Rapidshare accélère le téléchargement depuis sa plateforme

0
Après avoir bridé le téléchargement depuis son service pour dissuader les pirates suites à la fermeture de Megaupload, RapidShare a confirmé la levée de cette limitation qui touchait les utilisateurs gratuits du service de stockage de fichiers.

00FA000004237502-photo-rapidshare.jpg
La levée du bridage du débit de téléchargement a été confirmée par le service au site TorrentFreak. « Nous pouvons confirmer que nous avons supprimé toutes les limites de téléchargement pour les utilisateurs gratuits, ce qui fait partie de notre nouvelle stratégie » a ainsi expliqué la PDG du service, Alexandra Zwingli.

RapidShare, qui a entrepris il y a longtemps de redorer son image en se positionnant contre le piratage sur sa plateforme, craignait que la fermeture de Megaupload dirige les internautes adeptes du piratage de fichiers vers son service, pour compenser. L'entreprise avait alors considérablement réduit le débit de téléchargement pour les utilisateurs ne disposant pas d'un abonnement, en le limitant à 30 ko/s. Une situation qui a sans doute également aidé RapidShare à enregistrer de nouveaux abonnements payants après l'éviction de Megaupload.

Le service a par ailleurs annoncé la mise en place prochaine de nouvelles mesures anti-piratage qualifiées de « très efficaces » par Alexandra Zwingli. RapidShare s'est déjà illustré plusieurs fois dans cette voie cette année, notamment en publiant un manifeste à destination des cyberlockers, pour tenter de mobiliser ce type de service contre le piratage.

RapidShare n'en a donc pas terminé avec le piratage, mais il ne bride cependant plus son débit de téléchargement pour les utilisateurs gratuits. Ceux qui ont récemment payé pour passer outre cette restriction seront probablement ravis de le savoir.
Avertissement :

Bien que le téléchargement (direct ou en P2P) ne soit pas illégal en soi, il est interdit de télécharger des œuvres protégées par le droit d'auteur ou d’autres droits de propriété intellectuelle sans l’autorisation des titulaires de ces droits. Clubic recommande expressément aux utilisateurs de son site et aux tiers de respecter scrupuleusement ces droits ; étant rappelé qu’en France la violation des droits d’auteurs est constitutive du délit de contrefaçon puni d’une peine de 300 000 euros d’amende et de 3 ans d'emprisonnement (art. L. 335-2 s. CPI) et qu’il existe également des sanctions spécifiques en cas de contournement de mesures techniques de protection (art. L. 335-3-1 et L.335-3-2 CPI). En outre, le titulaire de l’abonnement à internet doit veiller à l’usage licite de sa connexion, sauf à s’exposer au risque de contravention de négligence caractérisée sanctionnée par une peine d’amende de 1 500 € pour les personnes physiques. En cas d’utilisation d’un logiciel P2P pour télécharger ou mettre à disposition des œuvres protégées par le droit d’auteur, sans autorisation, le titulaire de la connexion à internet pourra être destinataire de recommandations de l’Arcom et, en cas de constats répétés, être poursuivi sur le fondement de la contravention de négligence caractérisée. Plus d'informations sur le téléchargement illégal
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page