Orange s'allie à ENGIE pour favoriser l'approvisionnement en énergie renouvelable

15 février 2021 à 17h32
5
Énergie solaire photovoltaïque © Pixabay
© Pixabay

L'association des deux géants français Orange et ENGIE permettra la création de deux nouveaux pacs solaires, pour répondre aux besoins énergétiques verts de l'opérateur.

Dans le but d'accélérer la réduction de son empreinte environnementale à moyen terme, l'opérateur Orange a signé un contrat d'achat d'électricité avec ENGIE, premier développeur d'énergie solaire et éolienne en France, pour les quinze prochaines années. Officialisé ce lundi 15 février, l'accord va permettre la mise en œuvre d'une solution globale d'approvisionnement en énergie renouvelable dans l'Hexagone.

Orange boostée à l'énergie solaire

Les synergies nées de la collaboration entre Orange et ENGIE permettront de créer de nouvelles capacités de production d'énergie solaire, nous allons en reparler, mais aussi la gestion de la production de l'ensemble des capacités électriques renouvelables souscrites par l'opérateur historique auprès d'autres producteurs. La fourniture de volumes supplémentaires destinés à répondre aux éventuels pics de consommation d'Orange a aussi été inscrite dans l'accord.

Ce contrat d'achat d'électricité (Power Purchase Agreement ou PPA), d'une durée de 15 ans donc, doit permettre le développement de nouveaux projets solaires, l'un de 38 MWc du côté de L'Épine et le second de 13 MWc, rattaché à la commune de Ribeyret, toutes deux situées dans le département des Hautes-Alpes.

Orange et ENGIE indiquent, dans un communiqué, que les deux parcs solaires devraient, au plus tard, être mis en service au 1er janvier 2023. « Nous sommes fiers de collaborer avec Orange France pour construire un avenir prospère, durable et faible en carbone. Ce PPA contribue à augmenter la part des renouvelables sur le territoire français et participe ainsi à l’atteinte des objectifs ambitieux de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) » a réagi la directrice générale d'ENGIE France Renouvelables, Rosaline Corinthien.

L'opérateur veut atteindre 50% d'énergies renouvelables dans son mix électrique

Avec ce PPA, Orange s'inscrit dans le cadre de son plan de réduction de son empreinte environnementale, qui prévoit que le groupe doit diminuer de 30% ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025 par rapport à 2015. Et d'atteindre 50% d'énergies renouvelables dans son mix électrique. « La signature de notre accord avec ENGIE est à cet égard très importante ; elle témoigne de notre volonté d’être un acteur majeur des PPA en France. Nous sommes fiers de contribuer ainsi à la transition énergétique du pays mais également au développement économique des territoires qui accueilleront les nouvelles installations solaires », a à ce propos déclaré la directrice générale adjointe du groupe Orange et patronne d'Orange France, Fabienne Dulac.

Les territoires concernés par ces deux projets solaires vont bénéficier d'importantes retombées économiques, comme des recettes fiscales et la création de nouveaux emplois dans la région.

Dans le cadre de ce partenariat, ENGIE délivrera son expertise en gestion de l'énergie pour proposer à Orange un bandeau d'énergie continue qui se rapprochera un maximum du profil de consommation effectif de l'opérateur.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
6
melcky
Pas un mot sur l’origine des panneaux photovoltaïques<br /> (s’ils proviennent de chine alors leur construction aura dégagé une quantité significative de CO2, difficile a compenser par la suite)<br /> Pas un mot sur le stockage de l’énergie intermittente produite<br /> (Batteries ? autre ?)
Nmut
La compensation n’est pas difficile, juste plus longue, mais c’est probablement le cas vu qu’ils sont les plus gros producteurs et que la rentabilité est souvent meilleure…<br /> Le stockage n’est pas le problème du producteur mais du réseau (sauf pour les fournisseurs de relevage bien sûr!), cela doit être le dernier de leurs problèmes.<br /> Par contre je suis étonné de voir que malgré l’implantation du Linky qui commence à être importante, les offres d’abonnements à la carte tardent à arriver. Ca serait un excellente solution de lissage, le tarif jour/nuit n’a plus vraiment de sens maintenant…
newseven
Surtout si c’est pour faire du minage
FoxLeGoupil
Si on commençait par ne plus fermer les centrales nucléaires qui fonctionne encore parfaitement, qui ont un meilleur rapport production d’énergie/CO2 produit et qui sont amorties depuis des années.<br /> Le problème des énergies dites renouvelables reste leur intermittence surtout à l’échelle d’un pays comme la France.<br /> Pour remplacer une seule centrale nucléaire il faut environ 24 millions de panneaux photovoltaïques en prenant en compte le fait que ces panneaux ne produisent de l’énergie qu’un sixième du temps que peut le faire une centrale et ce sans même parler de la variabilité géographique (rendement moins bon en Bretagne qu’en région PACA par exemple).<br /> Pas mieux pour l’éolien, en prenant les plus puissantes éoliennes (3MW) il en faut pas moins de 300 pour remplacer l’un des deux réacteurs de Fessenheim mais une éolienne installée ne produit qu’environ 25% de sa puissance nominale (absence de vent ou vitesse de vent pas optimale) c’est donc plus de 1200 éolienne avec chacune son socle de béton armé de 1500 tonnes (qui reste dans le sol après démantèlement de celle-ci parce que bon… c’est quand même chiant à enlever !) qu’il faut installer pour seulement remplacer une demie centrale.<br /> Evidemment, il faut du renouvelable ! mais remplacer tout un parc qui marche avec un système différent à comme effet immédiat de produire plus de carbone dans une période de temps très courte ce qui va simplement à l’encontre du but recherché !
melcky
Et pourtant si, en chine, construire un panneau photovoltaïque émet tellement de CO2 que la durée de vie du panneau ne compense pas nécessairement<br /> (en 2017, plus de 70% de l’électricité chinoise était d’origine fossile)<br /> Les capacités limités actuelles de stockage ne sont pas capable d’absorber les piques de production supplémentaires du solaire (et le l’éolien) il faut donc en construire de nouvelles.<br /> Et c’est donc tres directement le «&nbsp;probleme&nbsp;» de tout nouveau producteur.
Nmut
Le point de la compensation est intéressant, mais je n’ai vu aucune étude qui donne un résultat neutre ou encore moins négatif sur la production d’un panneau… Tu as des sources? J’ai participé à une étude à grande échelle sur le bilan global du solaire (pour un pétrolier en plus! :-P) il y a une vingtaine d’années et le bilan global était déjà largement positif pour les panneaux chinois et japonnais (les seuls producteurs à l’époque), alors je pense que cela aurait du s’améliorer depuis!<br /> Quand je dis que ce n’est pas leur problème, je parle financièrement et contractuellement. Ils produisent et c’est tout. Le problème d’organisation est pour le réseau, et ça a toujours été le cas. Une centrale nucléaire avec sa régulation à moyen terme ne s’inquiète pas de problème de cycle inférieurs à ce qu’elle sait gérer, elle se base sur les prévisions à long et moyen terme. Même chose pour l’éolien et le solaire ou les maintenances sont gérées en fonction de ces prévisions, mais c’est tout. En plus les productions et consommations sont prévisibles et très précises à quelques jours donc c’est le gestionnaire du réseau qui va adapter ses demandes / achats / ventes en fonction.
melcky
Résumé:<br /> Les panneaux photovoltaïques, une solution écologique efficace ? - YouTube<br /> Détaillé:<br /> Pourrait-on alimenter la France en électricité uniquement avec du solaire ? Ou de la biomasse ? – Jean-Marc Jancovici
Nmut
Jancovici, même si il pose très souvent les bonnes questions, a souvent des réponses étranges et monolithiques. Mais c’est évident que l’on ne peut avoir qu’une seule source d’énergie, surtout en «&nbsp;renouvelable&nbsp;». Il faudrait qu’il commence un peu à explorer les solutions possibles (Linky, smart grid, …).<br /> Tu as d’autres sources (et pas de 2012)? Ca fait un bout se temps que je ne suis que de loin le sujet et je ne trouve pas grand chose à lire… Je suppose d’ailleurs que le fait qu’il y a moins de publications veut dire que le consensus est établi, il faudra une rupture pour recommencer le cycle des études. (nouvelles technologies, changement radical de mix énergétique, …).
melcky
[edited] La video et l’article, meme un peu vieux, restent dramatiquement actuel / factuel.<br /> L’électricité chinoise ne s’est pas décarbonée entre temps.<br /> On peu contester les solutions qu’il propose (il n’en existe pas une unique) mais il a la fâcheuse habitude d’en écarter certaines sur des bases physiques, factuelles et vérifiables.<br /> Quand a la smartgrid / linky, s’il y est (a ma connaissance) tout a fait favorable, il ne s’agit que de dispositifs d’optimisation qui, en ordre de grandeur, ne sont qu’une petite pierre dans l’arsenal des mesures à prendre.
Nmut
Je le répète, Jancovici pose les bonnes questions, mais je ne suis pas toujours d’accord sur comment il argumente ses conclusions, je trouve ça souvent biaisé mais pas forcément faux, c’est la méthode que je critique avec souvent une construction «&nbsp;propagandiste&nbsp;» (exploitation de biais) et pas scientifique!<br /> La solution smartgrid n’est qu’une solution d’avenir (il faudrait bien plus de VE qu’actuellement, peut-être 10x le parc) mais c’est LA solution quasi idéale.<br /> La solution des contrats adaptés grâce au Linky sont une solution immédiate et efficace (jusqu’à une régulation +/- 5%, soit 10% de différence de conso en instantané). Pour rappel, la consommation des ménages représente 1/3 du total et est susceptible d’être très flexible (chauffage, chauffe-eau, appareils ménagers différables ou pilotables, …). Et les industries lourdes sont déjà, quand c’est possible, sur des contrats flexibles mais cela ne représente même pas le quart des consos.
melcky
Qu’est ce qu’une solution ideale ? a quel probleme ?<br /> La smartgrid est une solution nécessaire et utile pour stocker l’excédant de production des energies intermitentes.<br /> Elle va se heurter au probleme du stockage, car meme dans toute sa diversité elle est couteuse et (actuellement) trés largement insuffisante.<br /> Pour rappel, pour ne plus emettre de co2 il nous faut nous passer des energies fossiles et donc produire l’energie (tres) grande quantité (67,4 % de l’energie francaise est d’origine fossile)
Nmut
Oui, pour les énergies intermittentes: lissage des surplus et tassements de production.<br /> Quand le parc VE sera suffisamment étendu (peut-être 50% du trafic routier, je ne connais pas les stats actuelles de conso des transport et de prod de renouvelables), cela sera le problème (énergie importante à fournir) ET la solution (lissage et relevage des énergies intermittentes)!<br /> L’avantage (!), c’est que la transition est très lente, permettant une adaptation progressive et l’apparition de solutions alternatives.
melcky
Malheureusement, les batteries des VE seront loin fournir le stockage suffisant et adapté.<br /> Les raisons sont nombreuses vous avez l’air curieux, je vous laisser aller a la peche aux infos <br /> Il semble que les systèmes qui passent «&nbsp;a l’echelle requise&nbsp;» soit la production d’hydrogène pour utilisation directe et combinée pour creer du biogaz.
FoxLeGoupil
Donc tu n’as pas lu (ou compris) mon commentaire ! Je ne dis pas qu’il ne faut rien faire mais que faire un changement brutal en produisant massivement des panneaux solaires et des éoliennes émet nettement plus de CO2 que de continuer à utiliser un système rodé et qui marche encore parfaitement mais surtout que cette production de CO2 se fait dans un temps très court, ce qui va à l’encontre même des ENR.<br /> Encore une fois il faut des énergies renouvelables mais il ne faut pas que ce soit au détriment de l’écologie, c’est juste un non sens !<br /> Par exemple, si notre parc était principalement composé de panneaux solaires, faudrait il tous les remplacer sous prétexte que les derniers sortis ont un rendement 10% meilleur ? Au prix d’une production énorme de CO2 dans un temps très court.<br /> Et encore, cet exemple est mauvais car dans les faits la production d’énergie d’une centrale nucléaire (qui plus est une centrale déjà en place) émet moins de CO2 que n’importe quelle ENR.
melcky
Il faut etre pragmatique, entre ce que l’on désire (je voudrais aussi pouvoir fermer toutes les centrales nucleaires) et ce qui est le moins pire pour la planete…<br /> Oui au 100% ENR, mais cela signifie construire ces sources ENR.<br /> Donc une phase de transition.<br /> Et donc dépenser de l’energie, qui peut etre plus ou moins émettrice de CO2<br /> Hors, il n’est pas impossible que la transition qui emette le moins de CO2 passe… par du nucleaire. (qu’il soit ou non a base de nouvelles centrales)
FoxLeGoupil
On est bien d’accord et je pense que la suite de mon commentaire était assez claire là dessus, il ne faut pas ouvrir de nouvelles centrales mais arrêter de fermer celles qui marche encore parfaitement en disant qu’on fait ça pour l’écologie car c’est juste faux.<br /> Je ne dirais pas la même chose si j’étais en Allemagne qui produit principalement son électricité avec des centrales au charbon mais en France, faisons simplement durer le parc actuel aussi longtemps qu’il le pourra dans de bonnes conditions de sécurité et arrêtons de dire, au nom de l’écologie, qu’on va produire des millions de panneaux solaires et des millier d’éoliennes.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

TV : le Filmmaker mode va être mis à jour pour utiliser les capteurs de luminosité ambiante
CES 2022 : Lenovo présente ses nouveaux PC portables Yoga et Legion
CES 2022 : capteurs multifonctions et hub modulaire NFC, Arlo rend sa gamme plus polyvalente
CES 2022 : MSI dévoile sa nouvelle gamme de PC portables pour joueurs et créatifs
CES 2022 : TP-Link lance une nouvelle gamme de produits domotiques compatible avec Apple HomeKit
Grâce à l'intelligence artificielle, Amazon a économisé 3 millions de tonnes d'emballages depuis 2019
CES 2022 : l'Orb de Reflect veut vous aider à méditer... connectés
MSI montre son nouveau boîtier à six côtés et trois espaces, le MEG Treble
CES 2022 : après le matériel informatique, Razer veut gérer votre RGB d'intérieur
CES 2022 : MSI lance un moniteur gaming équipé d'une dalle Mini-LED 1440p, 300 Hz et HDR 1000
Haut de page