Le Bic Phone aurait été vendu à 500 000 exemplaires en France

26 décembre 2011 à 10h57
0
0087000004841984-photo-bic-phone.jpg
Plus connu pour ses stylos à bille et ses rasoirs jetables, la société française Bic s'est lancée sur le marché de la téléphonie en 2008 et aurait ainsi vendu un demi-million d'appareils.

En août 2008, Orange et Bic annonçaient un partenariat pour la commercialisation d'un nouveau téléphone baptisé « Bic Phone ». Prévue pour être simple d'emploi avec un design très sobre et des fonctions épurées, la première version ne possédait ni appareil photo numérique, ni fonctions multimédia. Le mobile de Bic est assemblé par le chinois TCL qui possède la branche mobile d'Alcatel, et fut initialement proposé à 49 euros avec 60 minutes de communication. Le terminal peut également être rechargé par MobiCarte.

Depuis le Bic Phone a évolué et la version 3, disponible depuis le mois d'octobre, propose un nouveau design, de nouvelles couleurs, un appareil photo VGA de 0,3 mégapixel ainsi qu'une radio. Désormais disponibles pour 29 euros, ces téléphones offrent 15 euros de crédit (ou 30 minutes de communication) et une centaine de SMS/MMS dès leur première utilisation.

Nos confrères de LesMobiles rapportent les propos de Valérie Ballestra, chargé du projet en question chez Bic, au magazine Challenges. Ce dernier confirme avoir vendu 500 000 exemplaires du téléphone depuis son introduction en France.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Insolite : Visual Studio a maintenant ses
Duolingo : apprendre une langue en traduisant le Web
Laserjet : HP corrige la vulnérabilité de ses imprimantes
iCloud et MobileMe victimes d'attaques par phishing
Génocide arménien: le site de Valérie Boyer piraté au nom de la Turquie
Dalles LCD : Sony s'efface au profit de Samsung
L'application Skitch est désormais disponible sur iPad
Apple renouvelle son opération
Swype bêta embarque désormais Dragon Dictation
iMame sur App Store : un petit tour et puis s'en va
Haut de page