🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT ! 🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

Test Philips 55OLED934 : une image pimpante accompagnée d’un son signé B&W

Alban Amouroux
Spécialiste Audio Vidéo
19 mars 2020 à 16h18
10
EDIT : Notre test vient d'être mis à jour avec l'ajout de nos mesures de l'input lag

Philips propose une dizaine de téléviseurs à dalle OLED, le nec plus ultra pour obtenir une image cinéma. Le 55OLED934 représente le plus haut de gamme dans cette diagonale équivalente à 140 cm. Non content d'intégrer le puissant processeur P5 maison de troisième génération pour une image haut de gamme, sa section audio a été confiée à Bowers & Wilkins, une référence de la haute-fidélité.

Le choix est pléthorique chez Philips : entre les LCD et les OLED, plus d'une cinquantaine de références de téléviseurs sont proposées en résolution Ultra HD/4K. Comme toujours, les différences se font sur le design, la puissance du processeur vidéo et la Smart TV. Philips ajoute le son auquel la marque porte un intérêt tout particulier. Le son est souvent le parent pauvre des écrans plats. Et ce sera toujours le cas sur les modèles d'entrée et de milieu de gamme. En ce qui concerne les références les plus évoluées, Philips s'est associé à l'un des acteurs anglais les plus connus dans le son : Bowers & Wilkins. Cette partie du téléviseur prend alors de l'importance pour devenir un critère important au moment du choix face à la concurrence qui le délaisse encore.

philips-55OLED934-02-lifestyle.jpg

Un cadre ultra fin

Le téléviseur Philips 55OLED934 est équipé, comme son nom l'indique, d'une dalle OLED. Ultra fine, elle mesure moins de 5 mm d'épaisseur sur la partie haute. Sur la partie inférieure, les 53 mm d'épaisseur renferment toute l'électronique, les connecteurs et le système d'attache du pied. Comme tout téléviseur OLED, il reste assez lourd avec plus de 21 kg sans compter le pied.

philips-55OLED934-03-cote.jpg

Le cadre est ultra fin, mais une bande noire entoure l'image. En tout, il faut compter sur moins d'un centimètre de contour sur tous les côtés, même en bas. Le fait d'avoir déporté la partie son a permis de faire aussi fin.

Le 55OLED934 peut être posé sur son pied ou fixé au mur. Philips livre les accessoires nécessaires pour passer de l'un à l'autre. Le pied est constitué d'un gros L en métal plein à la rigidité sans faille. Une rainure à l'arrière permet de faire cheminer le câble de la barre de son. Celle-ci se fixe au pied et fait également office de support pour l'écran. En effet, il repose sur trois points : le pied central et les extrémités de la barre.

philips-55OLED934-04-pied.jpg

L'ensemble des connecteurs se situe sur la partie gauche. Ils sont tous installés avec un angle de 90° pour que les câbles ne gênent pas le téléviseur en cas de fixation murale. Les autres entrées HDMI sont toutes ARC, ce qui est assez rare pour le souligner. Le téléviseur peut donc récupérer le flux audio Atmos de n'importe quelle source sur n'importe quelle entrée. Nous trouvons également deux ports USB, un port RJ45 et une entrée vidéo analogique YUV. Côté sans fil, le WiFi et le Bluetooth sont de la partie. Ce dernier est nécessaire à la communication avec la télécommande.

philips-55OLED934-05-remote.jpg

Philips est l'un des rares à fournir une télécommande avec les touches classique au recto et un clavier alphanumérique complet au verso. C'est très pratique pour entrer ses identifiants ou effectuer des recherches. Google Assistant étant également présent, vous pourrez utiliser alternativement les commandes vocales via le micro situé dans la télécommande. Le 55OLED934 est compatible Google en général avec le toujours très complet Android TV dans sa version 9 pour la partie Smart TV. La fluidité est au rendez-vous pour la navigation et le lancement des applis. La mémoire tampon semble être importante car les flux vidéo sont affichés quasi instantanément dans leur meilleure résolution.

Acheter Philips OLED 934

Une véritable barre de son intégrée au pied du téléviseur

Cette barre mesure 88 cm de large, elle est donc bien plus petite que le téléviseur. La partie avant est en angle afin de diriger le son naturellement vers le haut. Elle est recouverte d'un tissu acoustique chiné et se termine sur le dessus par une barre à la finition type aluminium avec à gauche le logo Philips, à droite le logo Bowers & Wilkins. La barre se relie au téléviseur via un cordon propriétaire. Il n'est donc pas possible d'imaginer l'utiliser ailleurs.

philips-55OLED934-06-barre.jpg

La barre fonctionne en 2.1.2 pour une compatibilité Dolby Atmos. Il y a deux haut-parleurs large bande, deux tweeters et un haut-parleur de grave. Celui-ci prend place dans une charge bass-reflex avec un évent évasé de type Flowport à la finition balle de golf, comme sur les enceintes B&W. La puissance totale cumulée atteint les 50 Watts. En plus du Dolby Atmos et de tous les formats Dolby en général, le système est compatible DTS-HD (mais pas DTS:X).

Des réglages vidéo à peaufiner obligatoirement

Le Philips 55OLED934 repose sur la puissance du processeur P5 Pro Picture Engine. Il s'occupe de tous les aspects de l'image avec à sa disposition des dizaines de réglages. Au premier niveau du menu, il est possible de choisir un mode d'image puis de régler l'essentiel comme les couleurs, la luminosité et le contraste. En descendant d'un niveau dans les menus complets, les possibilités sont généreuses.

philips-55OLED934-07-menu.jpg

Tout est paramétrable, avec les réglages avancés de gamma, de température de couleur, de niveau pour chaque couleur séparée, etc. C'est ici que se trouvent l'anti-saccade, l'amélioration du contraste, ou encore la plage étendue des couleurs. Pour chaque mode d'image, l'intégralité de ces réglages sont différents.

Habituellement, nous choisissons le mode cinéma pour relever les mesures de la dalle avec notre sonde. C'est généralement celui qui s'approche le plus d'une calibration correcte. Avec le 55OLED934, ce n'est pas le cas. Par ailleurs, aucun des modes d'image ne s'approche d'une image correctement réglée. Bien sûr, il est possible de se contenter de ces modes. Mais pour tirer parti des possibilités de cette dalle OLED, il faut mettre les mains dans le cambouis.

philips-55OLED934-08-sonde1.jpg

Ce diagramme CIE montre une couverture de l'espace colorimétrique incomplète. Nous n'avons pas souhaité passer plusieurs heures à régler finement le téléviseur, mais il faudra le faire pour récupérer ce qu'il manque.

philips-55OLED934-09-sonde2.jpg

L'échelle de gris est à peu près correcte avec un bleu en avant et une dérive du rouge lorsque l'on se rapproche du blanc pur. La courbe de gamma n'est pas parfaite, ça se règle, mais elle a le mérite d'être cohérente sur toute l'échelle.

philips-55OLED934-10-sonde3.jpg

Pour obtenir cette température de couleur cohérente, nous l'avons modifiée en « couleurs chaudes » dans les réglages avancés.

Par défaut, l'image est pimpante et contrastée. Elle est plaisante et en adéquation avec les possibilités de la technologie OLED. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle est fidèle. Notons également qu'il y a un léger overscan qui ne peut pas se rattraper dans les menus : il manque 3 colonnes de pixels à gauche et 3 lignes de pixels en bas. Du côté de l'input lag, on est à 33.2 ms après mesure. Enfin, la consommation oscille entre 110 Watts et 240 Watts selon le mode et la luminosité des images.

Une illustration réussie de l'apport du HDR

En termes de profondeur et de précision, l'image de ce Philips OLED956 est sublime. Avec une diagonale modeste de 55'' en 4K, on est même dans la précision chirurgicale. La profondeur des noirs est bien au rendez-vous, sans aucun débordement ni halo entre les zones très éclairées et les zones sombres. Le Dolby Vision en met plein la vue avec des phares de voiture ou des flammes éclatantes, le tout sans perturber le moins du monde les détails dans les basses lumières. La lisibilité est maximale dans les images sombres.

philips-55OLED934-11-detail1.jpg

Philips est l'un des précurseurs dans la technologie anti-saccade. A priori, il veut vraiment que vous vous en serviez. Si l'on désactive totalement l'anti-saccade, c'est clairement irregardable. Comme si Philips ne s'était pas embêté à traiter correctement ce cas, vu qu'il le pense sûrement sans intérêt. Mais en basculant sur l'anti-saccade, nous n'avons pas réussi à trouver un réglage parfait. Soit tous les curseurs sont à fond, en mode réglage « fluide », et l'on est loin d'une image aux mouvements naturels, même si l'effet « tournage au caméscope » est de l'histoire ancienne. Il subsiste surtout des artefacts sur les contours. Le meilleur compromis semble être le mode personnalisé, avec le Natural Motion au minimum et le Clear Motion désactivé. Les heurts du 24p sont conservés, la fluidité est la plus naturelle, avec toutefois quelques artefacts minimes auxquels on prête attention si on les cherche vraiment.

L'effet Ambilight est toujours aussi réussi. Installé sur trois côtés du 55OLED934, il est réactif et ultra coloré pour suivre au plus près les couleurs de l'image affichée. La sensation d'extension est réelle. Le résultat est toujours impressionnant auprès des personnes ne connaissant pas encore la technologie. Après, tout est question de goût. Autant avec un téléviseur LCD aux noirs pas vraiment noirs, l'Ambilight va contribuer à renforcer son contraste de façon spectaculaire. Autant avec un modèle OLED dont les noirs sont de jais, nous préférons nous plonger dans l'obscurité totale, désactiver l'Ambilight et faire disparaître ainsi les bandes noires des films.

philips-55OLED934-12-detail2.jpg

Le Dolby Atmos est assez timide. Nous ressentons une belle ampleur dans le cadre du téléviseur et un peu à l'extérieur. Il y a un effet d'épaisseur et de profondeur. Cependant, aucun effet surround n'est reproduit ni vers le haut ni vers les côtés. Pourtant, lors du test les canaux de plafond sont bien entendu distinctement, mais s'ils ne projettent pas vraiment vers le haut, le son restant collé à la barre. Nous ressentons qu'ils voudraient aller vers le haut mais cela reste bloqué dans l'environnement de la TV. Peut-être que le résultat peut se révéler différent selon la hauteur de votre plafond et le recul par rapport au téléviseur. Nous n'avons pas été convaincus. Le grave est absent et un caisson de basse en renfort ne sera pas de trop, une sortie subwoofer est prévue. La restitution est surtout centrée sur le médium propre et bien présent, avec un aigu que l'on ressent qualitatif mais en retrait. Le rendu n'a rien à voir avec la barre de son B&W Formation Bar proposant une section aigu filante et très précise. Bref, le son est meilleur qu'un téléviseur sans barre de son, c'est évident. La restitution globale est chaleureuse et plus fidèle que les barres home cinema, mais pas aussi bonne qu'elles en termes d'effets. Une sorte d'étape intermédiaire.

Un téléviseur qui ne s'adresse pas forcément à tout le monde

55", OLED et Ultra HD, nous avons déjà un trio gagnant sur le papier. Si l'on ne touche à aucun réglage, l'image est percutante, avec une colorimétrie exacerbée et un contraste intra image exceptionnelle. Pour du sport ou les jeux vidéo, c'est plutôt pas mal. Pour ce qui est de l'image cinéma, nous n'y sommes pas vraiment. Non pas que ce soit inatteignable au 55OLED934, mais il faudra passer un certain temps à la calibrer pour s'en approcher. Nous avons été très critiques sur le rendu de la barre Bowers & Wilkins car à la vue de la signature, nous attendions mieux. Cependant, il faut noter une belle présence du médium avec des timbres respectés, ce que peu de barres de son autonomes savent faire. Ce sont les effets immersifs qu'elle maîtrise moins bien. Ce téléviseur Philips OLED+ ne satisfera pas tout le monde. Ses partis-pris le destinent à ceux intéressés par une image débordante d'énergie, ceux qui veulent un son très correct sans rien ajouter et enfin, les aficionados de l'Ambilight bien entendu.

Philips 55OLED934

8

Les plus

  • Une image contrastée et hyper colorée
  • HDR10+ et Dolby Vision
  • Une barre de son limité mais intéressante
  • Quatre entrées HDMI ARC

Les moins

  • Calibration vidéo obligatoire
  • Dolby Atmos trop timide
  • Anti-saccade perfectible

Image7

Son7

Design9

Ergonomie9



Acheter Philips OLED 934
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
8
stbx00
Je trouve toujours intéressant d’insérer le prix du produit dans le test lorsqu’il est connu (ou au moment une tranche sinon). Bref à 2000€ ça ne destine pas à tout le monde mais ça reste classique pour de l’OLED à priori…
TofVW
Svp, indiquez la valeur de l’input lag dans vos tests!
backsec
@Clubic : Pas un reproche, mais pourquoi ne testez-vous pas le système (Android TV ici) pour voir ce qu’avec cette TV il a dans le ventre ? Un peu comme ce que vous avez fait avec le test de la Nvidia Shield TV (une box certes, pas une TV, mais avec un système à évaluer car une TV qui fait mal tourner son système et a du mal à prendre des services et fichiers en charge doit être complétée par une box, selon les besoins bien-sûr).
Blues_Blanche
Il est plutôt beau.<br /> L’effet « tournage au caméscope » du procédé anti-saccade chez Philips m’a toujours fait détester leurs télévision. Même si c’est mieux d’après votre test, je reste dubitatif. Cependant je connais des personnes qui aiment bien ça car l’effet tournage vidéo rend l’image plus proche/personnelle (comme si on avait filmé quoi).<br /> Sur des films en cinémascope ça donne un effet vraiment étrange
Multiroom
Après mesure, l’input lag est de 33,2 ms. Cette donnée à été ajoutée dans le test.
Multiroom
Nous ne pouvons pas tester de façon extensive le système Android 9 avec chaque téléviseur passant entre nos mains, il y aurait beaucoup trop de redites.<br /> Mais il est vrai que nous n’avions pas retranscrit notre ressenti à son usage. Ces informations ont été ajoutées dans le texte.
backsec
Merci <br /> Alors oui une étude complète ne serait effectivement pas pertinente dans la mesure où le produit brut étant la TV et non son OS, contrairement à l’exemple que j’ai cité (box Nvidia Shield).<br /> Ce que vous avez ajouté sur la fluidité général et le ressenti paraît pertinent pour se faire une idée. Merci
juju251
fred1968:<br /> Les futurs consommateurs pourraient faire un choix en connaissance des capacités, là on sait une seule chose c’est que le testeur n’a pas fait le boulot jusqu’au bout.<br /> Par contre, le fait que le testeur a ajouté des choses dans l’article suite à des remarques, il ne faut pas en tenir compte, surtout pas …
lapin-tfc
Il ne faut rien attendre de ce triste sir son seul rêve est de voir son pays s’écrouler et envahi par les chinois, quand il applaudira avec des chaines il comprendra (et encore ce n’est pas certain)
Multiroom
Nous testons tous les téléviseurs sur un pied d’égalité, avec les modes pré-réglés auxquels a accès n’importe quel utilisateur. C’est le point de départ : certaines références sont quasi-parfaites d’usine (voir le test du Panasonic GZ2000), d’autres sont décalées comme ce Philips OLED+. D’autres modèles se satisfont de quelques modifications des réglages de base de couleur et de luminosité. Comme expliqué dans l’article, avec ce Philips, les réglages de base ne sont pas suffisants et il faut vraiment rentrer dans le dur.<br /> Bref, par expérience, nous savons qu’il sera possible d’obtenir une colorimétrie fidèle avec ce Philips grâce aux réglages complets qu’elle possède. Libre à chacun de choisir un téléviseur bien calibré d’usine, ou un autre où il doit le faire lui-même, s’il possède évidemment cette connaissance et tous les outils à sa disposition. Ce qui réduit fortement la population concernée. Cette information primordiale est bien dans l’article.<br /> Mais la colorimétrie ne fait pas tout. Le traitement de l’image dans son ensemble imprime un certain type de restitution selon les fabricants. Qui peut plaire ou ne pas plaire. Pour l’utilisateur lambda, ce téléviseur Philips avec ses pré-réglages d’origine est plus à l’aise sur la TNT, le sport ou les jeux vidéo que pour le cinéma.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers tests

Test TCL 55C635 : un téléviseur abordable qui marque des points
Test Mate 50 Pro : Huawei peut-il encore se hisser parmi l'élite ?
Test Microsoft Surface Laptop 5 : élégant, plus puissant… mais indécrottable
Test Corsair EX100U : un minuscule SSD externe performant à emporter partout
Test JBL Bar 1000 : séance de rattrapage pour la barre de son avec enceintes d’effets détachables
Test DJI Avata : le drone FPV plus accessible que jamais
Test Trust GXT 981 Redex : légère en poids et en prix, des atouts suffisants ?
Test Apple iPad Pro M2 : une mise à jour qui vaut son prix ?
Test LG Gram 14 (2022) : un kilo seulement… mais quoi d’autre ?
Test Acer Aspire Vero 15 (2022) : un laptop écolo qui ne fait pas encore suffisamment envie
Haut de page