Test du Samsung Galaxy Note 7

Stéphane Ruscher
Spécialiste informatique
02 septembre 2016 à 17h12
0
Avec le Galaxy Note 7, Samsung remet son smartphone géant à stylet au premier plan, après un Galaxy Note 5 qui n'avait pas traversé les océans jusqu'en Europe. Fusion du concept Galaxy Note et du Galaxy S7 Edge, il reprend l'écran incurvé du second, tout en conservant les spécificités - dont le stylet - du premier. Et, sans surprise, il confirme la très bonne passe du haut de gamme Samsung depuis 2015.


À PROPOS DE CE TEST :

À l'heure où nous avions publié ce test, Samsung venait de suspendre les livraisons du Galaxy Note 7, en raison de ses problèmes de batteries défectueuses qui ont explosé ou pris feu lors du chargement. Après une première phase de rappel, il apparaît que les téléphones de remplacement posent toujours problème, forçant Samsung à arrêter temporairement la production de son smartphone. Nous avons donc modifié la conclusion du test, et retiré sa note.





L'aboutissement du Galaxy S7 Edge

Le Galaxy Note 7, au premier abord, est un Galaxy S7 Edge aux dimensions plus importantes, mais pas tant que ça. On ne passe finalement que de 5,5 à 5,7 pouces, et la différence entre un Note et ce qu'on considère comme un smartphone « standard » est aujourd'hui beaucoup plus subtile qu'il y a 3 ou 4 ans.

Une chose est sûre : le Galaxy Note 7 est l'aboutissement du design inauguré avec le Galaxy S6, et perfectionné sur les S7. La finition est tout simplement impeccable, et Samsung semble être arrivé au dosage idéal des bords incurvés, en façade comme au dos.

Les chanfreins de la bordure en métal garantissent un minimum d'adhérence de la prise en main. Du très beau travail, auquel on pourra reprocher le côté trop « miroir » du modèle argenté que nous avons eu en test. Pour le reste, même en passant de 5,5 à 5,7 pouces, on conserve l'excellente impression du Galaxy S7 Edge : celle d'utiliser un téléphone plus petit que sa diagonale d'écran le laisse supposer.

0320000008539170-photo-samsung-galaxy-note-7-1.jpg


S'il y a un seul bénéfice de l'écran incurvé, plus que les gadgets logiciels associés, c'est celui là : permettre cette légère réduction de la largeur qui fait toute la différence en main. À côté, l'iPhone 6s Plus, - et vraisemblablement l'iPhone 7 Plus si on en croit les fuites - paraît démesuré, alors que son écran est plus petit ! Le Galaxy Note 7 est enfin le premier de sa gamme à résister à l'immersion dans 1 m d'eau douce, et ce, sans stylet, puisque ce dernier est lui aussi certifié IP68, et que l'on peut même écrire sous l'eau !

0320000008539172-photo-samsung-galaxy-note-7-2.jpg


Le S-Pen n'a pas vraiment changé physiquement par rapport au Note 5 à une exception près : un détrompeur empêche désormais de l'insérer à l'envers, balayant la polémique de son prédécesseur. Il s'éjecte toujours via un bouton poussoir assez pratique quand on se souvient des difficultés à ôter celui du Galaxy Note 4.

0320000008539182-photo-samsung-galaxy-note-7-7.jpg


L'autre nouveauté sur la bordure inférieure, c'est la présence d'un port USB-C. Samsung s'est enfin décidé à passer le cap, et si ça se traduit par la nécessité de commercialiser un nouveau casque Gear VR, on ne s'en plaindra certainement pas : le fait que Samsung adopte l'USB-C poussera un peu plus le Micro USB vers la sortie.

0320000008539180-photo-samsung-galaxy-note-7-6.jpg


Le bouton physique de retour à l'accueil est toujours présent, doublé d'un capteur d'empreinte digitale, et accompagné de deux touches tactiles, inversées par rapport à l'interface Android « stock ».

Comme sur le S7 Edge, l'appareil photo est nettement moins proéminent que sur les générations précédentes. Le capteur de rythme cardiaque est toujours disposé à sa droite, tandis qu'en façade, la webcam est désormais accompagnée d'un scanner d'iris.

Un écran quasi irréprochable

L'écran conserve sa définition QHD, à la densité de pixels donc un peu inférieure à celle du S7 Edge, sans que ce soit perceptible. La technologie Super AMOLED est toujours de mise, et les caractéristiques de la dalle sont semblables. On a longtemps reproché à l'AMOLED ses couleurs peu réalistes, et force est d'admettre que Samsung a énormément travaillé à corriger ce défaut. Une rémanence perceptible lors des défilements continue néanmoins à nous gêner quelque peu.

En revanche, par rapport aux précédents écrans incurvés de Samsung, celui du Note 7 semble adoucir un peu la distorsion sur les bords de l'image, particulièrement sensible lorsqu'on utilise le smartphone en paysage pour la prise de vue, les jeux ou la lecture vidéo.

L'usage de la technologie Super AMOLED assure des contrastes infinis, et surtout une consommation moindre qui permet un affichage « always on » de l'heure, des notifications ou du calendrier.

Interface : une expérience plus simple et cohérente

On a souvent, et à juste titre, taclé Samsung sur son interface Touchwiz pour sa lourdeur, son esthétique contestable et ses multiples fonctionnalités gadgets ou doublons. Reconnaissons que depuis deux ans, le constructeur fait un certain effort pour l'épurer, et le Galaxy Note 7 apporte encore son lot d'ajustements.

012C000008539512-photo-galaxy-note-7-capture.jpg
012C000008539514-photo-galaxy-note-7-capture.jpg


Visuellement bien plus sobre, la nouvelle version de Touchwiz déroutera toujours les puristes de Material Design, sans compter qu'elle nécessite sans doute toujours un travail considérable d'adaptation lors de mises à jour système. Samsung n'est pas Google, ni Motorola, mais on doit tout de même saluer les petites améliorations visuelles telles, qu'elles rendent l'interface beaucoup plus simple et lisible.

0258000008539526-photo-galaxy-note-7-capture.jpg


L'interface est-elle fluide et réactive ? Le Galaxy Note 7 intègre le processeur Exynos 8890, identique aux deux Galaxy S7, et 4 Go de mémoire vive. Dans l'ensemble, lors de notre test, nous n'avons pas rencontré de problème majeur. En le comparant à un autre modèle avec un chronomètre sous les yeux, on pourra certainement trouver des différences, mais est-ce que ça aura un réel impact sur l'usage au quotidien ? Franchement, on en doute !

0258000008539532-photo-galaxy-note-7-capture.jpg


Des doublons, toujours des doublons

En revanche, il y a un point sur lequel Samsung n'a fait aucun effort, c'est sur ses apps doublons. Préinstallés sur le téléphone, on trouve deux navigateurs web, deux kiosques de téléchargement, deux clients mail, des apps préinstallées pour le fitness et la gestion des montres connectées maison dont aucun utilisateur d'Android Wear n'aura l'utilité, et toujours une quantité non négligeable d'apps tierces signées Facebook ou Microsoft. Résultat, entre l'OS, les apps de Samsung et celles de ses partenaires, près de 12 Go sont déjà occupés à la sortie de la boite ! Heureusement, le Note 7 est équipé, en standard, de 64 Go de stockage interne (très bon point !), et intègre un slot MicroSD pour y stocker ses données.

012C000008539518-photo-galaxy-note-7-capture.jpg
012C000008539524-photo-galaxy-note-7-capture.jpg


S-Pen : de nouveaux trucs

Comme pour chaque version du Galaxy Note, le stylet bénéficie de nouvelles fonctionnalités. La plus évidente est son étanchéité : on ne va pas s'amuser très souvent à écrire dans son bain, mais ça signifie également qu'on peut l'utiliser sous une pluie battante. Au passage, le stylet S-Pen gère désormais 4 096 niveaux de pression, contre 2 048 sur les précédents Note.

0320000008539184-photo-samsung-galaxy-note-7-8.jpg


En fait, la plupart des nouveautés sont surtout liées au fait que nous avons sauté une évolution, faute de Note 5 chez nous. Le stylet fonctionne également dans le mode « Always-on » de l'écran. Sans déverrouiller, ni même l'allumer, on peut prendre des notes, avec une consommation minimum de l'écran dont les pixels noirs restent éteints.

Samsung trouve tout de même le moyen de le doter d'une nouvelle application, Samsung Notes, qui vient remplacer, et fusionner S-Note et Memo. L'interface de Samsung Notes est plutôt réussie et on apprécie notamment la sélection des différents types de « pointe », avec une interface proche de la dernière version de Notes sur iOS 9.

Sécurité regardez moi dans les yeux

Samsung vante la sécurisation de son Note 7 qui intègre non seulement un capteur d'empreinte digitale, mais également un scanner d'iris.

Le déverrouillage par lecteur d'iris est peut-être intéressant d'un point de vue sécurité, mais on a du mal à saisir l'avantage par rapport au lecteur d'empreinte, plus réactif et plus prévisible. On sait comment poser son doigt sur un capteur, alors que le déverrouillage via le scanner nécessite souvent un ajustement du téléphone, même si on finit par trouver ses marques.

0320000008539186-photo-samsung-galaxy-note-7-9.jpg


Dans tous les cas, on préférera passer par la reconnaissance digitale : le capteur intégré au bouton de retour à l'accueil est réactif et relativement fiable, même si sa configuration nous a paru plus longue et fastidieuse que sur certains smartphones récents comme le Huawei P9, sans que l'on constate de différence flagrante sur la fiabilité.

Téléphonie et sans fil

Côté sans fil, le Note 7 est à la page avec une prise en charge LTE Cat 12, Wi-Fi ac, Bluetooth 4.2 et NFC. Lors de notre utilisation, nous n'avons eu à déplorer aucun problème de réseau, tandis que la couche téléphonie, fidèle à Samsung, est quasi irréprochable.

Photo et vidéo

Le Galaxy Note 7 ne change pas une formule gagnante, et adopte un appareil photo aux caractéristiques semblables à celles du Galaxy S7. Le capteur 12 mégapixels intègre des photosites de 1,44 µ. Il est associé à une optique 26 mm ouvrant à f:1,7. Une stabilisation optique est de la partie.

En pratique, aucun suspense : les qualités et défauts du S7 se retrouvent dans les images produites par le Note 7. Les « défauts », il faut le dire vite, la qualité des photos est globalement excellente : détaillées, homogènes, et aux couleurs vives.

0320000008539574-photo-galaxy-note-7-photo-exterieur.jpg

0190000008539578-photo-galaxy-note-7-photo-exterieur-detail-2.jpg
0190000008539576-photo-galaxy-note-7-photo-exterieur-detail-1.jpg


On émettra peut-être un bémol sur l'accentuation, qui nous paraît un poil trop prononcée. Mais c'est une question de goût à ce niveau. À titre de comparaison, l'iPhone 6s ou le LG G5 proposent un rendu plus doux.

032A000008539580-photo-galaxy-note-7-photo-scene.jpg

08539582-photo-galaxy-note-7-photo-scene-detail-1.jpg
08539586-photo-galaxy-note-7-photo-scene-detail-2.jpg
08539590-photo-galaxy-note-7-photo-scene-detail-3.jpg


Comme sur les S7, c'est en faible luminosité que le Note 7 montre toute sa force, parvenant à conserver une belle qualité, sans trop de bruit ou de perte de détails. La présence d'une stabilisation optique y est, là encore, pour beaucoup.

08539584-photo-galaxy-note-7-photo-scene-detail-1-low.jpg
08539588-photo-galaxy-note-7-photo-scene-detail-2-low.jpg
08539592-photo-galaxy-note-7-photo-scene-detail-3-low.jpg


Le Note 7 se distingue également par sa réactivité. Les déclenchements sont instantanés, et l'autofocus, aidé par la technologie Focus Pixels, où chaque pixel peut faire de la détection de phase, est d'une réactivité et d'une constance impressionnantes.

La vidéo réalise également un sans faute ou presque. Par défaut, la stabilisation logicielle rogne une bonne partie de l'image. On peut s'en passer et bénéficier malgré tout d'une stabilité correcte et d'un rendu propre et homogène. Comme il est devenu monnaie courante sur le haut de gamme, la capture 4K est de la partie, et offre là encore une qualité tout à fait honorable avec un débit de 48 Mbps.

Même constat pour la webcam 5 mégapixels qui capture des images détaillées et aux couleurs flatteuses : de quoi faire de bons selfies, et tenir la route sur les appels vidéo.

Performances

Les performances du Galaxy Note 7 sont sans surprise pour qui a utilisé un Galaxy S7 ou S7 Edge puisque leur fiche technique est très semblable. Et donc, hormis de petits ralentissements occasionnels constatés dans l'interface, il se comporte de manière relativement fluide et réactive, y compris quand on le pousse un peu dans ses retranchements.

Les performances dans les jeux sont très satisfaisantes dans l'ensemble, sans être complètement exemptes d'accrocs, dont on ne sait jamais trop si elles proviennent du logiciel, du matériel ou de l'absence d'optimisation des jeux. Ça n'est franchement jamais gênant en pratique, en tous cas lors de notre test, nous n'avons jamais rencontré de ralentissement vraiment perturbant.

Benchmark : 586-5892


Benchmark : 586-5894


Sur les benchmarks, le Note 7 se comporte exactement comme on l'attend, c'est à dire dans la cour des derniers haut de gamme. Un peu au dessus sur certains tests, un peu en dessous sur d'autres. Sur PC Mark, notamment, il lève le pied sur le Work Performance Test, comme le Galaxy S7 Edge, d'ailleurs. Quant à la puissance brute des smartphones en Snapdragon 820 (LG G5, HTC 10, OnePlus 3...), elle se remarque sur certains tests graphiques comme 3D Mark, sans que les écarts soient significatifs de toute façon.

Benchmark : 586-5898


Benchmark : 586-5902


Autonomie

L'autonomie était l'inconnue de ce Galaxy Note 7 : on attendait une batterie encore plus volumineuse que celle du Galaxy S7 Edge, et non ! Elle est même de capacité un peu inférieure : 3 500 mAh contre 3 600 mAh.

En pratique, cet écart négligeable n'a aucune conséquence : de 8 heures et 40 minutes sous PC Mark sur le S7 Edge, on passe à 8 heures et 26 minutes. Ce score n'en reste pas moins bien inférieur à celui d'un Huawei Mate 8 qui, dans les mêmes conditions, nous a résisté plus de 11 heures.

Benchmark : 586-5896


En pratique, avec un usage comme téléphone principal, on confirme cette impression. Le Galaxy Note 7 est relativement endurant, sans réellement impressionner ou se détacher de la plupart des autres smartphones haut de gamme. Si pour vous le format « phablette » va de pair avec une autonomie extraordinaire, vous serez un peu sur votre faim.

Notre avis


À PROPOS DE CE TEST :

À l'heure où nous avions publié ce test, Samsung venait de suspendre les livraisons du Galaxy Note 7, en raison de ses problèmes de batteries défectueuses qui ont explosé ou pris feu lors du chargement. Après une première phase de rappel, il est apparu que les téléphones de remplacement posaient toujours problème, forçant Samsung à arrêter la production de son smartphone. Nous avons donc modifié la conclusion du test, et retiré sa note.



Dans l'absolu, le Galaxy Note 7 était censé représenter une forme d'aboutissement pour le constructeur coréen. Le smartphone continue sur la lancée du Galaxy S7 Edge et se distingue par une finition encore supérieure et un effort, léger mais perceptible, sur la clarté et la cohérence de la partie logicielle. Conservant les spécificités de la gamme Note, tout en intégrant les avancées - ou plutôt les reconquêtes - du S7, telles que l'étanchéité, le Galaxy Note 7 aurait tout eu du meilleur smartphone disponible à l'heure actuelle.

Tout cela n'a, malheureusement pour Samsung, plus aucune importance. Le rappel, et le remplacement des composants défectueux a été opéré, et les problèmes subsistent, suffisamment nombreux pour que Samsung arrête la production du Note 7.



Samsung se relèvera sans doute de ce faux pas. Un Galaxy Note 8 verra le jour, et on espère sincèrement que cette fois ci, le constructeur aura pris tout son temps pour le tester, plutôt que d'en accélérer la sortie, si on en croit les témoignages, pour se placer avant son concurrent. En attendant, le seul conseil que l'on vous donnera est de retourner votre Galaxy Note 7 si ça n'est pas déjà fait et, vous l'aurez compris, de vous tourner vers un autre smartphone de choix si vous comptiez en acheter un à son retour dans les rayons, désormais exclus.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Google abandonne son projet Ara, le smartphone modulaire
L'Irlande fait appel et refuse de toucher 13 milliards d’euros d'Apple
Last.fm a aussi été piraté en 2012
Des apps pas chères ou gratuites : notre sélection du 02/09
IDrive Unlimited Mobile Backup à 10$, une fois pour toutes
Des enceintes Philips pour faire la fête : une mini étanche et une 1000 W
TomTom Vio, un GPS dédié aux scooters
PicoBrew : brassez votre propre bière à domicile !
Google remplacerait les Nexus par la gamme Pixel et présenterait un Chromecast 4K
Logitech lance sa nouvelle gamme d'accessoires gaming : Prodigy
Haut de page