YouTube : 4 milliards de dollars, le montant versé à l'industrie musicale cette dernière année

Youtube Clubic © Clubic.com
© Clubic.com

La plateforme vidéo de Google, YouTube, reste un gros générateur de revenus pour les artistes, auteurs-compositeurs et détenteurs de droits issus du monde de la musique. Elle continue, par la même occasion, de recruter de nombreux abonnés payants.

Si on ne vend plus autant de CD qu'autrefois, la musique reste pour autant très consommée, mais d'une manière différente. YouTube fait partie des services de streaming qui offrent une belle vitrine aux artistes, vitrine qui pèse de plus en plus lourd financièrement année après année. Au cours des 12 derniers mois, la plateforme du géant américain Google a versé plus de 4 milliards de dollars, soit 3,30 milliards d'euros, à l'industrie de la musique.

Une croissance des membres payants qui favorise l'industrie musicale

Les milliards de dollars versés à l'industrie de la musique, c'est évidemment une bonne chose. Mais YouTube retient aussi autre chose. Le « monsieur Musique » de la plateforme, Lyor Cohen (ex-président du label Def Jam, aussi passé par la maison Warner), est pleinement satisfait de la croissance des abonnements.

Outre les revenus, « YouTube a enregistré plus de membres payants au premier trimestre 2021 que dans tout autre trimestre depuis son lancement », affirme-t-il, en ne cachant pas les ambitions de YouTube dans le monde de la musique. « En tant que plateforme audio-visuelle, notre objectif est de devenir le principal générateur de revenus pour l'industrie de la musique et d'aider les artistes du monde entier à se bâtir une carrière en faisant de la musique », poursuit-il.

YouTube, qui reste accessible gratuitement mais avec de la publicité, propose évidemment des vidéos musicales, d'ailleurs vues par plus de 2 milliards d'utilisateurs chaque mois dans le monde. Mais la plateforme compte aussi beaucoup sur ses abonnements payants.

YouTube se cherche encore de nouvelles sources de revenus

Le service américain propose un premier abonnement, YouTube Premium (11,99 euros/mois avec trois mois d'essai gratuit), qui permet de profiter de la plateforme ainsi que de YouTube Music sans publicité, même hors connexion, et en arrière plan.

À côté, on retrouve YouTube Music, dont l'abonnement seul coûte 9,99 euros/mois, avec un mois d'essai gratuit. Là aussi : pas de publicité, écoute hors connexion possible, même avec l'écran éteint. « Le contenu musical premium et le contenu généré par l'utilisateur se développent et génèrent une valeur significative pour l'industrie », précise Lyor Cohen. Ce dernier apporte également une autre précision : des 4 milliards de dollars récoltés pour l'industrie musicale, plus de 30 % proviennent du contenu généré par les utilisateurs directement (et non des médias traditionnels).

YouTube continue donc de miser sur les contenus musicaux mis en ligne par ses utilisateurs, mais veut aussi trouver de nouvelles sources de revenus. Les produits dérivés, la billetterie, les événements virtuels payants sont autant de sources potentielles. Le groupe féminin sud-coréen Blackpink, qui a récemment proposé sur YouTube un concert privé avec deux tarifs (30 et 40 dollars, pour l'accès aux coulisses), était parvenu à gagner 2,7 millions de nouveaux abonnés, grâce à ce seul spectacle.

Source : Blog YouTube

Modifié le 04/06/2021 à 08h57
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Netflix signe un accord avec Spielberg pour plusieurs films par an
Le Dernier Voyage : l'apocalypse au clair de lune
La revue Métal Hurlant est de retour : rencontre avec Vincent Bernière, son nouveau rédacteur en chef
Jachère : votre chronique SF découvre une Terre hors du temps
Twitch a 10 ans : retour sur un pionnier du stream en direct et sur l'avenir de la plateforme
Asus ROG sort son premier manga dédié au... streaming ! Découvrez les premiers chapitres
Eden : à la recherche du paradis au cœur d'une pandémie
LEGO : l’inclusivité est-elle une question de plastique ?
Le puzzle game atmosphérique Lego Builder's Journey se montre en ray tracing avant sa sortie sur PC et Switch
Oxygène : plongée en apnée à la recherche d'identité
Haut de page