L'avenir du stockage : des datacenters plus verts, ultra-rapides et économes en énergie

22 mai 2019 à 08h28
4
Récupération données, DATABACK, Extraction du bloc de têtes de lecture défectueux

Une nouvelle méthode utilise l'impact de la lumière sur des champs magnétiques pour enregistrer les données, résolvant la difficulté de créer un système de stockage plus rapide, avec une faible consommation d'énergie.

À l'heure actuelle, les serveurs des data center consomment environ 2% à 5% de l'ensemble de l'énergie produite, et génèrent beaucoup de chaleur. À tel point que des entreprises comme Microsoft ont disposé des centaines de leurs serveurs sous l'océan, afin de les refroidir à moindres frais. Cela pourrait devenir de l'histoire ancienne, grâce à cette nouvelle technique.

La lumière pour influer sur le champ magnétique

La plupart des données sont à ce jour encodées de façon binaire sur des disques durs magnétiques. Une tête d'écriture/lecture vient se positionner sur chaque emplacement pour indiquer s'il s'agit d'un 1 ou d'un 0, en faisant varier le champ magnétique d'un endroit précis grâce à un courant électrique. Malheureusement, cela consomme une quantité considérable d'énergie, et produit beaucoup de chaleur. Une équipe de chercheurs vient de publier dans la revue Nature un nouveau procédé qui remplace ce courant électrique par une brève émission de lumière (de l'ordre d'un billionième de seconde), concentré par des antennes sur la surface d'un aimant.

En plus d'être extrêmement rapide, cette nouvelle méthode s'avère particulièrement économe en énergie, et ne fait pas varier la température de l'aimant. Elle a été mise au point en utilisant des fréquences éloignées du spectre infrarouge (se mesurant en térahertz), mais dans leurs premières tentatives, impossible de changer la polarisation du champ magnétique, ou spin. Ils ont donc mis au point une antenne, permettant de concentrer mécaniquement le faisceau lumineux, et sont alors parvenus au résultat escompté. Il est à présent possible de faire varier le spin en n'utilisant qu'un seul photon !



« Ce record de déperdition d'énergie minimal est très prometteur » a déclaré le docteur Mikhaylovskiy, membre de l'équipe. « Les futurs dispositifs de stockage pourraient aussi exploiter l'économie d'espace offerte par cette technologie, permettant d'atteindre à la fois de grandes vitesses, et une grande économie d'énergie. »

De prochaines recherches sont d'ores et déjà prévues à l'Université de Lancaster, en partenariat avec les accélérateurs du Cockroft Institute, afin de déterminer les limites pratiques et fondamentales de l'enregistrement sur support magnétique.

Source : Science Daily
Modifié le 22/05/2019 à 10h38
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
0
Artagus34
En fait y a rien… ils en sont encore à l’etat De recherche fondamentale
lithium
et ce qui produit le plus de chaleur (en restant sur les disques durs seulement) c’est pas la tête de lecteur/écriture mais le frottement de l’air sur les plateau à 7200rpm.<br /> et la chaleur dégagée par les disques durs c’est peanuts comparé à celle dégagée par les alimentations et CPU…
keyplus
et moi qui pensait que la venir du stockage etait rose a poid vert ultra lent et consommant la production de 1000 centrales nucléaires<br /> la je tombe de haut
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Microsoft détaille ses actions pour rendre le jeu sur Xbox Live plus fair play
Audi : un nouveau Q5 55 TFSI e quattro... avec 40 km d'autonomie en
Cryptomonnaies : la Banque de France s'intéresse de près aux stablecoins
La néobanque Pixpay se prépare à lancer une offre destinée aux 10-18 ans
Les USA soutiendront les directives internationales sur l'éthique de l'IA
Microsoft Surface : un nouveau firmware en vue de la mise à jour Windows 10 de mai
Huawei sous-estimé par les États-Unis ? C'est ce que pense son fondateur
Après les trottinettes électriques, Usain Bolt dévoile la citadine électrique Bolt Nano
Haut de page