Honor 6+ : une bonne phablette de milieu de gamme

Par
Le 01 juillet 2015
 0
Le Honor 6+ était un de nos coups de cœur au dernier MWC. Cette version plus musclée et grand format du Honor 6 reprend la formule gagnante de la marque de Huawei : du bon milieu de gamme à un prix attractif. Un peu mieux fini et plus performant que le Honor 6, le 6+ tente également d'innover avec un intrigant double appareil photo.

Design et ergonomie : Un Honor 6. Un gros.


On le sait, Huawei n'est pas du genre à s'embarrasser de la moindre originalité pour le design de ses smartphones. Le Honor 6+ reprend en fait exactement la formule du Honor 6, c'est-à-dire une sorte d'iPhone qui aurait gardé son dos en verre, avec cette fois-ci une vraie bordure en métal, et non en plastique imitation aluminium brossé.



On aurait aimé, pour la peine, que le Honor 6+ opte pour du « vrai » verre sur le dos. Peine perdue : il s'agit toujours de plastique, et notre exemplaire de test, qui avait visiblement déjà servi, était couvert de rayures. Pas étonnant, vu la facilité avec laquelle on avait abimé le Honor 6.



C'est dommage, car la finition du téléphone, au global, est plutôt réussie : densité appréciable, boutons et trappes de bonne qualité, pas de jeu à déplorer... Manque juste des matériaux un peu moins sensibles à l'usure : quitte à choisir le plastique, un dos mat aurait peut-être été plus indiqué.

Un point qui mettra tout le monde d'accord en revanche, c'est le travail d'optimisation de l'espace occupé par l'écran. Huawei triche toujours un peu avec une légère bordure noire, invisible écran éteint, mais l'encombrement n'est pas démesuré.

Composants : une fiche technique à la Huawei


L'intérieur du Honor 6+ ne surprend pas : on retrouve les choix habituels de Huawei, à savoir un processeur maison conçu par sa filiale HiSilicon, et un écran de qualité qui ne cède pas à la surenchère. La puce qui équipe le smartphone est un Kirin 925, logiquement entre le Kirin 920 du Honor 6, et le nouveau fer de lance du constructeur, le Huawei P8 et son Kirin 930. Le processeur équipait déjà le Huawei Ascend Mate 7.

Les différences entre le 920 et le 925 sont très minimes. Ils sont tous deux composés de 4 cœurs Cortex A7 à 1,3 GHz et 4 cœurs Cortex A15 dont la fréquence varie très peu : 1,7 GHz sur le Kirin 920, et 1,8 GHz sur le Kirin 925. Le GPU est le même dans les deux cas : un Mali T624, compatible Open GL ES 3.0.

00fa000008095762-photo-honor-6-plus-screenshot-15.jpg
00fa000008095764-photo-honor-6-plus-screenshot-16.jpg


Pour l'écran, on apprécie le refus de Huawei de suivre ses concurrents dans la surenchère : la dalle 5,5 pouces n'est « que » Full HD (1 920 x 1 080 pixels), là où le QHD (2 560 x 1 440 pixels) est devenu la définition à la mode. Et franchement, l'avantage est tellement négligeable sur un écran d'aussi petite taille (par rapport à un moniteur ou un téléviseur) que le Full HD suffit amplement pour assurer une lisibilité optimale, d'autant plus que les autres caractéristiques de la dalle sont au top : les couleurs, le contraste, la luminosité, tout est largement au-dessus de la moyenne.

Le Honor 6+ est compatible 4G, avec une nuance importante à préciser : il ne gère pas la bande 800 MHz, la fameuse « fréquence en or » utilisée notamment par Orange et par SFR. Ça ne signifie pas que vous ne capterez pas du tout de 4G avec ces opérateurs, cela veut dire que vous devrez vous contenter de la bande 2 600 MHz, moins performante en intérieur, et surtout, beaucoup moins utilisée par SFR aujourd'hui.

Huawei se rattrape avec une certaine générosité sur le stockage (32 Go en interne et slot microSD), la mémoire vive (3 Go) et la batterie (3 600 mAh).

A l'usage : un iPhone pour power users


Comme tous les smartphones du constructeur, quelle que soit leur marque, le Honor 6+ embarque la ROM EMUI, qui mélange une interface fortement inspirée de iOS à un certain nombre de fonctionnalités intéressantes pour les power users. Une petite déception pour commencer : en juin 2015, le Honor 6+ exécute Android 4.4. En pratique, ça n'est pas bien grave, on a vu avec le Huawei P8 que l'expérience sous Lollipop et EMUI ne change pratiquement rien, quelques effets de transparence mis à part, et Huawei propose de toute façon son propre gestionnaire d'économie d'énergie. Mais on préférerait évidemment avoir un smartphone à jour.

00fa000008095770-photo-honor-6-plus-screenshot-4.jpg
00fa000008095772-photo-honor-6-plus-screenshot-5.jpg


EMUI se passe du menu Applications d'Android : les apps s'ajoutent en grille, aux bureaux successifs, avec un dock persistant, comme sur iPhone, et des icônes affublées d'un rectangle au coin arrondi. C'est peut-être chipoter, mais ça n'est pas toujours heureux, quand certaines apps ne sont pas encore figées avec d'anciens logos obsolètes comme Gmail ou Google Play Musique.

Au delà de ces critiques, qui passeront sans doute à côté de pas mal d'utilisateurs, il faut admettre que EMUI a au moins le mérite de proposer une approche différente de la plupart des surcouches de « gros » constructeur en mettant plutôt l'accent sur des fonctionnalités d'optimisation, et avec quelques idées qu'on aimerait voir ailleurs sur Android.

00fa000008095780-photo-honor-6-plus-screenshot-9.jpg
00fa000008095774-photo-honor-6-plus-screenshot-6.jpg


L'accès d'une app aux notifications est soumis par défaut à l'autorisation de l'utilisateur, comme sur iOS, les apps affichent des alertes en cas de consommation excessive... Bref Huawei se soucie de ceux qui aiment maîtriser leur téléphone et on apprécie !

Photo et vidéo


La photo est le seul domaine ou Honor prétend apporter une certaine originalité avec la présence de deux capteurs au dos de l'appareil. Pour faire de la 3D ? Non, cependant, les deux APN peuvent notamment, sur le papier, réaliser des images HDR de meilleure qualité tandis que Huawei se vante d'une mise au point en 0,1 seconde.

0258000008095830-photo-honor-6-plus-photo-exterieur.jpg

012c000008095834-photo-honor-6-plus-photo-exterieur-detail-2.jpg
012c000008095832-photo-honor-6-plus-photo-exterieur-detail-1.jpg


On sait le constructeur peu avare en déclarations fracassantes pas forcément vérifiées dans les faits, et c'est malheureusement le cas ici : la mise au point est véloce, mais rien de remarquable, tandis que les images bénéficient effectivement d'une belle dynamique, néanmoins, elles gagneraient nettement à être un peu moins lissées.

0258000008095836-photo-honor-6-plus-photo-scene.jpg

012c000008095838-photo-honor-6-plus-photo-scene-detail-1.jpg
012c000008095840-photo-honor-6-plus-photo-scene-detail-2.jpg


En fait, on retrouve sur le Honor 6+ tous les travers des derniers smartphones de Huawei : c'est bon, toutefois, la réalité est encore un cran en dessous des discours marketing.

La qualité des séquences vidéo, elle, est correcte : là encore, on est dans le classique, avec des vidéos 1080p en 30 images par seconde, avec une mesure d'exposition parfois instable, mais une bonne qualité dans l'ensemble.

Performances


On n'a pas encore vu Huawei au sommet de son art sur les performances de ses puces HiSilicon, notamment côté 3D, et ça se vérifie plus ou moins avec le Honor 6+ dont le Kirin 925 obtient des résultats honorables, en retrait cependant par rapport aux haut de gamme des concurrents. C'est tout de même plus sensible sur des démos techniques vraiment gourmandes comme l'Epic Citadel et son moteur Unreal 3.

0258000008095758-photo-honor-6-plus-screenshot-13.jpg


En pratique, sur des jeux tels que Asphalt 7, Modern Combat 5, Batman Arkham Origins ou Mortal Kombat X, on ne peut pas dire que les performances soient mauvaises : c'est généralement plutôt fluide, cependant, les ralentissements, à moins de laisser le processeur en mode Normal (bizarrement nommé : c'est le mode « performances »), sont visibles sur des passages vraiment chargés.

0258000008095760-photo-honor-6-plus-screenshot-14.jpg


Autonomie


Avec une batterie plus que bien dimensionnée (3 600 mAh), le Honor 6+ est effectivement un monstre d'endurance, capable lors de notre usage comme téléphone principal, de s'approcher des deux jours d'utilisation sans recharge.

Il y a néanmoins un bémol à observer : l'écran, lorsqu'on le pousse à un niveau de luminosité assez élevé, consomme beaucoup. On le remarque avec le test de PC Mark qui s'exécute écran allumé en permanence à une luminosité de 200 Cd, simulant un usage standard (bureautique, surf web, lecture vidéo et retouche photo). Dans ces conditions, la batterie tient 4h et 26 minutes, et c'est une heure de moins qu'un Galaxy S6, avec une chauffe assez importante. Il semble donc que dans certains cas de figure, l'endurance du Honor 6+ soit à nuancer (nous n'avions pas cette donnée lors de la réalisation du vidéo test).

Notre avis


Comme le Honor 6, le 6+ est une bonne surprise qui confirme le dynamisme de Huawei, que ce soit sous la marque Honor ou sous sa propre marque. Le constructeur chinois enchaine les smartphones de bonne qualité, et le Honor 6+ respecte la tendance, sans surprise puisqu'il s'agit à peu de choses près d'une déclinaison du Huawei Ascend Mate 7.

01f4000008095818-photo-honor-6-blanc.jpg


Et comme ce dernier, c'est un bon choix pour qui cherche un smartphone endurant (dans toutes les situations ?) et relativement performant au format « phablette », d'autant plus que son prix de 399 euros reste relativement abordable. On regrette toutefois la partie photo, finalement loin des promesses initiales, et l'usage de matériaux très faciles à rayer au dos. Attention également à l'incompatibilité avec la bande 800 MHz pour la 4G qui pourra vous poser problème. Un bon smartphone grand format, donc, mais pas exempt de défauts.

Honor 6+

Les plus
+ Très bel écran
+ Batterie de grande capacité
+ De bonnes idées dans la surcouche
Les moins
- Dos sensible aux rayures
- Chauffe dans les tâches intensives
- Pas de 4G en 800 MHz
Finition
Ergonomie
Autonomie
Puissance
Interface
3


Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Smartphone Android

scroll top