Les méthodes de téléchargement condamnées en série

25 novembre 2020 à 14h15
0
Un signe, une tendance ? Les sites proposant des contenus en téléchargement sont la cible des législations étatiques. Encore une fois, The Pirate Bay subit le courroux de la justice suédoise et de son côté, LimeWire vient d'être accusé d'infractions au droit d'auteur. Dans un contexte de durcissement des législations, la régulation de l'Internet semble être dans la ligne de mire. Résumé des épisodes précédents.
00FA000002914786-photo-pirate-bay.jpg

Après son déménagement vers l'Ukraine, The Pirate Bay avait fait le choix de trouver refuge dans un ancien abri anti-atomique de l'OTAN, aux Pays-Bas. Pour autant, le tribunal de Hambourg en Allemagne vient de refuser au gérant du bunker le droit de fournir un accès à Internet aux serveurs de The Pirate Bay. Sinon ils seront condamnés pour co-responsabilité et devront verser jusqu'à 250.000 euros par infraction aux droits d'auteur.

A la loupe, on se rend compte que les initiateurs des poursuites contre le bateau pirate est un collectif composé des gros producteurs Columbia Pictures, Disney, Paramount, Twentieth Century Fox, Universal, et Warner Bros. Si le site Pirate Bay reste encore en ligne, sa situation montre combien les annuaires de torrents sont clairement dans le collimateur de la Justice et des ayant-droits

C'est cette même logique qui voit LimeWire être au centre des polémiques. Cette fois, une cour fédérale américaine vient d'estimer que Lime Group, l'éditeur du logiciel de P2P LimeWire, était responsable d'infractions au droit d'auteur. Grâce à une finesse juridique, la justice a estimé que le site avait été optimisé pour « s'assurer que les utilisateurs puissent télécharger des enregistrements numériques, la majorité d'entre eux étant protégés par des droits d'auteur ». Imparable.

Même que la juridiction du district de New York a même estimé que LimeWire fait la « publicité de son logiciel auprès d'utilisateurs prédisposés à commettre des infractions ». Une position étrange lorsque l'on sait que le logiciel utilisé par LimeWire est open-source et qu'il en existe de nombreux similaires. A moins que l'objectif de ces traques soit de couper quelques têtes...
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Derniers actualités

Quand l'IA s'occupe des polygones de Virtua Fighter, le résultat est... déroutant
Belle offre sur la souris sans fil Logitech G Pro chez Amazon !
Une jolie carte mère AM5 B650E chez NZXT... mais à quel prix !
Cdiscount brade complètement le prix de la tablette tactile Lenovo Yoga Tab 11
Faites attention, votre
Microsoft : plus de 200 000 serveurs e-mails victimes de failles critiques... et toujours pas de patch disponible !
Surprise ! Elon Musk change encore d'avis et accepte de racheter Twitter au prix convenu
Pixel Watch : et maintenant, un unboxing !
Super Mario, le film, à maintenant une affiche officielle !
CD Projekt RED a des projets ambitieux pour Cyberpunk et The Witcher jusqu'à au moins l'année 2077
Haut de page