HTC Sense 4 : la nouvelle surcouche passée au crible

Introduction

Depuis Windows Mobile 6.0, HTC dote ses terminaux d'une surcouche propriétaire. Anciennement connue sous le nom de « TouchFLO », l'interface pris le nom de « Sense » lors de son passage sur Android (HTC Hero). La version estampillée 4.0 qui accompagne les nouveaux terminaux Android Ice Cream Sandwich apporte plusieurs nouveautés majeures. Pour connaitre les forces et les faiblesses de ce nouveau Sense, nous vous proposons ce tour d'horizon.

01F4000005149100-photo-test-htc-sense-4.jpg

Esthétique et ergonomie (+ vidéo)



Bureaux et Widgets

Même si Ice Cream Sandwich propose une refonte en profondeur de l'interface d'Android, HTC Sense 4 se présente davantage comme une évolution dans la continuité de Sense 3.X, même plus discrète sur certains points. Sur les bureaux, le carrousel 3D tape-à-l'œil que l'on pouvait faire défiler à toute vitesse en donnant une impulsion tactile rapide cède sa place à un simple effet de perspective.

La surcouche intègre malgré tout plusieurs nouveautés d'Android 4. Il est ainsi possible de créer des dossiers d'applications sur chacun des bureaux virtuels. Le dock quant à lui, ne subit pas de changement majeur par rapport à la version standard d'ICS. Deux raccourcis personnalisables peuvent être placés de part et d'autre de la touche centrale permettant d'accéder à l'ensemble des applications.

00C8000005147364-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147366-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147372-photo-test-htc-sense-4.jpg
Exit au carrousel : l'effet de transition des bureaux est plus discret. À droite : gestion des Widgets


Sense 4 propose toujours un maximum de 7 bureaux virtuels. Pour basculer de l'un à l'autre plus rapidement, ou pour obtenir une vue d'ensemble des bureaux, il faut pincer l'écran d'accueil avec deux doigts, ou actionner deux fois la touche « Home » (voir photos d'écran ci-dessous). Depuis cet affichage, on peut réorganiser l'ensemble des panneaux (ajout, suppression, modification de l'ordre). Le bureau d'accueil principal est symbolisé par l'icône « Home ».

Pour agrémenter ces différents bureaux, HTC propose pas moins de 25 Widgets propriétaires qui viennent compléter ceux nativement proposés par Android. Dans le lot, on retrouvera évidemment la fameuse horloge dotée d'un module météo dont la surface occupe la moitié de l'écran, le module Friend Stream (flux provenant des réseaux sociaux), le lecteur audio enrichi, les planches de photo ou de contacts ainsi que le gestionnaire de communications.

Contrairement à Ice Cream Sandwich qui propose un accès aux Widgets depuis le menu des applications, HTC Sense 4 reprend les mécanismes de fonctionnement d'Honeycomb (Android 3.0), le premier OS tablette de Google. Pour faire apparaître le gestionnaire de widgets, il faut effectuer un appui prolongé sur une portion inoccupée du bureau. Une fois ce dernier affiché, il suffit de faire glisser les Widgets désirés vers le bureau de son choix.

00C8000005147376-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147378-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147380-photo-test-htc-sense-4.jpg
De gauche à droite : positionnement d'un Widget sur le bureau, nombreux Widgets HTC, Widget Photo


Menu des programmes

Exit donc les Widgets, avec Sense 4, le menu des programmes se cantonne... aux programmes. Étrangement, HTC abandonne également l'effet visuel « zoom & slide » plutôt réussi qui est proposé avec la version native d'ICS. Ici, les panneaux regroupant les icônes d'applications classées par ordre alphabétique défilent horizontalement, sans fioritures visuelles particulières. Au rang des bonnes idées, HTC ajoute tout de même une sorte d'équivalent à la recherche SpotLight dans iOS. La touche « recherche » permet de filtrer les applications en saisissant une chaine de caractères.

Viennent ensuite les trois onglets « Tous », « Téléchargements » et « Fréquents » implantés sur la base de l'écran. Ces derniers offrent une seconde possibilité de filtrage. La touche « modifier les onglets » (disponible depuis le menu, voir photo) permet de changer l'ordre de ces commandes, ou de supprimer les touches « Tous » et/ou « Téléchargements ».

00C8000005147382-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147384-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147386-photo-test-htc-sense-4.jpg
Menu des applications et personnalisation des filtres


Personnalisation de l'interface

Sur Sense 3, on pouvait accéder au volet de personnalisation en actionnant une touche prévue à cet effet depuis l'écran d'accueil. Désormais, ces options ont été regroupées au sein d'un menu dédié dans les paramètres. Si les rubriques (Thème, Fond d'écran, etc.) ne révolutionnent pas le genre par rapport à Sense 3.X, on note tout de même que les skins et autres papiers peints ont été retravaillés.

00C8000005147388-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147390-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147392-photo-test-htc-sense-4.jpg
Nouveaux thèmes, skins et papiers peints. Les designers d'HTC ont fait un travail remarquable.


Pour finir, HTC propose 8 écrans de verrouillages différents, pour la plupart hérités de Sense 3.x. Affichage d'un album photo, de la météo, des cours de la bourse ou des dernières notifications. Les utilisateurs auront l'embarras du choix.

De plus, les icônes de lancement rapide que l'on peut faire glisser au centre d'un anneau pour démarrer une tâche tout en déverrouillant le mobile sont toujours de la partie. Désormais, ces raccourcis demeurent identiques à ceux du « dock » de l'écran d'accueil d'Android. Ce changement en entraine un autre : on peut cette fois ouvrir un dossier d'applications pendant le déverrouillage ! Le procédé nécessite toutefois une manipulation supplémentaire, ce qui diminue l'intérêt du « déverrouiller-exécuter ».

00C8000005147494-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147496-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147500-photo-test-htc-sense-4.jpg
Déverrouillage avec lancement d'un programme : désormais possible avec les dossiers d'applications.


Si les évolutions semblent être timides, HTC ajoute tout de même deux nouveaux écrans de verrouillage pratiques. « Productivité » - transfuge de l'écran « Today » de Windows Mobile - affiche l'ensemble des dernières notifications téléphoniques, SMS, email et agenda. « Contacts » affiche un damier de contacts, ce qui permet d'effectuer des numérotations rapides.

00C8000005147502-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147504-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147506-photo-device-2012-05-02-111156.jpg
Les écrans de verrouillage : photo, productivité, flux d'amis


Le volet de notifications

Le volet de notifications ne bouleverse pas la donne par rapport à ICS. HTC pousse les icônes « Effacer » et « Paramètres » sur le coin droit de l'écran. Leur nom en toutes lettres a également été ajouté sous le pictogramme pour gagner en clarté. De plus, les différentes notifications sont cette fois regroupées au sein de catégories séparées par de larges barres horizontales (En cours, Notifications, voir photos ci-dessous). En revanche, HTC fait l'impasse sur les raccourcis permettant d'activer ou désactiver les interfaces Wi-Fi, Bluetooth, GPS, etc. (ComManager).

00C8000005147508-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147510-photo-test-htc-sense-4.jpg
00D2000005147512-photo-test-htc-sense-4.jpg
Volet de notifications de Sense, accès depuis l'écran de verrouillage. À droite : en version Android native.


Un gestionnaire de tâches revu

Ice Cream Sandwich apporte enfin un gestionnaire de tâches digne de ce nom à Android. Cela n'a pas empêché les designers d'HTC de proposer leur propre gestionnaire. Avec Sense 4, le « task manager » s'approche plus de celui qui équipe Windows Phone (7.5) ou feu Web OS (système de cartes). Ici, les vignettes de prévisualisation en perspective sont alignées horizontalement au sein d'une interface qui n'est pas sans rappeler le Cover Flow d'Apple. Pour fermer un programme, il suffit de faire glisser une vignette vers le haut de l'écran. Le principe n'est pas très différent de ce que propose ICS en version standard, mais cette approche semble tout de même moins lisible.

00C8000005147516-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147520-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005147522-photo-test-htc-sense-4.jpg
Gestionnaire de tâches revu. À droite, le même sous ICS natif

Multimedia et navigation Web

Une couche photo aboutie

Sense 4 revoit la couche multimédia en profondeur. Du lecteur audio au lecteur photo en passant par la couche APN, HTC imprime sa marque. Désigné sous le nom d'« Image Sense » par HTC, la couche photo est probablement celle qui bénéficie du plus grand nombre d'améliorations. Tout d'abord, HTC nous dispense d'une action intermédiaire lorsqu'on souhaite passer du mode photo au mode vidéo : deux commandes distinctes (diaphragme pour la photo, icône symbolisant une caméra pour la vidéo) sont directement accessibles depuis l'interface.

000000FA05148944-photo-test-htc-sense-4.jpg
000000FA05148946-photo-test-htc-sense-4.jpg
Image Sense : une couche photo particulièrement complète.


Au-dessus de ces deux touches, on trouve un bouton permettant d'accéder à une quinzaine de filtres (sépia, vintage, etc., voir diaporama ci-dessous). À noter toutefois que ces effets ne sont pas disponibles en mode vidéo.

Mono
Bleu vert
HDR
Négatif
Sepia
Niveaux de gris
Vintage
Vintage chaud
Distorsion
Points


De nombreux filtres pour le mode photo.


Du côté des options annexes, HTC ne fait pas dans la demi-mesure : détecteur de sourire, de visages, Panorama, HDR, géotagging, retardateur, transfert automatique sur Facebook ou Flickr, gestion manuelle des paramètres de l'APN...

00C8000005148948-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005148950-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005148952-photo-test-htc-sense-4.jpg
Options de la couche photo : l'embarras du choix.


Image Sense conserve également une fonctionnalité dont profitait déjà le Galaxy Nexus (Android natif) : le déclenchement de photos en rafales en appuyant rapidement de façon successive sur la touche de prise de vue. Dans ce cas, l'autofocus se désactive pour gagner en rapidité.

0226000005148954-photo-test-htc-sense-4.jpg
VideoPic : la touche photo (bouton vert) reste disponible pendant la capture ou la lecture de vidéos


Mieux encore, une fonction exclusive nommée « VideoPic » permet de prendre des photos (lentement, ou en rafale) pendant la capture d'une vidéo. La touche de déclenchement des photos reste également disponible lors de la lecture d'une vidéo via la galerie d'Android. Il fallait y penser. Enfin, HTC propose un système de verrouillage des commandes du lecteur vidéo basé sur le principe du glissé d'anneau cher à la marque.

0226000005149668-photo-device-2012-05-07-113859.jpg
Verrouillage du lecteur vidéo


Le lecteur audio

Outre une refonte visuelle du lecteur audio, on note surtout la présence de nombreux effets. Sense 4 marque le retour des 8 profils (classique, dance, chaleur, etc.) qui avaient été sacrifié au profit d'un unique mode Beats avec la couche Sense 3.5 du Sensation XL (voir notre test). Autre différence : Sense 4 n'est pas équipé d'un, mais de quatre effets Beats Audio distincts. Dans le lot, le mode iBeats / urBeats se montre nettement plus convaincant que sur Sensation XL. Ce dernier booste les basses, mais la modification du spectre acoustique ne s'effectue pas au détriment des médiums et des aigus.

00C8000005148956-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005148978-photo-device-2012-05-02-151316.jpg
00C8000005148966-photo-test-htc-sense-4.jpg
Un lecteur audio abouti souvent accompagné d'un Tuner FM


À l'instar de Sense 3.x, cette quatrième mouture apporte le support du DLNA avec l'audio et la vidéo. Moyennant la présence d'équipements compatibles (Téléviseur HD, ordinateur, boitier multimédia HD, etc.), il est possible de streamer des flux multimédias via Wi-Fi.

Pour compléter ces fonctionnalités, HTC a intégré trois applications annexes que l'on pouvait déjà se procurer via le Play Store (ex Android Market) : SoundHound, une alternative à Shazam, le kiosque de téléchargement 7Digital, et TuneIn Radio, l'une des toutes meilleures applications de radio Web disponible sur Android, si ce n'est la meilleure.

00C8000005148962-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005148964-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005148960-photo-test-htc-sense-4.jpg
DLNA, intégration d'applications annexes.


HTC Watch : un kiosque vidéo

HTC Watch est un service de vente et de location de vidéo. À l'heure actuelle, on trouve 500 films en français. Toutefois, on note que les deux options ne sont pas systématiquement proposées. Pour de nombreux titres, HTC Watch propose uniquement une option d'achat. En général, les prix sont compris entre 0.05 (promotion) et 4 euros en location. Pour acheter un film de façon définitive, il faut dépenser une somme comprise entre 9 et 14 euros en achat.

Les fichiers téléchargés sur Watch ont une résolution de 960x540 pixels, sont encodés en H264 (24 i/s) et sont protégés par des DRM. Le taux d'échantillonnage moyen est de 1 300 kb/s (compter environ 1 Go par film).

00C8000005148972-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005148974-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005148976-photo-test-htc-sense-4.jpg
HTC Watch


Concernant les DRM, HTC précise qu'il est possible de synchroniser une vidéo achetée avec 5 périphériques HTC (avec la possibilité de libérer une place tous les 120 jours). Pour les titres loués, tant que la lecture n'a pas commencé, il est également possible de choisir l'appareil sur lequel on souhaite visionner le film.

À noter que la présence de DRM n'empêche pas la lecture des vidéos sur un écran HD en utilisant la sortie MHL (voir chapitre suivant). La résolution sera alors supérieure à celle d'un DVD NTSC, mais inférieure à celle d'un DVD PAL (576 lignes de haut contre 540 pour les vidéos Watch).

Navigation Web

Le navigateur Web subit quelques petites retouches esthétiques et pratiques. Premier changement et non des moindres : le gestionnaire d'onglets s'offre une seconde jeunesse. À l'instar du gestionnaire de tâches, HTC a préféré organiser les vignettes de prévisualisation horizontalement. En revanche, si le principe semble inchangé, HTC introduit tout de même une limitation qui risque de faire grincer des dents : il est impossible d'ouvrir plus de 6 onglets simultanément. Par rapport à Sense 3.X, on note également la fin de l'accès au gestionnaire d'onglets par « pinch-to-zoom » sur une page Web. Une décision louable dans la mesure où l'on déclenchait souvent cette action sans le vouloir.

00C8000005148932-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005148934-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005148936-photo-test-htc-sense-4.jpg
De gauche à droite : gestionnaire d'onglet d'ICS classique, le même sous Sense 4, menu d'accès rapide aux options.


Autre point positif : il est inutile d'ouvrir la page des paramètres du navigateur pour activer le plug-in flash (Adobe), ou pour basculer sur mode « navigateurs du bureau ». Les options principales restent toujours à portée de main, ces dernières étant directement intégrées dans la barre de menu de l'application.

Pour un accès encore plus direct, il est possible d'activer les « commandes rapides » (rubrique labs) déjà présentes sous ICS. Pour ce faire, il faut glisser son index des bords vers le centre de l'écran (depuis la gauche ou la droite) pour faire apparaitre un menu bleu en forme de demi-cercle. Ce dernier permet d'ouvrir une nouvelle page, d'accéder à l'onglet de son choix, au gestionnaire de favoris ou à la barre d'adresse d'un simple geste du doigt.

00C8000005148938-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005148940-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005148942-photo-test-htc-sense-4.jpg
Fonction « ajouter a », gestionnaire de favoris, fonction « commandes rapides » (labs).


HTC conserve également la possibilité d'imprimer des pages via Wi-Fi (déjà présente sur Sense). Enfin, via la fonction « ajouter à », on peut rapidement créer un favori, ajouter un raccourci sur l'écran d'accueil, ou enregistrer la page dans la « liste de lecture » pour la parcourir hors ligne.

Sense 4.0 : le côté obscur de la force

Sense 4 présente de nombreuses qualités. Pour autant, cela ne doit pas nous faire oublier que tout n'est pas encore parfait. En guise d'antithèse, nous aborderons l'ensemble des points perfectibles. Certains d'entre eux seront peut-être jugés futiles par les inconditionnels de la marque. D'autres balayeront l'argumentaire en indiquant à raison la possibilité de contourner ces petites faiblesses en installant une application tierce. Malgré tout, voici les principaux reproches que l'on peut adresser à ce nouveau Sense.

Multimédia et esthétique

En premier lieu, même si cela est parfois intimement lié aux capacités de décompression matérielle du SoC (System on a Chip), force est de constater que Sense n'est pas encore synonyme de compatibilité absolue avec les différents codecs vidéo couramment utilisés. Une certification Divx pourrait éviter ces désagréments. Certes, on pourrait pointer du doigt la problématique de l'impact sur le prix final des produits. Ce choix a pourtant été fait par Samsung depuis feu Windows Mobile (Player Addict), y compris sur l'entrée de gamme smartphone (gamme Wave par exemple). De plus, si la compatibilité vidéo étendue était déjà appréciable à l'époque, elle prend désormais tout son sens à l'heure des solutions DLNA et des connectiques micro HDMI ou MHL.

00C8000005149068-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005149070-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005149072-photo-test-htc-sense-4.jpg
Soucis de compatibilité vidéo, l'égaliseur audio complet d'ICS disparais sur Sense


Concernant l'audio cette fois, la présence de nombreux profils apporte un plus indéniable (mention spéciale pour les réglages Beats). Toutefois, il est dommage que l'égaliseur complet d'ICS soit gommé par Sense 4. Tous les utilisateurs n'auront pas forcément l'usage de cette fonctionnalité, mais il est toujours regrettable de voir disparaître des fonctions présentes nativement sur Android.

00C8000005149074-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005149076-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005149078-photo-test-htc-sense-4.jpg
Transition du menu des applications sous ICS Vanilla, puis sur Sense 4. À gauche : impossible d'ajouter une image de fond dans le menu des applications.


Passons cette fois à l'aspect visuel. Cette version estampillée 4.0 joue avant tout la carte de la sobriété. Si cette constatation s'apparente plutôt à une qualité, on aurait tout de même apprécié de retrouver quelques-uns des nombreux effets visuels sympathiques dont était saupoudré ICS. Ici, le menu d'applications est privé de ses effets 3D et de son effet de transitions « slide & zoom» particulier. HTC n'a pas non plus jugé utile d'ajouter une image de fond dans ce même menu, conservant ce côté un brin austère qui nous replonge quelques années en arrière au temps d'iOS 3.

Les surcouches en questions

Ces choix esthétiques relèvent d'une affaire de goût ? Oui, mais au-delà de cela, l'ensemble des surcouches proposées par les différents constructeurs posent une interrogation. À l'avenir, sera-t-il possible de disposer de terminaux équipés d'une version native d'Android ? Cette question qui ne se posait pas vraiment avec l'interface vieillissant Gingerbread (Android 2.3) est plus que jamais d'actualité depuis la sortie d'Ice Cream Sandwich. Ce nouvel OS nomade marque un réel tournant en apportant la maturité qui manquait peut-être à Android dans ce domaine, Google ayant fait de gros efforts pour rendre son interface plus belle et plus intuitive.

Aujourd'hui, en dehors du cas particulier Galaxy Nexus, la quasi-totalité des terminaux sont équipés d'une surcouche. De HTC à Sony en passant par Samsung et Motorola, ICS, dans sa version de base, est systématiquement maquillé par les principaux acteurs du marché.

0000015E05149080-photo-test-htc-sense-4.jpg
0000015E05149082-photo-test-htc-sense-4.jpg
0000015E05149084-photo-test-htc-sense-4.jpg
Surcouches Samsung, Sony et Motorola


Rappelons qu'historiquement, l'ancêtre de Sense (TouchFLO, HTC Touch) est né pour combler les déficits d'ergonomie (euphémisme) des anciens terminaux Windows Mobile. Dans une moindre mesure, ce besoin se faisait toujours sentir avec les premières moutures du système d'exploitation de Google. Quatre ans et demi après la sortie du Google G1, la donne a radicalement changé avec ICS.

0000013605149086-photo-test-htc-sense-4.jpg
0000013605149088-photo-test-htc-sense-4.jpg
0000013605149090-photo-test-htc-sense-4.jpg
Evolution de Sense : TouchFLO, Sense (HTC Hero), HTC Sense 3 (HTC Sensation)


De plus, au-delà des problématiques liées à Sense et à ICS, les surcouches auront toujours des détracteurs. Tantôt critiquées pour leur lourdeur, tantôt pour leur esthétique ou leur ergonomie discutable, elles ne font pas toujours l'unanimité. De ce constat émane une nouvelle critique. Même si l'idée peut paraitre saugrenue au premier abord, pourquoi ne pas laisser le choix de l'utilisation (ou non) d'une interface comme Sense ? Certes, on peut remplacer l'interface graphique de Sense en installant Launcher Pro (par exemple). Toutefois, même dans ce cas, on ne parvient pas à désactiver totalement la surcouche d'HTC. Sense demeure indissociable des terminaux HTC (hors root et flashage de ROM custom).

Compromis entre esthétique et pratique

Puisqu'on parle d'ergonomie, on peut aussi évoquer les choix esthétiques qui s'effectuent parfois au détriment de la pratique. Le gestionnaire de taches de Sense 4 est réussi sur le plan visuel, mais l'affichage vertical d'ICS offrait une meilleure vue d'ensemble des programmes en cours d'exécution. Même remarque concernant le gestionnaire d'onglets du navigateur qui s'avère plus lisible sur Ice Cream Sandwich, et qui se voit bridé à un maximum de 6 onglets pouvant être ouverts simultanément.

Dernière remarque concernant le gestionnaire de tâches : la présence d'une commande « tout fermer », souvent utilisée par les amateurs d'Advanced Task Killer, aurait apporté un plus.

00C8000005149092-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005149094-photo-test-htc-sense-4.jpg
00C8000005149096-photo-test-htc-sense-4.jpg
Gestionnaire de tâches natif d'ICS, le même sous Sense 4. À droite : gestionnaire d'onglets sous ICS.

Conclusion

00BE000005149098-photo-test-htc-sense-4.jpg
Avec Sense 4, la surcouche d'HTC entre dans une nouvelle phase. Même s'il ne s'agit pas d'une révolution par rapport à la mouture précédente, cette nouvelle interface gagne en maturité et en sobriété sans faire de concessions pour autant. On retrouve toujours une pléthore de Widgets utiles au quotidien. Sur le plan esthétique et ergonomique cette fois, HTC a su conserver sa patte tout en conservant une excellente finition.

L'avancée la plus significative est sans conteste la couche logicielle consacrée à l'APN (photo et vidéo) qui effectue un véritable bond en avant. Mode rafales intelligent, nombreux filtres vidéo, options en pagailles, touche de déclenchement photo qui reste disponible pendant la capture vidéo... HTC a réussi son pari sur ce point.

À tout cela s'ajoutent les améliorations liées au son et à la diffusion multimédia en continu (Dlna), toujours bonnes à prendre.

Au rang des déceptions, on aurait en revanche apprécié que Sense 4.0 apporte une compatibilité vidéo accrue. Un oubli regrettable à une époque où certains concurrents Android tels que Samsung font des efforts pour combler cette lacune.

Enfin, les détracteurs des surcouches en général pointeront du doigt l'éventuelle lourdeur de Sense ainsi que l'impossibilité de désactiver l'interface. Dans les faits, on ne constate pas de pertes de performances palpables sur One X et One S. Malgré tout, les mobinautes qui apprécient le travail qui a été réalisé par Mathias Duarte et ses équipes sur l'interface d'ICS auraient tout de même apprécié de pouvoir revenir à l'original.

Quoi qu'il en soit, Sense 4 reste un atout des smartphones HTC, aussi bien pour les habitués de la marque que pour les néophytes qui bénéficieront d'une interface cohérente et bien finie.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Microsoft Research présente MirageTable
Catalyst 12.4a : un hotfix dédié à Diablo III
Nokia lance son application pour livres électroniques
Pirate Pay : les ayants droit sabotent BitTorrent
WharleShark Media rachète Miwim : Bons-de-Reduction.com et Poulpeo.com
Loewe dément la rumeur de son rachat par Apple (màj)
Le navigateur Maxthon débarque sur le PlayBook
Cartographie : pour iOS 6, Apple utiliserait ses propres cartes
A son tour, LinkedIn s'invite sur Windows Phone
Spotify : radios à partir d'une playlist et partage amélioré
Haut de page