Test du Desire Z : le clavier physique de retour chez HTC !

17 décembre 2010 à 10h20
0
8

Test du HTC Desire Z

HTC revient à ses premières amours (HTC Dream) en proposant un nouveau mobile Android doté d'un clavier physique articulé. Depuis la sortie du premier Google Phone en France qui remonte à vingt mois (déjà), de l'eau a coulé sous les ponts. Le système passe en version 2.2, la couche « HTC sense » a fait son apparition et la plate-forme matérielle bénéficie des avancées de Qualcomm en matière de puissance processeur. L'appareil est-il en mesure de combler les fans d'Android amateurs de clavier physique ? La réponse à l'issue de ce test !

01F4000003816606-photo-desirez-front-open-fra-horizontalfs.jpg


Remarque:

Les Desire Z et Desire HD sont équipés de la même surcouche « HTC Sense ». Quelques rubriques de cet article reprennent donc les points que nous avons évoqués à l'occasion du test du Desire HD. Toutefois, nous avons bien pris le soin de préciser les différences qui séparent les deux modèles sur le plan logiciel.


Sommaire




Vidéo de présentation





Présentation photo du Desire Z


À première vue, le Desire Z conserve les mensurations du premier HTC Desire. Clavier physique oblige, l'appareil est juste un peu plus épais que son illustre prédécesseur. Dans l'ensemble, la finition est conforme à ce que l'on a l'habitude de voir chez HTC : elle est quasi irréprochable. L'écran est cerclé de métal brossé. Ce matériau recouvre également la partie arrière du terminal. Pour accéder aux emplacements batterie, SIM ou Micro SD, il faut déposer ce petit couvercle en actionnant un loquet situé sur la tranche. Le reste de la coque est constituée d'un plastique recouvert d'une surface « peau de pêche » gris métallisé qui confère un aspect précieux, et rappelle le premier Desire.

012C000003816484-photo-dsc-0025-border.jpg
012C000003816494-photo-dsc-0034-border.jpg


En façade, le haut-parleur ainsi quel la LED de charge sont placés derrière une fine grille métallique. Sur la tranche, on trouve un bouton « Power » ainsi qu'une prise casque standard (Jack 3.5 mm). À la base de l'écran, on retrouve un mini trackpad tactile qui remplace le trackball miniature physique de l'HTC Dream. Plus de problèmes d'encrassement, donc, mais ce nouveau pointeur ne donne pas vraiment satisfaction (voir vidéo de test). Cette zone est surplombée de 4 touches tactiles qui accompagnent souvent le système mobile de Google. Ces dernières sont un peu trop rapprochées de l'écran tactile. Il arrive donc que l'on réalise des actions non sollicitées en voulant presser sur une des touches tactiles... Sur l'arrière, on trouve un appareil photo de 5 mégapixels autofocus épaulé par un petit flash LED.

00C8000003816488-photo-dsc-0031-border.jpg
00C8000003816490-photo-dsc-0033-border.jpg
00C8000003816494-photo-dsc-0034-border.jpg


Enfin, impossible de parler du Desire Z sans aborder la question de l'articulation du clavier physique. Exit le système un peu alambiqué du Dream. Cette fois, il suffit de faire pivoter le clapet de haut en bas. À première vue, le procédé semble très fragile : l'écran est maintenu par trois petites pattes qui font office de charnière. À y regarder de plus près, HTC a bien fait les choses : les trois pivots ne sont pas faits de plastique, mais bien d'un métal qui inspire plutôt confiance. Les touches sont suffisamment larges (pour un Smartphone) et confortables. Seule la nervure latérale métallique du bas s'avère être un peu gênante lorsqu'on actionne la première rangée de touches. Rien de grave


012C000003816496-photo-dsc-0037-border.jpg
012C000003816498-photo-dsc-0038-border.jpg


Téléphonie et gestionnaire PIM


La couche logicielle qui gère les fonctionnalités téléphoniques du mobile ainsi que les applications PIM ont été profondément revues par HTC. Les modifications vont dans le bon sens. La prise en main est assez intuitive et surtout, on note une bonne intégration des réseaux sociaux et autre service de microbloging du moment. Ainsi, il est possible de lier une fiche de l'annuaire natif du téléphone avec un contact FaceBook ou un pseudonyme Twitter. La qualité d'écoute n'est pas en reste, le Desire Z ne pose pas de problème à ce niveau.

00C8000003798850-photo-device8.jpg
00C8000003798852-photo-device14.jpg
00C8000003798854-photo-device15.jpg

La couche téléphonie d'Android a été profondément revue par HTC


Le confort du surf Web est-il au rendez-vous ?


Le confort de surf est rehaussé par la présence d'un clavier coulissant de bonne facture. Ici, il est possible de taper une adresse Web en mode paysage sans que l'affichage soit grignoté par un gigantesque clavier tactile virtuel. Lorsqu'on déploie les touches, le clavier virtuel disparait et l'affichage bascule automatiquement sur un mode paysage.

012C000003823656-photo-device13.jpg
012C000003823666-photo-device19.jpg

Les vidéos Flash fonctionnent généralement à la perfection

012C000003823658-photo-device15.jpg
012C000003823668-photo-device20.jpg

Mode paysage... avec clavier physique complet


Après la saisie, passons au pointage avec une petite déception : le mini trackpad n'est pas assez sensible. Il ne permet pas vraiment (ou le fait mal) de faire défiler les pages lentement, ou de sélectionner des liens avec précision. C'est un peu du tout ou rien, ce qui est dommage dans la mesure ou en position clavier, l'utilisation d'un tel périphérique de saisie est appréciable. Bien sûr, on peut toujours se rabattre sur l'écran tactile qui répond ici à la perfection.

00C8000003823662-photo-device17.jpg
00C8000003823664-photo-device18.jpg
00C8000003823738-photo-device21.jpg

Mode portait. À gauche : le fameux système d'onglets basé sur le zoom


Pour le reste, pas de problèmes à signaler. On se situe même plutôt dans le très bon : malgré un processeur cadencé en 800 MHz (contre 1Ghz pour de nombreux concurrents), le navigateur parvient à garder une bonne souplesse. Flash n'est pas en reste : le plug-in est installé par défaut (même si il est conseillé de le mettre à jour via le Market pour de meilleurs performances). La majorité des vidéos se lisent de façon parfaitement fluide. Du tout bon. Seul petit bémol : HTC a tenté d'innover en mixant zoom de page et système d'onglet. Lorsqu'on réduit le ratio d'affichage de la page au maximum, on sort de l'affichage classique pour se trouver nez à nez avec le système d'onglets. L'idée était alléchante, mais dans la pratique, on s'aperçoit qu'on ouvre constamment le gestionnaire d'onglet sans le vouloir.

Desire Z : Un bon lecteur audio ?


L'activité audio commence à être maitrisée parfaitement par l'ensemble des Smartphones. Le Desire Z ne fait pas exception à la règle, mais il faut tout de même noter que les grosses améliorations apportées par HTC sur le Desire HD ne sont plus de la partie. L'affichage 3D des pochettes type « CoverFlow » à disparu, tout comme les nombreux réglages sonores qui étaient proposés sur le Desire HD (12 profils audio + mode dolby et WOW HD). Si l'absence des fioritures visuelles n'est pas dramatique, le retrait des profils audio est nettement plus ennuyeux.

00C8000003822530-photo-device5.jpg
00C8000003822524-photo-device2.jpg
00C8000003822526-photo-device3.jpg

Comparé au Desire HD : plus de profils audio. Heureusement, le tandem logiciel/casque offre tout de même une bonne qualité d'écoute.


Pour le reste, on retrouve le lecteur audio d'HTC dans sa forme initiale, à cela près qu'il conserve l'unique « fonctionnalité » du Desire HD dont on se serait bien passé à savoir : le module Amazon MP3. Ce dernier donne un peu l'impression de se trouver en présence d'une application « Lite » distribuée sur l'Andoid Market, ou sur l'AppStore. Heureusement, le tandem logiciel/casque offre tout de même une bonne qualité d'écoute.

L'appareil photo numérique (+capture vidéo)


L'appareil photo de 5 mégapixels fait son possible, mais il ne faut pas lui demander la lune. On se situe un cran en dessous du HTC Desire HD qui s'avérait déjà être un peu décevant pour un 8 mégapixels. Les clichés ne sont pas très nets et les couleurs manquent de vivacité. Ne jetons pas la pierre, nous sommes en présence d'un smartphone et non d'un compact, la qualité est suffisante pour dépanner en cas de besoin. D'autre part, on apprécie la présence d'une douzaine d'effets visuels (distorsion, vintage, noir et blanc, etc.) ou plus simplement, la présence d'une touche matérielle située sur la tranche du mobile. Pour clore le chapitre des améliorations logicielles, HTC s'est également efforcé de proposer un retardateur, une option de géolocalisation, une balance des blancs, ou un mode de prise de vue basé sur la détection de visages ! Difficile de faire plus complet. Le célèbre constructeur confirme à nouveau sa volonté d'offrir une expérience Android améliorée à ses clients.

015E000003817640-photo-exemple.jpg
00D2000003817642-photo-crop.jpg

Des performances moyennes, mais pas catastrophiques.


En matière de capture, l'appareil se défend plutôt bien ! Le Desire Z est capable de produire des vidéos fluides relativement nettes d'une résolution de 1280 x 720 @ 30 i/s (format 3Gp) encodés en MPEG4 (AVC). Le module d'encodage HD du nouveau processeur de Qualcomm fait un excellent travail.



La lecture vidéo (Divx, MKV)


0064000003810134-photo-cinema2.jpg
Est-il possible de transformer son mobile en un véritable petit cinéma mobile sans pour autant réencoder les fichiers en haute définition ? Dans la pratique, si le Desire Z s'en sort plutôt bien en matière de capture vidéo, la lecture est plus timide. L'appareil peine à décompresser du 720p en WMV (excepté lorsque cette dernière a été produite par le mobile). La vidéo est lente et est marquée par des petites saccades éparses. À l'instar du Desire HD, on note également l'absence de prise en charge du MKV qui est pourtant supporté par les Galaxy S et Wave de Samsung (même si ces appareils se limitent au FAT32). Le mobile d'HTC n'est pas certifié Divx, mais par bonheur, les fichiers en basse définition (film de 700 Mo) sont pris en charge par le smartphone. Avec ce format de fichier, le Desire Z se montre toutefois moins à son aise que le Desire HD. Sur le Desire Z, on remarque une légère baisse de cadence des images, même si cela ne perturbe pas trop la lecture.

0226000003810132-photo-cinema1.jpg

Pas de compatibilité MKV, et des Divx basse définition qui manquent un peu de fluidité par rapport au Desire HD


Quid du GPS ?


La puce qui équipe la Desire HD se montre plutôt performante. Par temps couvert, l'appareil parvient à réaliser un fix valide en 40 secondes. Côté logiciels, la toute nouvelle surcouche « HTC Sense » apporte son lot de nouveautés ! En plus de Google Maps, HTC intègre le désormais célèbre Google Navigation. Il s'agit d'un GPS routier « 3D » doté d'instructions vocales qui s'appuie sur les données cartographiques de Google Maps. Seul problème : le programme n'est pas en mesure de télécharger les cartes une fois pour toutes dans l'espace de stockage. Ces informations sont capturées en live via la liaison GSM.

Conscient des limites du procédé (en campagne notamment), HTC intègre un second service de navigation « Premium » indépendant de Google Navigation. Cette application est bien capable d'enregistrer les données cartographiques sur la carte SD mais comme on pouvait s'en douter, il faut impérativement passer à la caisse pour pouvoir en bénéficier. Navigation Premium est dépourvue de cartes en standard. Étrangement, ces dernières sont commercialisées à un prix identique en version France ou Europe.
  • La carte France coute 8 euros pour 30 jours, 30 euros pour un an ou 40 euros à vie.
  • L'Europe occidentale coute 8 euros pour 30 jours, 30 euros pour un an et 40 euros à vie.

00C8000003795846-photo-device12.jpg
00C8000003795620-photo-device9.jpg
00C8000003795622-photo-device10.jpg

Google Navigation et Navigation Premium (ROUTE 66)


À noter que ce mystérieux programme n'est autre que Route 66 dans une version remaquillée pour la cause. Quitte à mettre la main au portefeuille, certains utilisateurs préfèreront peut-être opter pour Navigon ou Sygic Mobile Maps (via le Market), même si la licence est un peu plus onéreuse.

Dans le lot des programmes conçus pour tirer parti de la puce GPS, on note trois autres friandises sympathiques. Tout d'abord, on retrouve le tableau de bord qui avait fait son apparition sur l'HTC Touch Cruise. Cet écran plutôt réussi graphiquement offre un accès instantané à l'ensemble des applications GPS intégrées dans le téléphone (Google Navigation, Route 66, etc.). On retrouve également FootPrint, un programme qui permet de réaliser simplement des photos géolocalisées pour sauvegarder ses POI coup de cœur, ou pour les partager via le Web. Enfin, la rubrique « À proximité » (HTC Location) ouvre une application capable de rechercher des points d'intérêts situés à proximité (pizzeria, hôpitaux, pharmacie, etc.). Dans son principe, ce programme est similaire à AroudMe sur iPhone. Il est également possible d'afficher un équivalent de Google Maps qui s'appuie cette fois sur une cartographie téléchargée en local (dans la carte SD) fournie par ROUTE 66.

00C8000003795618-photo-device7.jpg
00C8000003795916-photo-device11.jpg
00C8000003795918-photo-device8.jpg

Tableau de bord, Footprint et recherche à proximité.


HTC Sense : de nombreuses nouveautés !


Que serait un mobile HTC sans « Sense » ? Le constructeur poursuit sa lancée en apportant de nombreuses améliorations logicielles à Android. La plus grosse nouveauté se nomme HTCSense.com. Il s'agit d'un portail de services « cloud » accessibles depuis un navigateur Web. Il est possible de faire sonner son mobile (en cas de perte), de le localiser sur une carte Google Maps, de le verrouiller ou d'effacer la mémoire à distance. Rien de bien folichon pour le moment, mais l'accès au service est gratuit. HTC promet d'implémenter de nouvelles fonctionnalités dans un futur proche (synchronisation des SMS).

0226000003808658-photo-sense.jpg

HTCsense.com, un nouveau portail de services gratuits.


Passons cette fois à la partie émergée de l'iceberg : le système regorge d'une série de petits logiciels qui embellissent l'interface, améliorent l'ergonomie et ajoutent des fonctionnalités bien pensées. En vrac, nous avons apprécié les nouveaux thèmes, le « task switcher » (qui ne permet pas encore de fermer les programmes), le moteur de recherche unifié (local pour les applications et les documents, distant pour le Web).

00C8000003808784-photo-device2.jpg
00C8000003808786-photo-device22.jpg
00C8000003808792-photo-device23.jpg

Gestionnaire de thèmes, Task Switcher, moteur de recherche unifié


On aime aussi la fonction de sélection ainsi que le copier-coller, même si HTC s'est contenté de cloner les idées d'Apple de façon éhontée.

00C8000003809690-photo-device19.jpg
00C8000003809694-photo-device18.jpg
00C8000003809696-photo-device17.jpg

HTC clone purement et simplement les systèmes de sélection et de copier-coller d'iOS !


Côté application, on trouve un lecteur de livre électronique (Kobo) permettant également d'accéder à un kiosque de téléchargement, même si on regrette qu'aucun ouvrage français ne soit disponible. HTC fournit également une lampe de poche virtuelle (qui active la LED du flash de l'APN), une application de prévisions météo, une horloge améliorée, des clients Twitter et Facebook ainsi qu'un « Hub HTC » qui regroupe l'ensemble des programmes, Widgets et éléments de personnalisation de l'éditeur. À ce jour, « Sense » est probablement l'interface Android la plus réussie. Les outils GPS n'ont pas été oubliés, comme vous pourrez le constater en consultant le chapitre correspondant.

00C8000003809698-photo-device4.jpg
00C8000003809700-photo-device7.jpg
00C8000003809702-photo-device21.jpg

Améliorations logicielles : HTC met le paquet !


À propos de l'autonomie du HTC Desire Z


Le Desire Z profite des avantages d'un processeur plus lent que la moyenne (plafonnée à 1Gh pour la concurrence en haut de gamme), sans pour autant nous en faire subir les inconvénients. Le Qualcomm MSM 7230 cadencé à 800 Mhz s'acquitte parfaitement des tâches quotidiennes, et fait pousser des ailes au Desire Z en matière d'autonomie.

03838864-photo-autonomie.jpg
Autonomie : le Desire Z s'en sort plutôt bien


La batterie d'origine de 1300 mAh permet de tenir deux à trois jours en utilisation légère (web et téléphonie sporadique). Lors de l'épreuve d'autonomie, le Desire Z bat ses concurrents à plates coutures. La pratique confirme les excellentes performances du mobile. On peut même se prendre à rêver au score que l'on obtiendrait avec une batterie non officielle de qualité (Mugen, au hasard) de 1800 Ma/h... Même avec la batterie d'origine, il n'y a aucun souci à se faire concernant l'autonomie. Le Desire Z balaie d'un revers de main les suspicions légitimes qui planaient sur son grand frère, le Desire HD.

Conclusion


0096000003834696-photo-desirez-front-open-fra-azerty.jpg
Ce Desire Z est véritablement une bonne surprise ! Avec lui, HTC fera sans conteste la joie des amateurs de mobiles à clavier physique. L'articulation est bien pensée, elle inspire confiance et surtout, les touches sont suffisamment grandes pour offrir un bon confort d'utilisation. Seul le trackpad tactile déçoit quelque peu. Ce pointeur n'est pas aussi sensible qu'un mini trackball (HTC Magic, Dream et Hero) ou une souris optique (HTC Legend et HTC Desire). Dommage, en présence du clavier, on apprécie de disposer d'une mini souris précise à portée de pouce. Cela permet de faire défiler les pages, et remplace l'écran tactile lorsqu'on souhaite sélectionner un lien.

En dehors de ce petit bémol qui n'a rien de dramatique, le Desire Z signe presque un sans-faute. Malgré un processeur cadencé à 800 MHz, le Desire Z se montre parfaitement réactif, même lors des activités gourmandes (Web, lecture Flash). Si on ne subit pas de conséquences pénalisantes de cette « faible » puissance (par rapport aux nombreux concurrents à 1Ghz), on en récolte tout de même les avantages dans la mesure où l'autonomie du Desire Z est plutôt bonne. En bref, si vous appréciez Android, et que vous recherchez un bon smartphone à clavier, n'hésitez pas, le Desire Z est fait pour vous.

Seul bémol, à l'heure où nous écrivons ces lignes, le Desire Z n'est pas disponible chez Bouygues, SFR et Orange. Il faut donc faire un tour du côté de Virgin Mobile, ou l'acheter au prix fort (environ 450 euros) pour acquérir un terminal libre d'abonnement...

HTC Desire Z

8

Les plus

  • Bonne autonomie
  • Couche HTC Sense / Finition
  • Clavier confortable et robuste

Les moins

  • Mini trackpad capricieux
  • Touches tactiles Android trop
  • rapprochées de l'écran

0

Fonctionnalités7

Ergonomie8

Autonomie8

Puissance7



[]
Modifié le 18/09/2018 à 14h43
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Nvidia : la RTX 3080 déclinée en trois modèles se confirme et arriverait dès septembre
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Hyperion dévoile une supercar à hydrogène dotée d'une autonomie de 1 600 km
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Microsoft lancera son smartphone Surface Duo le 10 septembre à 1 399 $
En Allemagne, les ventes de véhicules électriques ont explosé en juillet
La Hyundai Kona passe la barre des 1 000 km d'autonomie
Google rejoint Apple et bannit Fortnite du Play Store Android
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
scroll top