Wiko Iggy en test : un smartphone qui se la joue pop

21 février 2014 à 20h06
0
Destiné à l'entrée de gamme, le Wiko Iggy reprend en fait la plupart des caractéristiques du Cink Peax pour les proposer à prix plancher, avec un design coloré. Du low cost sans trop de compromis ?

Un gros Galaxy S3 avec un petit écran

Dire que le design du Wiko Iggy est sans originalité est un pléonasme : dans sa version argentée, que nous avons testée, il ressemble à une pale copie d'un smartphone Samsung, une sorte de Galaxy S3 en plus épais. Les versions colorées ont l'air un peu plus sympathiques, mais dans tous les cas, la coque est beaucoup trop épaisse et volumineuse pour l'écran de 4,5 pouces du smartphone. Pas vraiment aussi svelte qu'Iggy Pop dans ses grandes heures...



Malgré ce manque flagrant d'élégance, on ne peut pas dire que le Iggy soit si mal fini. Les matériaux utilisés sont quelconques, mais semblent suffisamment robustes et bien assemblés : pas de jeu ou de craquement particulièrement gênant à constater. Un détail de notre exemplaire fait tache, cependant : l'écran n'est pas tout à fait droit !

Le dos en plastique est amovible et révèle une batterie, 2 slots SIM au format standard et un slot Micro SD, d'ailleurs pas très facile d'accès sans ôter la batterie.

Pour ce qui est des boutons, Wiko opte comme d'habitude pour 3 touches tactiles au bas de l'appareil.

Composants : pas trop « Raw Power »

Le Wiko Iggy intègre un processeur Mediatek MT6572 composé de 2 cœurs Cortex A7 cadencés à 1,3 GHz, et d'un circuit graphique Mali 400MP. Le choix du Cortex A7 est intéressant, au moins sur le papier, en terme de consommation.

Doter un smartphone d'entrée de gamme d'un écran digne de ce nom n'est pas forcément chose facile, et Wiko semble avoir visé juste avec une dalle IPS de 4,5 pouces, à la définition pas franchement impressionnante (960x540 pixels), mais au rendu très agréable et relativement lisible. En revanche, l'écran est très éloigné du verre, et il scintille fréquemment.

00FA000007182796-photo-screenshot-2014-02-21-17-30-40.jpg
00FA000007182798-photo-screenshot-2014-02-21-17-30-44.jpg


Sans surprise, le stockage et la mémoire vive ont souffert de sacrifices importants : le Iggy intègre 4 Go de mémoire Flash, dont la moitié seulement est réellement exploitable, et 512 Mo de mémoire vive. On pourra heureusement étendre le stockage via le slot Micro SD, et ce sera même obligatoire, si on veut utiliser le smartphone pour autre chose que passer des appels et surfer sur le web.

Le modem gère le HSDPA jusqu'à 21 Mbps, le Wi-Fi est compatible B,G et N, et le circuit Bluetooth en version 4.0. La puce GPS nous a semblé réaliser son fix sans aucun retard anormal.

À l'usage : « No Fun ? »

Le Wiko Iggy souffre de ses choix de composants sur quelques points. Commençons par le positif : l'écran est plutôt agréable, suffisamment lumineux, et bénéficiant d'angles de vision supérieurs à d'autres smartphones dans ce segment « très low cost ».

00FA000007182782-photo-screenshot-2014-02-21-17-20-20.jpg
00FA000007182784-photo-screenshot-2014-02-21-17-20-38.jpg


On note également une fluidité assez correcte pour ce qui est de l'interface et la navigation web : on a vu mieux, mais également bien pire.

00FA000007182788-photo-screenshot-2014-02-21-17-21-26.jpg
00FA000007182790-photo-screenshot-2014-02-21-17-21-33.jpg


En revanche, il ne faudra pas être trop exigeant sur le multimédia et les jeux. Lors de nos tests de lecture vidéo, on a pu remarquer quelques saccades sur des scènes d'action que l'on n'avait pas rencontrées depuis les premiers Wiko.

Pour ce qui est des jeux, l'expérience est variable : pour jouer à Flappy Bird ou Candy Crush, c'est parfait ! Pour la plupart des jeux 3D pas trop lourds, ça passe. En revanche, il ne faudra pas compter sur le Wiko Iggy pour se lancer dans une partie de Real Racing 3 : la puce graphique ne tient pas la distance.

01F4000007182792-photo-screenshot-2014-02-21-17-24-24.jpg


Photo et vidéo

L'appareil photo du Wiko Iggy intègre un capteur 5 Mégapixels, et ouvre à f:2 avec une focale réelle de 3,5 mm.

0258000007182858-photo-wiko-iggy-photo-scene.jpg

012C000007182860-photo-wiko-iggy-photo-scene-detail-1.jpg
012C000007182864-photo-wiko-iggy-photo-scene-detail-2.jpg


En pratique, on aurait pu s'attendre à pire : le Iggy s'en tire plutôt bien pour un smartphone à 129 euros. La colorimétrie est relativement fidèle, et les images assez précises bien que manquant d'homogénéité.

La mise au point est efficace, et la montée à 400 ISO ne provoque pas trop de bruit chromatique supplémentaire... Par rapport à un 100 ISO déjà bien lissé.

012C000007182862-photo-wiko-iggy-photo-scene-detail-1-400-iso.jpg
012C000007182866-photo-wiko-iggy-photo-scene-detail-2-400-iso.jpg


Côté vidéo, on reprochera essentiellement la tendance qu'à l'autofocus à sauter de manière abrupte. Hormis ce défaut, les images produites sont plutôt nettes.



Performances

Avec sa puce double cœur, le Wiko Iggy est forcément en retrait par rapport à des smartphones quadri cœurs de plus en plus nombreux dans une gamme de prix pas beaucoup plus élevée.

Benchmark : 324-3682


Ça se remarque sur les tests CPU, mais surtout sur la partie graphique ou la puce peine à générer des images fluides sur des séquences trop gourmandes en ressources.

Benchmark : 324-3692


Autonomie en vidéo

Pour évaluer l'autonomie en vidéo du Wiko Iggy, nous lisons une vidéo H264 720p avec le lecteur par défaut, jusqu'à extinction de la batterie. L'écran est à son réglage maximal, le son à 50%, le Wi-Fi activé et le Bluetooth désactivé.

Benchmark : 324-3688


On a pu remarquer une tendance de la batterie à descendre assez vite dès que l'on utilise l'écran sur une période prolongée. Ça se confirme avec ce test : le Wiko Iggy atteint péniblement les 3 heures de lectures continues, ce qui est insuffisant pour un usage plus qu'occasionnel. Dans un contexte plus courant (web, mails, appels...), on tiendra en revanche une bonne dizaine d'heures : c'est vraiment l'utilisation intensive de l'écran à une forte luminosité qui semble en cause ici.

Conclusion

Le Wiko Iggy n'est pas un mauvais smartphone, mais il ne faut pas être trop exigeant : le design sans imagination est plutôt encombrant pour un 4,5 pouces, les performances sont tout juste suffisantes pour une expérience agréable, et assez limitées dès que l'on veut jouer à autre chose qu'à des jeux légers, et l'appareil photo ne fait pas de miracle.

On appréciera tout de même la présence d'un écran IPS assez lisible, même si sa définition n'est pas extraordinaire. Malheureusement, celui-ci semble mettre à mal l'autonomie : la batterie descend très rapidement lorsqu'on l'utilise de manière intensive. Pour 129 euros, on ne peut pas en attendre beaucoup plus, mais l'écart de prix est finalement assez limité par rapport à des modèles un peu plus performants.

Wiko : découvrez des offres à bas prix sur notre comparateur de prix !

Wiko Iggy

Les plus
+ Ecran IPS lisible
+ Double SIM
+ Prix très abordable
Les moins
- Trop encombrant pour la taille d'écran
- Performances moyennes
- Autonomie réduite
- Stockage interne ridicule
Fonctionnalités
Finition
Ergonomie
Autonomie
Performances
2
Modifié le 17/09/2018 à 10h52
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
OVNI : l'US Navy avoue (enfin) avoir filmé des objets aériens non identifiés
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
iPhone 11 / 11 Pro : les premiers tests sont en ligne, 2019 est-il un bon cru ?
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring
Analogue présente un DAC audio/vidéo pour brancher vos vieilles consoles sur une TV moderne

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top