GrayKey : la police américaine sait déverrouiller les iPhone

13 avril 2018 à 15h55
0
Cette enquête du site américain Motherboard risque fort de mettre mal à l'aise la police américaine. En dépit de sa réticence à admettre qu'elle possède désormais la technologie nécessaire pour déverrouiller les iPhone, les journalistes en ont trouvé des preuves.

Des commissariats de police un peu partout aux États-Unis sont en train de s'équiper de boîtiers permettant de trouver le code secret nécessaire au déverrouillage de l'iPhone.

GrayKey, le redoutable boîtier qui déverrouille votre iPhone en moins de 3 jours

Depuis la mi-mars 2018, ceux qui croyaient à l'inviolabilité de l'iPhone sont déçus : comme l'a révélé à l'époque le spécialiste de sécurité informatique Malwarebytes, GrayShift, une société fondée en 2016 par un ancien ingénieur d'Apple commercialise un boîtier permettant aux forces de l'ordre de trouver le code secret d'un iPhone.

Selon Malwarebytes, le boîtier, baptisé GrayKey, doit être connecté à l'iPhone via un câble Lightning pendant deux minutes, après quoi il lui faut entre 2 heures et 3 jours pour trouver, de manière autonome, le code secret de l'iPhone. La particularité de GrayKey est qu'il parvient à outrepasser la technique mise en place par Apple contre ce type de tentative, à savoir le blocage pendant un certain temps de toute tentative de saisie de code lorsqu'un code erronné est saisi plusieurs fois de suite. Tous les iPhone à partir du 6 fonctionnant sur iOS 10 et 11 sont gérés.

Boîter GrayKey


Différentes administrations américaines ont déjà acquis des boîtiers GrayKey

Il fallait s'y attendre : une telle invention n'est pas restée au fond d'un tiroir. Comme l'a révélé l'enquête de Motherboard, GrayShift commercialise activement son boîtier auprès des directions de police de différents États américains et même auprès de commissariats locaux. Les directions de police des États de Maryland et de l'Indiana s'en sont par exemple équipées, tout comme le commissariat de Miami-Dade. D'autres directions, comme la Police métropolitaine de Indianapolis, sont en train d'acquérir les fameux boîtiers et ont reçu des offres de prix de la part de GrayShift. Les services secrets ont de leur côté échangé avec GrayShift par mail au sujet d'une prochaine commande de six boîtiers, des mails que Motherboard a pu consulter. L'Administration de lutte contre la drogue et le Département d'État ont quant à eux exprimé leur intérêt, mais n'ont pas encore passé commande, révèle Motherboard.

Quant au FBI, sollicité par Motherboard, il a refusé de répondre s'il était en possession de boîtiers GrayKey ou pas. Parmi toutes les administrations américaines, le cas du FBI est justement celui qui suscite le plus grand intérêt. À la suite de la fusillade de San Bernardino fin 2015 et ses tentatives infructueuses de déverrouiller les iPhone des suspects, il a demandé plusieurs fois à Apple de lui créer des backdoors... Ce que la firme a refusé. Désormais, moyennenant 30.000 dollars (le prix d'un boîtier GrayKey), le FBI peut ne plus avoir ce problème.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
ITER : le premier élément du Tokamak est installé
scroll top