CES 2013 : le boom de l'impression 3D

14 janvier 2013 à 16h41
0
Au CES de Las Vegas, plusieurs acteurs se pressaient cette année pour présenter leurs dispositifs d'impression 3D. Certains d'entre eux visent le grand public, avec des machines dont le prix descend à 1500 dollars. Effet de mode ou tendance de fond ?

Élaborerons-nous bientôt des objets complexes aussi simplement que l'on imprime un document ? Les spécialistes de l'impression 3D, toujours plus nombreux au CES de Las Vegas, veulent y croire, et rivalisent d'ingéniosité pour concevoir des machines dont le coût de revient rend envisageable la commercialisation auprès du grand public. L'impression 3D, ou impression relief, consiste pour mémoire à faire fabriquer un prototype à partir d'un modèle en trois dimensions. L'imprimante travaille le plus souvent à partir d'un filament de plastique qui sera chauffé, puis déposé par couches successives sur la surface réservée à l'impression jusqu'à former l'objet désiré. Selon les modèles, la précision peut atteindre 10 ou 20 microns, même si sur les modèles les plus abordables, l'échelle est plus de l'ordre de 0,5 mm. Axes et buses d'extrusion, on retrouve bien le concept de l'impression, avec ici un objet en 3D qui sera découpé en plans successifs par le logiciel associé.

Parmi les sociétés qui ont contribué à faire connaître ce concept, en développement depuis les années 80, on trouve notamment le français Scultpteo, qui ne commercialise pas directement des imprimantes, mais propose en revanche un service d'impression à la demande avec, dernière nouveauté en date, la possibilité de faire peindre la coque iPhone personnalisée que l'on aura commandée. Similaire sur le principe, l'américain Shapeways opère quant à lui une véritable place de marché, sur laquelle les créateurs pourront enregistrer et vendre des modèles d'objets qui seront ensuite fabriqués et expédiés par la société. Fondée en 2007, celle-ci a levé 6 millions de dollars en juin dernier pour développer ses activités, et revendique déjà plus de 150 000 utilisateurs enregistrés.

012C000005653688-photo-impression-3d-afinia.jpg

La prochaine étape sera-t-elle celle de l'imprimante 3D personnelle, que l'on achète et installe chez soi ? Les spécialistes du secteur n'en doutent pas, et affirment que, essor du marché aidant, les machines aujourd'hui réservées aux professionnels finiront par être accessibles à tout un chacun. Au CES, Afinia présente par exemple une machine suffisamment sophistiquée pour produire un buste miniature de Yoda à partir d'un filament de plastique. Le prix, ici, s'établit aux alentours de 1500 dollars pour une précision de l'ordre de 0,2 mm, auxquels il faudra ajouter environ 32 dollars pour chaque Kg de plastique (ABS) consommé. Celui-ci est fourni sous forme de rouleaux, déclinés en plusieurs coloris, et l'ensemble vient livré avec un logiciel permettant de concevoir ses propres modèles.

MakerBot suit une logique similaire avec son Replicator 2, dont l'encombrement représente à peu près celui d'un gros four à micro-ondes. Le travail se fait ici encore via des buses d'extrusion, mais à partir d'un plastique différent, le PLA, élaboré grâce à la polymérisation de la dextrose. Le matériau présente donc l'intérêt d'être d'origine naturelle, et offrirait selon MakerBot une résistance suffisante pour que l'on puisse envisager d'imprimer des pièces 3D susceptibles d'être soumises à des contraintes mécaniques.

012C000005653694-photo-impression-3d-makerbot.jpg
012C000005653696-photo-impression-3d-makerbot.jpg

Plus ambitieux sur le plan technique, Formlabs lance lui une imprimante qui fait appel à un procédé de fabrication différent, la stéréolithographie, à savoir le travail au laser d'une résine photosensible, avec ici une précision revendiquée de l'ordre de 25 microns. Lancé par des anciens du MIT, le projet a fait l'objet d'une levée de fonds collaborative via Kickstarter, qui a attiré près de 3 millions de dollars d'investissements. Les matériaux coûtent ici plus cher (la résine sera vendue aux alentours de 150 dollars le litre), mais le résultat serait, selon Formlabs, comparable à ce qu'on obtient aujourd'hui avec les machines professionnelles dédiées au prototypage, vendues trois fois plus cher. Son imprimante, baptisée The Form 1, est proposée à la précommande à 3300 dollars environ.

012C000005653692-photo-impression-3d-formlabs.jpg
012C000005653690-photo-impression-3d-formlabs.jpg

Pour les bricoleurs qui souhaiteraient s'initier à moindres frais et n'ont pas peur d'avoir à assembler leur machine eux-même, des kits d'impression 3D existent déjà à des tarifs plus abordables. Le français eMotion Tech en commercialise par exemple à des prix compris entre 500 et 700 euros, investissement auquel il faudra tout de même ajouter la somme nécessaire à l'achat d'une alimentation, ainsi que des accessoires indispensables.

Technologies concurrentes, multiplication des acteurs et prix qui, trente ans après la formalisation du concept, commencent à devenir accessibles, l'impression 3D n'attend finalement plus que ses premiers adeptes. Si les usages ne manquent pas dans l'univers professionnel (designers, fabrication de pièces de rechange, etc.), reste à savoir si le grand public s'en emparera, et à quelles fins.

Pour aller plus loin en vidéo :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Une étude montre que les cyclistes
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait
Nos théories sur l'évolution de l'Univers remises en question par 39 galaxies

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Discussions sur le même sujet

scroll top