
+ Connectivité sans-fil fiable
Les moins
- Micro uniquement utilisable en mode sans-fil
- Absence de fonctionnalité avancée
- Pas d'émulation surround 7.1
- ... Ni de retour son du micro
- Un tarif encore trop haut
3

Modifié le 11/09/2019 à 10h50
3 réponses
4 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Un chercheur lance une pétition pour rendre gratuits les articles liés au réchauffement climatique
Des équipes d'Amazon chargées de scruter les images des caméras de surveillance de la marque
Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes
Blizzard demande leur carte d'identité aux pro-manifestants de Hong Kong pour supprimer leur compte
LDLC.com à nouveau élu Service Client de l'Année 2020
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Xavier Niel défend le projet Libra... dans lequel il a investi
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Dyson laisse tomber son projet de voiture électrique

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Discussions sur le même sujet

scroll top